citoyenhmida.org

Chroniques d'un citoyen Lambda sur l'actualité
Subscribe

ELECTIONS LÉGISLATIVES 2016 : pour quel chef de gouvernement ?

September 29, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Politique intérieure

Dans quelques jours, plus de 15 millions de marocain(e)s seront convié(e)s à exprimer leur choix des nouveaux représentants de la nation au parlement et forcément leur choix du parti dont sera issu le nouveau chef de gouvernement.

Une certitude est admise par tous les observateurs de la vie politique de ce pays : aucun parti n’est en mesure de rafler la mise et de remporter la majorité absolue des sièges en vue de gouverner seul!

Ni le PJD ni son adversaire direct le PAM, ni aucun des parti traditionnels ou historiques comme le PI ou l’USFP, ni encore moins le RNI ou aucun des partis plus ou moins présents dans le paysage politique national.

Pourtant forcément, il y aura un parti qui aura plus de sièges (pas forcément plus de voix du fait du mode de scrutin retenu qui arrange tout le monde suaf les électeurs) et de ce parti sera désigné par le Souverain, aux termes de l’article 47 de la constitution du 1er juillet 2011,le prochain chef de gouvernement.

Peu nous importe pour le moment le parti politique qui arrivera en tête des élections des membres de la Chambre des Représentants et pourtant une vraie question de gouvernance saine et rationnelle se pose déjà!

Faut-il absolument que la personne destinée à être désignée par le roi comme “chef du gouvernement” soit obligatoirement le “chef”, le “patron”, le “secrétaire général”, peu importe la titre qu’elle porte dans ses fonctions au sein de son parti?

La constitution énonce clairement et sans équivoque la règle : “Le Roi nomme le Chef du Gouvernement au sein du parti politique arrivé en tête des élections des membres de la Chambre des Représentants”.

L’expérience vécue avec Monsieur Benkirane et le P.J.D. nous a démontré que la double casquette “chef de parti” et “chef de gouvernement” est, sinon incompatible, du moins difficile à assumer.

En moult occasions, Monsieur Benkirane n’a pas su ou pu faire la part des choses et il a trop souvent confondu ses deux fonctions en se mettant en porte-à-faux avec sa fonction nationale, qui est bien plus importante que sa fonction partisane. Cette dichotomie dans ses fonctions, nationale et partisane, a provoqué quelques situations délicates qui auraient pu avoir des conséquences d’une gravité qu’il n’avait pas mesurée. A titre d’exemples, on a souvent frolé l’incident diplomatique à cause de cette confusion mal gérée.

Aussi est-il nécessaire, dès à présent de se demander s’il est absolument nécessaire de continuer à suivre cette façon de procéder!

Certains pays suivent cette règle, d’autres pas ….

En tous cas, au Maroc, nous n’avons pas d’hommes politiques aux épaules suffisamment solides pour suporter cette double fonction : l’expérience avec Monsieur Benkirane est concluante. Et pour peu que nous soyons un peu objectifs dans notre jugement, il faut reconnaître que ni l’énigmatique Illyas OMARI, ni l’élégant Salah Ed-Dine MZOUAR, ni le bouillant Hamid CHABBAT, ni le brouillon Driss LACHGAR, ni le transparent Nabil BENABDELLAH, ni la nouvelle venue et ambitieuse Nabila MOUNIB, aucune de ces honorables personnalités ne semble en mesure de jouer le rôle de rassembleur, de leader, de meneur, de coordinnateur d’une équipe gouvernementale qui sera forcément hétéroclite.

Il faudra un homme (ou une femme) qui ne dise pas “mon gouvernement” mais “le gouvernement du Maroc”, qui ne parlerait pas de “ses ministres” mais “des ministres”, qui ferait le bilan de son gouvernement et non pas celui des ministères qui dépendent de son parti, qui ne soit pas en conflit permanent avec d’autres ministères ou d’autres ministres! Bref, il faudrait un véritable homme (ou femme) d’état et non pas un homme (ou femme) de parti!

Le choix sera difficile quelque soit le parti arrivé en tête des prochaines élections législatives du 7 octobre 2016.

LECTURE POUR UNE NUIT D’INSOMNIE

September 25, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Coups de griffes, Livres, Société

Hier, j’ai ingurgité moult verres de thé et j’ai hérité d’une insomnie carabinée! Et même la lecture complète de RUE DES CONSULS, roman de Farouk BENBRAHIM, paru aux éditions Afrique-Orient en 2015 n’a pas pu vaincre.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et pourtant, elle était assommante, cette lecture …J’aurais commencé ce roman en plein jour, je l’aurais refermé au bout de la cinquantième page . Mais mon insomnie persistante m’a obligé à le terminer.

Je n’y ai trouvé aucun intérêt, à part celui d’un roman relativement bien écrit!

La trame du roman tourne autour d’une famille fassie venue s’installer à Rabat après la deuxième guerre.

L’auteur – ancien cadre dans le secteur privé – a voulu se lancer dans l’écriture et il l’a fait avec ce grand défaut de certains auteurs marocains !

Ils veulent écrire non pas pour leurs compatriotes mais pour les lecteurs étrangers !

Et forcément, Farouk BENBRAHIM a eut recours à tous clichés, tous les lieux communs, tous les stéréotypes qui sont de mise pour les lecteurs étrangers dès lors qu’il s’agit de parler du Maroc et des marocains.

Mais il faut reconnaître à Farouk BENBRAHIM de ne pas avoir cédé, comme certains de nos écrivains, à la tentation du misérabilisme.

Dans son roman, il est question de vieilles familles marocaines, de “dadas” bien sûr, de pères dignes et droit, de mères aimantes et de jeunes hommes profitant de la féminité naissante des domestiques sans défense.

Le roman est une longue suite d’événements, plus ou moins vraisemblables qui nous entraînent de Rabat à Casablanca, de Casablanca à Tanger, de Tanger à Madrid, derrière le héros qui a fui sa famille et la faute qu’il avait commise dans un moment d’égarement.

Je vous laisse le soin ( je dis pas le plaisir : je n’y ai trouvé aucun, même pas celui de retrouver le sommeil) de découvrir ce roman, qui peut éventuellement intéresser des jeunes qui n’ont pas connu le Maroc d’une certaine époque.

P.S. : Farouk Benbrahim a déjà sorti un roman de la même veine ENFANTS DU SALON VERT, chez L’HARMATTAN -Écritures arabes – 2005, qui m’avait déjà donné cette impression de “découverte à l’allure de cartes-postales, bien lisse, sans surprises”. comme je l’écrivais ICI.

Les élections législatives ramenées à des petites figurines ?

September 21, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Politique intérieure

Le Maroc a réglé le problème de l’analphabétisme des masses populaires en réduisant les partis politiques à de petites figurines plus ou moins expressives.

Les 36 partis ont, chacun, un petit symbole qui lui sert d’étendard qu’il demande à ses partisans ou à ses sympathisants de suivre l plus souvent sans trop expliquer les raisons de cette adhésion!

L’ensemble de ces figurines semble participer à un décor qui meuble le Maroc l’espace des quinze jours que dure la campagne électorale.

ob_265f72_symboles-des-partis-politiques-au-maro

Beaucoup de ces figurines sont des animaux ! Pourquoi? Peut-être que les inventeurs de ces “logos” ont-ils voulu s’inspirer de “Kalila wa Dimna” ou bien des Fables de La Fontaine! Ou que tout simplement, pour eux, les marocain(e)s saisiront mieux le sens des divers messages politiques si ils sont ainsi présentés.

Ces personnages animaliers sont divers et variés : LA COLOMBE LE DAUPHIN, LE LION, LE CHEVAL, L’ABEILLE, LE DROMADAIRE, LA GAZELLE ! Mais à part la douce et blanche colombe, les autres animaux semblent bien ternes et leur discrétion est presque pathétique.

Même le lion, qui est quand l’emblème de ce pays, ou le cheval, qui représente une belle part de notre culture et de notre civilisation, n’interviennent ! Je ne parle pas du dauphin ! Combien de marocains, même ceux vivant sur les cotes, ont déjà vu en vrai un dauphin! Le dromadaire, la gazelle et l’abeille – créatures familières à nos yeux – n’ont dans ce décor ni place ni rôle, juste quelques passages furtifs!

En ce qui concerne les accessoires, rien n’a été oublié :

LA LAMPE, objet essentiel sensé nous éclairer et nous guider dans la recherche du droit chemin! Mais marche-t-elle, cette lampe? C’est une vieille lampe à pétrole, dont la lueur vacillante n’éclaire pas beaucoup et elle risque de s’éteindre au moindre coup de vent! Elle risque – et cela est plus dangereux – de provoquer un incendie si elle est est renversée par mégarde ou par un vicieux coup de pied!

LA BALANCE, très utile pour peser et pour comparer mais à condition qu’elle soit bien réglée, qu’elle ne soit pas trafiquée, que les plateaux soient bien équilibrés, que les poids soient vérifiés et garantis, que le fléau soit sensible à la moindre charge! Cela demande beaucoup d’exigences !

Pour je ne sais quelle raison, on ajouté à ces accessoires LE LIVRE et LA LETTRE : peut-être est-ce juste pour faire intellectuel ou bien pour faire oublier que beaucoup de nos compatriotes ne savent ni lire ni écrire ! Ou bien, ce message est-il adressé uniquement à une certaine frange de notre société, ces bobos, prétendument intellectuels, nourris au lait de Tel Quel et au sein de LeJounal-Hebdo.

On a aussi ajouté des tas d’objets hétéroclites comme LA MAISON, LA CLÉ, LE RÉVEIL-MATIN, LA THÉIÈRE, LA PORTE, LA BOUGIE! On a même fait appel aux moyens de transport comm LA VOITURE, LE CAR et même L’AVION.

Je ne sais si c’est par souci d’écologie ou parce que on s’est rappelé que le Maroc a été et demeure un pays agricole.

LA ROSE, L’EPI, LE PALMIER, LA POMME, et LE RAMEAU D’OLIVIER se sont plantés dans le décor sans que l’on sache exactement à quoi ils correspondaient. Il faudrait juste signaler que la rose marocaine soit la sœur jumelle de la rose française : en effet, elles sont aussi flétries l’une que l’autre.

Ce coté écologique est accentué par la présence du CROISSANT DE LUNE et du SOLEIL STYLISE.

Pour rester dans la tradition nationale, on a également installé dans le décor LE KHONJAR, LE VOILIER, LA KHMISSA, LA FIBULE en y ajoutant LA MAIN et L’ŒIL, supposés l’un et l’autre repousser les mauvais esprits négatifs.

On peut se demander l’utilité de faire appel à la fois à un ÉLÉPHANT et à une ABEILLE et à un COQ! Et surtout pourquoi choisir un PARAPLUIE ou un ROBINET.

Dernier accessoire posé dans ce fatras, une MAIN faisant le signe “j’aime” tellement utilisé dans les réseaux sociaux.

Mais au milieu de ce décor hétéroclite qui relève plus de l’inventaire de Prévert, trône une énorme machine, pas très belle à regarder, mais qui dégage une impression de puissance difficilement contrôlable : LE TRACTEUR !

Pourquoi ce tracteur? Qui le pilote? Que tire-t-il? On n’en trop rien ! Il est là au milieu de la scène, lançant parfois son moteur à fond, en faisant un boucan de tous les diables, mais la plupart du temps, laissant le ronronner pour le faire repartir au quart de tour et tout renverser sur son passage! Il rappelle étrangement l’énigmatique et inquiétant camion du film “DUEL” de Steven Spielberg. Prêt à tout renverser sur son passage, pour peu qu’il se mette en mouvement.

Dans quelques jours donc, tout ce beau monde ce mettra en branle officiellement, car officieusement les personnages sot déjà sur scène, les répétitions sont déjà finies, les rôles distribués, les répliques apprises par cœur.

Il ne reste plus que les trois coups pour que le spectacle commence et la pièce se rejoue, avec cette fois quelques nouveaux acteurs que l’on reconnaîtra de loin grâce leur djellaba immaculée, à leur barbe fournie, leur front marqué du sceau d’une profonde piété. Mais avec ces nouveaux venus, le spectacle risque de ne pas être du tout amusant.

ELECTIONS LÉGISLATIVES 2016 : des marches plutôt que des débats !

September 19, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Général

Après la marche de Casablanca du dimanche 18 septembre 2016, décidée on ne sait exactement par qui et destinée à contrer le PJD et son idéologie, on assistera dimanche prochain à une marche pour soutenir précisément le parti de la lampe, sa politique et son idéologie.

Comme par hasard, on n’en sait pas plus sur ceux qui ont appelé à cette deuxième marche que sur ceux qui ont été à l’origine de la première.

Ce phénomène nouveau dans la scène politique nationale en période pré-électorale doit nous interpeller et nous nous faire réfléchir sur un certain nombre de questions!

1/ Supposons un moment, que la marche du 18 septembre ait été décidée “en haut lieu” (pour rester dans le flou artistique et ne pas parler du Ministère de l’intérieur et éventuellement du PAM), elle aurait été autrement mieux organisée et elle aurait été consciencieusement couverte par les médias publics.

Or, la marche relevait plus de l’improvisation, elle n’a réuni qu’un nombre très limité de personnes et à part quelques vidéos et photos circulant sur le Net et visant à décrédibiliser cette marche, on ne trouve pas grand chose.

2/ Le Ministère de l’intérieur, pris de court et n’ayant reçu aucune demande d’autorisation, a selon un communiqué décidé de ne pas interdire l’événement pour éviter les dérapages.

Or, une marche coiffée par les autorités ou ayant reçu leur bénédiction nécessite la mise en place d’un service d’ordre particulier, de moyens d’intervention spéciaux et d’un encadrement absolument parfait : elle ne peut souffrir d’aucune improvisation ni d’aucun dérapage !

On l’a vu chaque fois que cela a été le cas : rappelons-nous la dernière marche à Rabat contre les déclarations de Ban Ki Moon, rappelons-nous que les dizaines de milliers de bouchtitiyins défilant à Casablanca, rappelons-nous les grandes marches pour la Palestine ou l’Irak, rappelons-nous la marche du 20 mars 2011 en plein printemps arabe!

3/ Aujourd’hui, un appel à une marche a été lancé en soutien au PJD : une plage de quelques jours est prévue, histoire de bien organiser les choses et de rameuter le ban et l’arrière-ban des militants, sympathisants et autres satellites.

Le Ministère de l’Intérieur doit rester logique avec lui-même : s’il n’a pas interdit la marche du 18 septembre, il ne peut se permettre – sous risque provoquer des dérapages – interdire la marche du 25.

Et après une marche improvisée de quelques milliers de personnes, nous assisterons à une marche en masse, comme seuls savent les organiser les islamistes! Encore une fois, rappelons-nous leurs sorties en rangs serrés, encadrés, embrigadés, les femmes d’une coté les hommes de l’autre, dans un ordre parfait et une discipline presque militaire, se payant le luxe une fois de s’arrêter pour le prière de Dohr juste en face du Parlement.

Voilà donc à quoi ce genre de “plaisanteries” va aboutir !

Je dis “plaisanterie” mais il peut s’agir des prémisses d’une nouvelle manière de faire de la politique : on va vu ce genre d’expérience en Egypte, en Tunisie, en Turquie, avec les drames que cela entraîne!

Alors, attention …attention….Vigilance….vigilance ….Notre pays n’a pas besoin de jouer avec le feu car celui qui sera le premier brûlé ne sera ni Si Benkirane et ses proches, ni Si Omari et les siens, mais Mohamed le chômeur, Fatma la vendeuse de pain, Ali l’étudiant, Rachida la secrétaire, Moha le gardien de voiture, Brahim l’épicier du coin et et Daouya l’institutrice!

ELECTIONS LÉGISLATIVES 2016 : la marche de Casa a-t-elle un sens?

September 18, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Politique intérieure

Avant que la campagne électorale pour les législatives du 7 octobre prochain soit ouvertes, certaines voix – on ne sait pas exactement pas lesquelles – ont lancé un appel pour une marche nationale à Casablanca .

Les objectifs de cette marche sont, le moins que l’on puisse dire, divers et assez hétéroclites mais se résument à une action contre le P.J.D.

Dans ces moments délicats où le pays est confronté à des dangers réels venant de l’étranger, il est assez irresponsable d’appeler à une confrontation sociétale !

La politique ne se fait pas dans la rue ! Je l’ai suffisamment dit du temps de l’éphémère mouvement du 20 février et je le répète encore : la politique se fait dans les urnes et par les urnes !

Faire marcher mille, deux mille, dix mille personnes scandant des slogans, ce n’est pas de la politique!

Convaincre des millions de marocains d’aller voter, pour tel ou tel parti, voilà le vrai rôle des partis politiques : mais pour cela il faut encadrer, éduquer, éclairer, expliquer, convaincre et mobiliser !

Aucun parti politique n’est en mesure en 2016 de suivre ce cheminement !

Aujourd’hui, des marocains ont marché contre Benkirane, sa politique et son idéologie.

Si demain d’autres marocains marchent pour Benkirane, pour sa politique et pour idéologie, qu’adviendra-t-il?

Ces marocains-ci et ces marocains-là s’affronteront au lieu de choisir librement, en toute connaissance et en toute conscience!

Après les scandales, après les rumeurs, après les contre-vérités, après les contradictions, après les silences, après les communiqués, après les trahisons, après les enrôlements de dernière minute, nous fallait-l arriver à la rue pour exprimer nos choix!

Non, ce n’est pas la bonne méthode! Et ceux qui ont organisé cette marche le savent ! Et ceux qui sont visés par cette marche le savent !

La vraie bataille sera livrée le 7 octobre et si nous ratons l’occasion, tout sera permis et tout sera à craindre! C’est cela que nos partis politiques doivent comprendre, pour autant qu’ils aient encore la capacité de comprendre quoi que ce soit.

ELECTIONS LÉGISLATIVES 2016 : les masques commencent à tomber !

September 16, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Politique intérieure

Le P.J.D. avait mis en tête de liste de la circonscription de Marrakech-Guilez le salafiste Hammad KABAJ, connu pour ses déclarations incendiaires.

Le maintenir sur cette liste ouvrait la voix à tous les extrês et à tous les extrémistes : le P.J.D. le savait et il le voulait!

Logiquement, cette candidature a été invalidée par les autorités!

Hammad Kabbaj – qui se doutait bien, lui et ses commanditaires, de la suite qui serait réservée à sa candidature a adressé une “lettre ouverte au souverain” pour lui demander d’intervenir dans cette affaire!

Voilà donc ce que lke P.J.D. cherchait …..Impliquer le souverain dans une petite affaire locale, entre un candidat indélicat et un gouverneur pointilleux!

Voilà donc que les masques sont tombées : derrière leurs barbes et sous leurs voiles, les PJDistes se croient être de fins politiciens !

Après avoir poussé au feu le naïf mais tellement ambitieux ex-camarade Hadj Nabil Benabdellah, le P.J.D. a lancé le fougueux fqhi Hammad Kabbaj à la confrontation avec le Palais!

Ce petit jeu n’aboutira pas à ce que veut le P.J.D. : il a juste permis de mettre à nu la stratégie de victimisation de ce parti et de ses acolytes qui pourront crier au scandale en cas de défaite le 7 octobre prochain!

Je dis bien en cas de défaite ….Rien n’est moins sûr …Mais pour le PJD, il vaut mieux être prêt à toutes les éventualités!

ELECTIONS LÉGISLATIVES 2016 : premier gros clash !

September 14, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Politique intérieure

L’alliance contre nature entre le PJD et le PPS ne pouvait finir que par un clash ! Sa naissance n’était pas dans l’ordre normal de la chose politique et à l’instar de la fable de la Fontaine “le pot de terre et le pot de fer”, nos ex-camarades communistes auraient dû y réfléchir par deux , trois ou cent fois avant d’unir leur destin à celui du PJD.

La Fontaine l’avait bien dit :

“Ne nous associons qu’avecque nos égaux”.

pps-pjd

Que des communistes s’allient à un parti de droite n’est pas nouveau dans l’histoire politique du monde : mais cela suppose des gardes-fous, des conditions, des circonstances spéciales. Rappelons en 1970 l’alliance entre les deux grands parti transalpin de l’époque : le PC italien et la Démocratie Chrétienne, avec chacun avec autour de 33 % des suffrages.

L’alliance entre le PJD et le PPS n’est que le ralliement improbable d’une poignée de faux communistes avec une bande de vrais islamistes élevés, ce mariage anormal ne formant une majorité bancale qu’avec l’ajout d’autres partenaires aussi inattendus qu’instables.

En cette fin de législature et à la veille des élections législatives, le PJD sentant sa fin prochaine pousse au charbon les vaillants “prolétaires” au point que l’ex-camarade et actuel hadj Nabil BENABDALLAH, secrétaire général du PPS et petit pot de terre sans consistance, s’est emmêlé les pinceaux et se croyant défendu par son ami le pot de fer, le patron du PJD, a voulu l’imiter et le dépasser en s’en prenant au “ta7akoum” et en pointant du doigt celui le créateur du PAM.

Grand mal lui en prit !

L’ex-communiste a été recadré par un communiqué du Cabinet Royal qui tient lieu en fait d’avertissement à tous ceux qui ne connaîtraient plus leurs limites!

Si mes souvenirs sont exacts, feu Ali YATA, père fondateur du P.P.S., savait composer avec le Palais et cela lui valait le respect de Hassan II : c’était un grand homme politique.

L’actuel S.G. du P.P.S. – mais pour combien de temps encore – n’est qu’un opportuniste doublé d’un mauvais calculateur! D’où ce premier gros clash de la campagne électorale qui va s’ouvrir et qui s’annonce tumultueuse!

ELECTIONS LÉGISLATIVES 2016 : Cà commence déjà à chauffer !!

September 09, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Politique intérieure

Les élections législatives du 7 octobre prochain s’annoncent très disputées et cela est normale !

La direction du gouvernement en dépend : ce n’est plus comme avant une simple question de nombre de sièges au parlement, mais bien d’un enjeu important.

Malgré les déclarations de Si Benkirane qui parle de “ta7akoum”, qui évoque un “tat profond” (ad-dawla al 3amiqa), qui dénonce les tamasi7s et 3afarit qui l’empêcherait de faire son travail, l’actuel chef de gouvernement n’en démord pas et ne veut pas lâcher le morceau!

benki

Est-ce le confort du poste qui le guide ? Je ne lui ferais pas cette insulte : mais l’amour du pouvoir, même partagé, même limité, même tronqué, ne doit pas être étranger à sa démarche ! “Hob as-solta” est une motivation qui est légitime, c’est le but de tout homme politique. L’important est qu’il use de cette motivation pour le bien du pays et du pays, et non pas d’un clan, d’un parti ou pire d’une idéologie importée.

Les élections du 7 novembre feront une première : la gauche de la gauche a daigné cette-ci faire l’honneur au peuple marocain de ne pas boycotter le scrutin législatif, quoique que le Nahj Ad-Domocrati maintienne sa position! Mais pour paraphraser Staline, on pourrait se poser cette question : “Le Nahj ? Combien d’électeurs?”.

       <img src=

Donc la FDG sous la houlette de nos gauchistes de salon, la professeur Mounib et l’ingénieur Balafrej, vont affronter la vox populi et c’est très bien ! Ils sont vierges de tout, ils nous parlent de lendemains qui chantent, ils sont sympathiques à voir ou à découvrir : est-ce le sang nouveau dont le Maroc a besoin? Comme je serais heureux de le croire et surtout de le voir : mais les exemples d’exemples de sang nouveau en politique ont montré les limites de l’exercice! Podemos en Espagne…Syriza en Grèce….CincoStelle en Italie …La politique necessite du réalisme, du cynisme en plus des convictions.

Entre ces deux extrêmes, évolue le PAM que beaucoup de marocains craignent la peste et que beaucoup d’autres attendent comment le sauveur !

pam

Si en croit les récentes déclarations de son énigmatique secrétaire général Si OMARI, le Maroc a toutes les chances d’être métamorphosé en pays “scandinave” en deux gestes trois mouvements.

Mais si on lit le programme du PAM, on ne voit pas comment cela pourrait être possible!

Le Parti de l’Istiqlal est en train de continuer à s’entre-déchirer durant cette campagne par rejetons interposés : qui mènera la liste des jeunes de la Balance, qui tiendra telle ou telle position éligible sur cette liste! Entre FASSI et CHABBAT, la lutte se poursuit et le parti en pâtit, ce qui ne me désole pas spécialement mais qui doit terriblement incommoder les militants du vieux parti!

chabbat

Et pendant ce temps, le citoyen de base se débat entre les exigences d’un Aid Al Kebir et son mouton à DH 3000,- , une rentrée scolaire qui va le saigner à blanc! Je me demande bien s’il est très concerné par cette consultation dont il sait d’avance qu’il sera le dindon de la farce!

QUELQUES PROBLÈMES TECHNIQUES INSOLUBLES SUR CE BLOG …..

September 04, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Dans la blogama

Depuis quelques semaines, il est impossible de poster des commentaires sur cet espace : JE NE CONNAIS ABSOLUMENT PAS LA RAISON DE CE BUG ET JE N’Y SUIS POUR RIEN!

Si vous avez l’envie de commenter mes billets, vous pouvez le faire à travers TWITTER ou FACE BOOK vers lesquels sont répercutées automatiquement mes publications!

je continuerai donc à mettre en ligne mes lignes, avec une fréquence plus soutenue, bien entendu, durant la prochaine période électorale et après les résultats, jusuq’à la constitution du prochain gouvernement !

A bientôt !

ELECTIONS LEGISLATIVES 2016 : Impressions préliminaires

September 02, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Politique intérieure

Je commence aujourd’hui une série de billets qui porteront sur la prochaine élection législative du 7 octobre 2016. Comme toutes les législatives, cette consultation sera importante et même plus importante que les précédentes.

Elle sera la seconde d’une ère dominée par la Constitution de 2011 qui nous a donné l’ocasion d’avoir le premier chef de gouvernement politique de l’histoire du Maroc.

Avec la victoire du PJD ( peut-on appeler victoire le fait d’être obligé de réunir autour de soi des partis au ssi éloigné idéologiquement que le PPS puis le RNI, après avoir divorcé avec son allié naturel le PI ), le Maroc a été gouverné par Si Abdellal BENKIRANE qui restera dans la mémoire collective nationale comme un grand ……baratineur, un beau parleur, grand polémiste devant l’éternel, éternel insatisfait sauf de ses propres faits, gestes et paroles, mais piètre chef du gouvernement qui a cultivé durant cinq ans l’idée que son parti dirige le pays mais qui s’est toujours plaint de l’intervention de forces occultes, supérieures et incontrôlables.

La campagne électorale n’est pas encore officiellement ouverte mais elle est largement entamée!

Et les prémisses en sont plus que préoccupants, même si certaines séquences en sont pour le moins risibkles, si elles n’étaient pas le signe d’un mal-être profond de la classe politique.

Juste quelques petits exemples, glanés par ci par là :

> Cette ambiance de “scandale” qui prévaut depuis quelques semaines ! Avait-on besoin d’une affaire de fesses ente deux sexagénaires à la libido débridée en cette période cruciale pour l’avenir du pays?

> Un grand parti comme le PJD, dont je partage ni l’idéologie ni la vision de la société mais dont j’ai toujours admiré l’organisation interne et la démocratie des structures, a-t-il besoin besoin de ratisser aussi largement qu’il l’a fait pour réunir sous sa bannière un salafiste comme Kabbaj et un ex-fondateur du PAM comme Ouzzani?

> L’USFP moribonde et victime de ses propres turpitudes renaitrait-elle de ses cendres : si le citoyen lambada que je suis en doute (et nous sommes nombreux à en douter), son leader qui n’arrive pas à réunir autour de lui les quelques militants qui restent dans ce parti, rêve d’être Chef de Gouvernement! Il rêvait bien d’être ministre et il l’a été, mais c’était dans un autre temps!

> La gauche de la gauche, réunie depuis moins d’une année, se voit déjà formant un groupe parlementaire : pourquoi pas après tout, avec le seuil de 3 % c’est possible qu’elle soit représentée au Parlement! Mais un peu de modestie de la part de ses leaders – qui rêvent d’un destin personnel plus que national – devrait leur être conseillé : il ne faut jamais mépriser ses adversaires politiques, qu’ils n’aient que le “brevet” ou qu’ils soient “suiveurs” d’un autre parti. Le militantisme n’est pas le monopole de la gauche-pastille!

> Les nouveaux arrivés sur la scène politique ont vite fait de réunir des admirateurs, que dis-je des zélateurs qui nous ramènent aux temps obscurs où des partis nés ex-nihilo regroupaient autour de personnalités connues. Actuellement, certains hommes politiques inconnus il y a quelques temps se voient gratifiés, sans complexe, du qualificatif de “homme d’état”! Sait-on ce qu’est un homme d’état ?

Il s’agit là juste de quelques réflexions matinales que je vous livre…D’autres suivront au gré du développement de cette période préélectorale puis de la campagne proprement dite et bien sûr lors des résulats…

LES FRANÇAIS, LA POLÉMIQUE ET LES TENUES VESTIMENTAIRES !

August 29, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Histoire, Politique française, Société

Les français ont de tous temps été portés sur la polémique et ont toujours entretenu des rapports tendus avec les tenues vestimentaires de leurs compatriotes.

Pour ce qui est de la polémique, il suffit d’ouvrir les médias français pour voir que ce pays est prompt à se lancer dans des batailles stériles à propos de tout et de rien !

Des crottes de chiens dans les rues au mariage pour tous, tout est sujet à polémique!

Que Nadine Morano dérape dans une émission de télévison, et voici lancée une polémique sur ses déclarations!

Que le footballeur Karim Benzema prononce une phrase où il met vaguement en doute la liberté du choix du sélectionneur Didier Deschamps et voilà une autre polémique ouverte!

Pour rester dans le monde futile du football, un geste furtif du fantasque (et non pas du fantastique) Paul Pobga lors de l’Euro 2016 a fait oublier la nullité de ce joueur et a créé une polémique ridicule.

L’histoire littéraire française est riche d’écrivains qui se sont fait une spécialité de la polémique. Pierre DOMINIQUE a même recensé “LES POLÉMISTES FRANÇAIS DEPUIS 1789” dans un ouvrage de 450 pages, paru en 1962 ches les Editions La Colombe.

Ces dernières années on a vu des polémistes comme Eric ZEMMOUR prendre l’avantage sur des hommes politiques ou sur des hommes de lettres!

C’est cela la France!

Et depuis fort longtemps !

Rappelons-nous la querelle des modernes et des anciens, qui avait déchiré le microcosme littéraire sous Louis XIV, ou la bataille d’Hernani engagée par Victor Hugo pour imposer le drame romantique!

Même les philosophes de la grande période de la pensée française, le milieu du siècle dernier, ont entretenu des polémiques historiques, comme celle qui a opposé Jena-Paul Sartre à son ancien condisciple de l’E.N.S. Raymond Aron.

Bref, qui dit France, dit polémique! Alors la petite guéguerre actuelle sur le burkini ne serait-elle qu’une nouvelle polémique de plus, futile et sans conséquences semblant créer plus le buzz qu’être un vrai phénomène de société?

Pour ce qui est des relations très spéciales qu’entretiennent les français avec leur tenue vestimentaires, l’histoire de ce pays nous en donne de nombreux exemples!

Nous nous souvenons des “sans-culottes”, ces hommes du peuple qui représentaient quand même la majorité de la population française aux XXVIIIème mais qui étaient affublés de ce surnom ridicule et méprisant par les autres classes sociales, bourgeoisie, clergé et noblesse!

Bien mal leur en prit d’exprimer leur mépris pour ces “sans-culotte” qui ont fini par chasser la royauté, par obtenir l’abolition des privilèges et par établir la déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

Plus tard, ce furent les Incroyables et les Merveilleuses qui remirent le luxe extravagant à la mode, même sileur souvenir s’est vite estompé.

Au début du XXème, la Belle Epoque n’a laissé dans les souvenirs des français que l’aspect fantasque d’une mode vestimentaire qui a fait scandale à l’époque !

Après la seconde guerre, les zazous ont eu leur heure de gloire et de scandale, avant que les zonards n’envahissent les rues sur leurs motos pétaradantes.

Les modes hippy , puis punk ou gothique ont créé chacun en son temps des tensions plus ou moins importantes dans la société française, qui finalement aime bien se retrouver avec des hommes en costumes-cravates et en des femmes en tailleur-talons.

Forcément, quand le foulard est apparu dans le paysage urbain français, les réactions ne se ont pas fait attendre!

Ainsi donc, la France et les français croit traverser une période trouble de son histoire sociale alors qu’elle ne fait que connaitre un nouvel épisode qu’elle a déjà vécu et qu’elle a oublié.

Espérons qu’elle ne donnera pas au burkini plus d’importance qu’il n’a !

UN ROMAN QUE DEVRAIENT ABSOLUMENT LIRE TOUS NOS RESPONSABLES SPORTIFS

August 25, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Livres, Société, Sport

Après le ridicule prestation^dors des J.O.-RIO-2016 de nos athlètes et bien sûr la totale déconfiture de nos responsbles sportifs durant la préparation de cet événement mondial, je conseillerai au ministre de la Jeunesse et des Sports, dont j’ignore le nom comme il doit ignorer son rôle, de réunir tous les présidents de fédérations, tous les présidents de clubs, tous les entraîneurs de tous les sports confondus, tous les présidents d’associations de supporters et de leur faire lire “LE DERNIER MATCH” de John GRISHAM publié par Robert LAFFONT dans sa collection Pocket en novembre 2007.

cvt_Le-dernier-match_3596

L’exerce serait facile : 200 pages écrites dans un style très simple, pas d’intrigue compliquée, des pages entières à sauter parce que nos amis ne les comprendraient pas, s’agissant de foot-ball américain!

Mais ce livre est une véritable leçon de gestion d’une équipe sportive, l’équipe de foot-balla américain du lycée d’une petite ville du Sud des USA, avec un entraîneur qui a sacrifié sa vie à l’équipe qui lui a été confiée!

Ce coach devrait servir d’exemple à tous nos cravatés en costume signé : le sport est une vocation, un sacerdoce, une mission humaine!

Oui, messieurs les responsables, en lisant ce livre vous verrez que quand on a la charge d’une équipe, il faut y mettre toute son âme, tout son cœur, tout son temps, en assumer les réussir et les défaites, insuffler aux jeunes qui en font partie l’esprit de groupe et l’amour du maillot!

Enfin tout ce qui semble manquer au sport de ce pays!

Un dirigeant sportif doit se dévouer à son club, faire en sorte que le nom du club et de la ville soit toujours au zénith de la gloire et de la renommée ! Au risque de commettre des erreurs, mais si ces erreurs ne sont pas des fautes elles peuvent être oubliées.

Dans ce court roman, John Grisham évoque la mort d’un coach qui a régné sur une équipe scolaire pendant des décennies a réuni la plupart des joueurs qu’il a formés dans leur adolescence! Malgré les heurs et malheurs, ils ne l’ont pas oublié!

Combien de dirigeants ou d’entraîneurs de chez nous ont connu cela ? Le Père Jégo……Mais c’était dans une autre vie, un autre siècle, un autre Maroc !

Dans ce roman, on découvre aussi l’engouement que les supporters d’une petite ville perdue dans le fin fonds de la cambrouse américaine peuvent apporter à leur équipe, en la soutenant, en la finançant envers et contre tout!

La vie avec un chien …

August 18, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Général

Depuis une dizaine de jours, j’ai une grave mission, lourde et bien sympathique à la fois !

Je m’occupe d’un jeune chien, de race GOLDEN RETREIVER qui répond à la noble appellation de LORD ! C’est un animal charmant, doux, obéissant, tanquille et qui adore la compagnie des enfants!

Je vous présente LORD :

Photo0662

Depuis qu’il est à la maison, mon emploi du temps est chamboulé, et moi qui suis très pointilleux sur la manière d’organiser ma vie, j’ai dû me plier aux habitudes de Lord.

Je suis dehors dès potron-minet : une bonne heure de ballade dans les allées de la résidence, avec des arrêts au gré de monsieur LORD. Il m’est complètement impossible de comprendre pourquoi quelles raisons il s’arrête ici plutôt que dix ou vingt mètres plus loin ou plus près. Il renifle consciencieusement le sol, le museau à ras de terre et hop, soudain ! Il s’arrête et gratifie l’endroit de quelques gouttes de pipi avant de repartir!

Il court, il marche au pas, il va, il vient, il s’arrête et juste avant de rentrer il adore se vautrer dans le gazon : chaque fois, je crains de me faire enguirlander par le jardinier mais voir LORD rouler dans l’herbe n’a pas de prix. Puis, une fois son envie assouvie, il se relève et prend la direction de la maison!

Le soir, le même scénario se rejoue!

Dans la journée, je le sors parfois et c’est alors la grande foire : comme c’est les vacances et que les allées de la résidence sont bondés d’enfants, je vis parfois de moments intenses! Voir tous ces gamins entourer LORD, la caresser, le chatouiller. Ils me posent plein de questions pour savoir s’il mord, s’il dort, s’il mange dus biscuits ou du chocolat.

Les plus curieux veulent connaitre sa race, certains semblent être dan l’envie absolue d’avoir un chien chez eux….mais “papa ne veut pas !” Comme je comprends ces papas, moi-même j’ai refusé qu’il ait un chien à la maison quand mon garçon en voulait un ..Je savais que je finirais par en hériter et à l’époque je n’avais ni le temps ni la patience de m’occuper d’un animal.

A la maison, Lord est un charmant compagnon qui sait distribuer les rôles !

Il sait que Citoyenne Hmidette est chargée de la logistique et du ravitaillement : il la suit quand il a faim ou soif car il sait que c’est de ses mains que viendront les croquettes, parfois mélangées à du yaourt ou le bac rempli d’eau fraiche! Il sait que c’est elle qui lui donnera quelques morceaux de fromage dont il raffole.

Moi, c’est les sorties : dès qu’il me voit saisir la laisse, il se pose devant moi, en battant la queue et en tendant le coup pour que j’y accroche la laisse et il se précipite alors vers la porte!

Je l’ai même emmené à la plage : c’est quand même assez impressionnant de le voir regarder les vagues, avant de les affronter puis de courir avant de s’ébrouer en envoyant des millions de gouttes d’eau et de se retrouver les poils hérissés….Mais, à ce moment-là, il a l’air heureux et il se repart de nouveau vers les vagues.

Quand on est à la maison, il s’installe devant mon fauteuil quand je lis ou à mes pieds quand je suis à mon PC : il ne demande que quelques petites caresses sur la tête pour être heureux.

Parfois, il s’approprie le salon et il n’est pas question de l’en déloger!

Dans quelques jours, il partira; la maison retrouvera son calme, son odeur habituelle. Citoyenne Hmidette y veillera avec son efficacité habituelle et on ne retrouvera pas un seul poil de Lord.

Je m’étais habitué à cet sacré Lord, quand même !

Un “legal thriller” qui parle de misère, de pauvreté, de SDF

August 13, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Livres

En général, je ne lis pas – sauf exception – les best-sellers, ces romans que tout le monde a lus ou supposé avoir lus. Le feeling est mon principal guide en matière de lecture. Mais cette fois-ci je me suis laissé convaincre, mais pas par le nom de l’auteur John GRISHMAN : il est archi-connu et ses œuvres se sont vendues en millions d’exemplaires et ont été adaptées au cinéma avec un énorme succès comme LA FIRME (Tom CRUISE – 1993), L’AFFAIRE PELICAN (Julia ROBERT et Denzel WASHINGTON – 1993), LE CLIENT (Suzane Sharandon -1004) L’ASSOCIE (Whooppi GOLDBERG -1996).

J’ai été attiré par le titre du roman LA LOI DU PLUS FAIBLE et surtout par l’image qui figure sur la page de couverture de l’édition POCKET sortie en 2010 : une série de trois poubelles!

la loi

Dès les premières pages, le roman vous prend et l’envie de connaitre la suite de cette prise d’otages pour le moins inhabituelle est vraiment prégnante!

Pourtant une fois le roman lancé, l’auteur s’embarque dans une suite invraisemblable, même pour le lecteur le plus indulgent, de situations où les états d’âme d’un jeune et talentueux, et bien sûr ambitieux, avocat d’affaires, face à la misère humaine.

Le seul et véritable intérêt de ce roman est la description que fait John GRISHMAN de la misère et du dénuement dans lequel vivent des milliers de sans abris et de sans travail, dans la capitale fédérale du pays le plus riche du monde. On ne s’imagine pas qu’une telle détresse puisse exister et cohabiter avec la présence des puissants et des riches qui font des USA ce qu’ils sont.

On découvre dans ce roman que le droit américain et les procédures judiciaires de ce pays disposent d’une branche spécifique appelé “DROIT D’INTÉRÊT GÉNÉRAL“. Les pauvres et les exclus américains, souvent des noirs, chômeurs, drogués, sans domicile, sans ressources fixes, peuplent les rues de Washington, à la poursuite des quelques droits que la législation américaine leur accorde mais que la bureaucratie leur dénie souvent

Des centaines d’avocats, souvent travaillant dans des cabinets prestigieux, consacrent quelques heures de leurs emplois du temps, très souvent surchargés, à défendre ces malheureux pour l’obtention de leurs droits ou pour le règlement de problèmes administratifs.

Il faut lire ce roman pour avoir une idée de cette situation terrible, très éloignée de l’idée largement véhiculée d’une Amérique, pays des droits, du travail et de l’égalité des chances!

Un polar, même suisse, peut être très instructif …..

August 04, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Livres

Lire un bon polar durant les vacances est un plaisir infini, surtout s’il est bien écrit, si l’intrique est bien nemée, si les personnages sont bien étudiés, si les situations sont crédibles tout en étant compliquées!

Mais en plus de tout cela, le polar vous apprend certaines choses sur certains sujets qui ne sont pas sensés être abordés dans ce genre de littérature – de seconde zone, selon certains esprits – le plaisir est démultiplié

Récemment, j’ai parlé ici même d’un roman de cet acabit : LES SIRENES NOIRES

Aujourd’hui, je vous présente le roman d’un très jeune auteur suisse, né en 1988 que je ne connais pas, Sébastien MEIER : il s’agit d’un polar, d’un thriller passionant mais qui baigne dans l’ambiance feutrée d’une Suisse qui contrôle le négoce international du pétrole, du cuivre, de l’or, du blé, du riz. Le tout se dans une discrétion entretenue et surtout sur un fond de prostitution de luxe, de drogue, de corruption!

LE NOM DU PÈRE“, publié en 2016, chez les éditions ZOE (Genève) nous fait entrer dans ce monde occulte d’une Suisse protestante, puritaine mais tellement hypocrite.

le nom du pere

Voua faire un résumé de ce roman serait sans intérêt car cela diluerait votre attention lors d’une éventuelle lecture : mais je peux vous assurer que le héros, ancien flic aux goûts sexuels particuliers, condamné à de la prison pour violences sur son épouse, fils d’un grand avocat de Lausanne, ami d’une procureure ambitieuse et utopiste en quête de vérité, vous entrainera dans un monde dont vous ne soupçonnez même pas l’existence dans une Suisse réputée si propre.

En tous cas, c’est une excellente lecture de vacances que je ne regrette pas!