citoyenhmida.org

Chroniques d'un citoyen Lambda
Subscribe

N’est pas romancier qui veut ….

September 22, 2014 By: Citoyen Hmida Category: coups de griffes, coups de gueule, livres

Le propre d’un bon roman est, à mon sens, d’être bien écrit : cela ne signifie pas forcément que la langue utilisée soit soutenue, ou que l’auteur exécute  des prouesses linguistes!

Non, l’auteur doit seulement respecter le lecteur en lui présentant une œuvre élaborée, qui mérite le respect pour l’effort fourni et l’admiration pour ce qu’elle apporte.

Or, certains romans sont le contraire de tout cela : faut-il imputer la faute à la prétention des prétendus écrivains ou à l’incompétence sinon l’irresponsabilité des éditeurs?

Encore une fois, je viens d’en faire la triste expérience avec L’INCOMPRIS DU HAY MOHAMMADI de Fouad SOUIBA, édité par la maison SMEIN en avril 2012.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La quatrième de couverture en donne une présentation alléchante : “une saga marocaine de plus d’un siècle….Un moment romanesque incontournable ……dans un schéma souvent improbable“.

Cela donne envie de lire l’ouvrage, d’autant que l’auteur, cinéaste, producteur et scénariste,   est un néophyte en matière d’écriture romanesque.

Raconter l’histoire d’une famille du quartier casablancais de Hay Mohammadi, oui, le beau sujet! Encore faut-il savoir le traiter, en rendant l’âme de ce hay!

Rappeler les événements douloureux des années difficiles, oui, le beau sujet! Encore faut-il savoir les présenter autrement qu’en une accumulation de faits connus et ressassés.

Raconter les tribulations d’une troupe de théâtre avant et après l’indépendance, oui, le beau sujet quand on connait l’impact du théâtre de l’époque sur la société marocaine!

Ces beau sujets méritaient une belle langue : pas un ramassis de lieux communs, de clichés, de formules toutes faites qui se bousculent le long des 300 pages touffues de ce “roman”!

N’est pas Balzac qui veut!

Fouad Souiba aurait pu utiliser l’arabe, ce bel arabe marocain et populaire qui a construit la gloire de nos troupes théâtrales, qui a permis aux enfants de Hay Mohammadi de devenir des Nass El Ghiwan impérissables et inoubliables.

D’autres l’ont fait sous d’autres cieux, mais n’est pas non plus Taha Hussein qui veut.

N’est pas non plus Ahmed Tayeb Al Alj qui peut.

Voilà donc une matière première romanesque formidable mais formidablement gâchée! Dommage.

Avec ce genre de production approximative, il ne faut pas s’étonner que les lecteurs marocains ne se précipitent pas sur les livres signés par nos concitoyens!

Re-dommage!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes premières lectures croisées, après les vacances….

September 20, 2014 By: Citoyen Hmida Category: coups de coeur, coups de griffes, livres

A peine rentré de vacances, je me suis replongé dans mon hobby préféré, la lecture, vous vous en doutez bien!

A portée de main, traînent quelques livres que je me proposais de lire depuis quelques temps. Maintenant que j’ai repris mes marques, je passe d’un ouvrage à l’autre – vous savez que la lecture croisée est ma méthode de lecture de prédilection.

Et je ne suis pas déçu!

J’ai commencé par  SULAK de Philipe JAENADA publié en septembre 2013 chez les éditions JULLIARD.

sulak

Sulak? Ce nom ne vous dit rien? Il s’agit de ce gangster français, d’origine serbe, qui avait fait la une des journaux dans le début des années 1980.

Il était présenté comme “le gentilhomme cambrioleur”, un braqueur élégant, n’usant jamais de violence, poussant la finesse jusqu’à  dévaliser une boutique Cartier à Cannes en tenue de tennisman avec une raquette sous le bras!

Je ne vais pas raconter la vie de Bruno Sulak : le livre de Philipe Jaenada vous apprendra  tout avoir sur ce fils d’immigrés d’Europe de l’Est, passé par la Légion étrangère, comme son père! Tombé dans la délinquance par hasard et amoureux de la liberté.

Même sa mort a été un événement hors du commun : elle est restée inexpliquée.

Le récit de Philipe Jaenada est un subtil mélange de roman biographique et de fiction mais dans laquelle tous les événements sont véridiques, tous les personnages réels.

Mais le talent de l’auteur donne à cette œuvre une tonalité assez remarquable.

A lire donc, pour se rappeler que les éditeurs français savent choisir autre chose que des histoires d’alcôve et de magouilles politico-politiciennes.

Pour ne pas me perdre dans les décales de la vie aventureuse de Bruno Sulak, je me suis intéressé à un petit ouvrage de la journaliste Martine GOLZAN, paru en 2008 chez les  éditions du SEUIL sous un titre un peu prétentieux : “SUNNITES, CHIITES, POURQUOI ILS S’ENTRETUENT“.

chisun

Connaissant l’islamophobie assumée de Martine Golzan, je me dis qu’il ne serait pas sans intérêt de découvrir ce qu’elle pouvait écrire sur un sujet que les musulmans eux-mêmes sans en peine d’aborder.

En effet, sous un fatras de pseudo-données historiques et religieuses, l’auteur finit par dire une seule vérité qui me semble irréfutable : l’intervention américaine en Irak n’a rien arrangé au conflit qui depuis quatorze siècles envenime les relations entre les musulmans sunnites et leurs coreligionnaires chiites.

Le pétrole et les dollars qui en découlent ainsi que le leadership  politique de tel ou tel régime  ne participent pas à la paix et à la stabilité de la région.

Par ailleurs, Martine Golzan a déversé sur 170 pages sa prose habituelle qu’il convient de prendre avec toute l’indifférence que mérite la prétention! J’ai donc vite fait de déposer cet “objet” dans une boite  que je réserve aux livres sans intérêt.

Tiens, cette dernière phrase va me servir de transition pour vous présenter “UNE COLLECTION TRÈS PARTICULIÈRE”  de Bernard QUIRINY édité par LE SEUIL en mars 2012.

 

collection

En effet, l’auteur de cette petite pépite littéraire aime les livres et les écrivains. J’ai déjà eu l’occasion ici même de parler d’un de ses ouvrages qui m’avait très agréablement interpellé.

Dans cette collection très particulière, l’auteur belge continue à baigner dans son univers très particulier justement, celui des nouvelles presque “fantastiques” dont le sujet est “le livre”.

Cette fois, Quiriny nous parle de livres ennuyeux, sans nous ennuyer une seule seconde, de livres dont  leurs auteurs oublient le texte dès lors qu’ils dorment, de livres qui tuent ou qui sauvent la vie de celui qui les possèdent, d’autres qui ont dévoré leur auteur! Il nous invente même le livre-cigogne!

Quiriny en profite aussi pour nous livrer des nouvelles où il est question de villes mystérieuses, les unes silencieuses, d’autres  construites  sur la base d’une illusion d’optique! Une dizaine de villes aussi inattendues les unes que les autres.

Pour le plaisir, je ne peux me retenir de vous citer dans son intégralité le texte (page 169)  sur la ville de Livoni  en Sicile :

“Pleins de confiance, les fondateurs de Livoni construisirent la ville au pied d’un volcan qu’ils croyaient éteint”.

Sa collection particulière comprend aussi quelques textes sur les problèmes les plus improbables  de “notre époque”, comme la “dégglomération” qui provient du fait que “depuis quelques temps, les distances augmentent” ou encore la “grande renommée” qui aborde la problématique moderne  du “nom”

 

En tous cas, je vous conseille vivement da lecture….plutôt l’acquisition de ce bijou : vous partirez dans un voyage aux destinations soupçonnées à chaque page.

Bravo, Monsieur Quiriny.

Et bonne lecture à vous!

 

 

 

 

QUELQUES PHOTOS POUR LE PLAISIR ….

September 18, 2014 By: Citoyen Hmida Category: coups de coeur, général

Comme promis, voici quelques photos que j’ai prises  lors de mon récent séjour dans le Nord !

Je les partage avec vous en espérant que cela vous donnera envie d’entreprendre ce formidable voyage le long de la Méditerranée .

D’abord, une vue que ‘l’on peut admirer à la sortie de Tétouan, sur le route côtière reliant cette ville à Saidia, dans l’est du pays, en passant par Al Hoceima et Nador.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAcliquer pour agrandir

Une quarantaine de kilomètres plus loin, OUED LAOU mérite un arrêt ! De très nombreux estivants y viennent de partout pour y trouver soleil, mer, tranquillité et pourquoi le nier, des prix très abordables en matière de logement.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAcliquer pour agrandir.

Ensuite, une étape à ne manquer sous aucun prétexte : un arrêt déjeuner à JEBHA (sardines grillées et twigra mijotée) dans un cadre époustouflant de beauté!

OLYMPUS DIGITAL CAMERAcliquer pour agrandir

Avant  d’arriver à Al Hoceima, faites un détour par CALA IRIS, un petit paradis terrestre en bord de mer, qui vous fera penser à une ile du Pacifique.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAcliquer pour agrandir

Une fois à Al Hoceima, vous pouvez  vous prélasser sur le sable – certes noir du fait de la nature des falaises – ou sur les galets des plages de Tala Youssef, de sabadiya, de  Quemado, de  Cala Bonita, de Isly ou de Sfeha!

Juste pour vous donner une idée, voici une vue de la plage de Sfeha, avec au milieu l’île de Nekkor et les deux rochers, qui méritent bien un billet que j’écdrirais quand l’occasion se présentera:

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bien sûr, cette route taillée dans le roc des falaises du Rif est parfois sinueuse et difficile, mais elle reste toujours belle et sûre!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En espérant vous avoir donné envie de prendre la route pour découvrir ou redécouvrir cette partie du Maroc…..

 

 

 

 

 

 

 

 

LE MAROC…….coté pile et coté face!

September 16, 2014 By: Citoyen Hmida Category: société

Depuis quelques jours , l’aspect de nos villes a changé : la circulation est redevenue plus intense, la pollution de l’air plus nocive, les nuisances sonores plus présentes!

Bref, les vacances sont finies et la vie normale du Maroc a repris!

Je dois avouer que ces vacances ont été spéciales pour moi! J’en ai profité pour faire un plongeon dans mon passé. Je suis revenu dans une région que j’ai très bien connue il y a plus de trois décennies.

De cette espèce de pèlerinage,  je ramène la très ferme conviction que le Maroc a changé, mais qu’il y a encore tellement de choses à changer.

Le Maroc est une comme une pièce de monnaie, avec deux faces intimement liées, gravées dans le même matériau solide, avec d’un côté un “avers” (communément appelé le côté “face”) qui porterait tout ce le Maroc  a de beau, de grand, de formidable, de sérieux, et un coté “revers” (connu sous le vocable “pile”) où reste incrusté ce que nous trainons comme défauts, comme dysfonctionnements, comme sous-développement, n’ayons pas peur des mots!

Et cette pièce de monnaie, posée sur sa “tranche” (le bord)  tourne autour d’elle même, entrainée par le mouvement de l’histoire,  au gré du frottement de cannelures (stries sur la tranche)  sur le sol national, offrant ainsi tantôt un visage brillant, lumineux, optimiste, de notre pays, tantôt une image obscure, floue et pessimiste de ce double Maroc.

Pour illustrer mon propos, je vais retenir quelques exemples qui m’ont interpellé ces derniers jours.

La route côtière entre Tétouan et Nador, cette route qui va jusqu’à SaIdia! Une véritable merveille qui permet de découvrir des sites incroyables! Un tracé impeccable, sûr, très bien balisé et signalé.

Soit! C’est le coté “face”!

Mais, tout au long de ce voyage, on voit des dizaines de personnes, souvent des enfants, guidant des pauvres ânes faméliques, et surtout malheureux,  chargés de bidons d’eau qu’ils sont obligés d’aller chercher parfois à plusieurs kilomètres!

Triste coté “pile”!

Autre exemple.

La cote entre Tétouan et Sebta est devenue depuis quelques années le rendez-vous estival de la classe moyenne nationale et de quelques familles fortunées qui ne cèdent pas aux sirènes de l’Espagne toute proche ou de la Turquie.

Coté “face” : le tourisme national bat son plein et les affaires marchent bien!

Coté “pile” : cet engouement ne dure que quelques semaines, ensuite la zone retrouve son marasme, sa contrebande, son chômage et tout ce qui s’en suit.

Autre exemple encore plus édifiant!

Grâce au Plan Vert du ministère de l’agriculture, des milliers d’arbres fruitiers couvrent cette région, longtemps oubliée et marginalisée!

Coté “face” : noyers, amandiers, oliviers, figuiers ont changé  l’aspect et l’économie rurale.

Mais le coté “pile”  ne tarde pas à se manifester : au détour de la première route secondaire, vous avez toutes les chances de tomber sur des champs de cannabis. A l’entrée d’un petit village, vous pouvez même admire une belle parcelle  de la plante ”maudite” au pied même d’une mosquée!

Les exemples sont multiples et variés.

Coté “face” : tout au long de la route, des postes de surveillance sont érigés! Cela donne un sentiment de sécurité totale.

Coté “pile” : les tentatives d’immigration clandestine vers l’Espagne sont toujours aussi nombreuses, les trafics en tous genres n’ont pas cessé.

Parfois, le coté ”face” l’emporte : c’est la loi des statistiques.

Comme à Al Hoceima,  qui en l’espace de quelques années à été complétement transformée, modernisée, mise au niveau des plus belles cités balnéaires méditerranéennes.

Il suffirait juste de savoir vendre le produit “Al Hoceima” pour faire de cette ville un pôle touristique qui écraserait toutes les stations grecques et espagnoles.

Les statistiques ont leur mot à dire encore une fois : à Nador, c’est le coté “pile” qui est prépondérant. Les autorités locales, confrontées à des problèmes de sécurité en relation avec l’immigration clandestine, ont totalement négligée la gestion quotidienne de la ville, l’abandonnant aux vendeurs ambulants et à l’anarchie la plus débridée en matière de propreté et de salubrité.

Les grands projets touristiques autour de Mar Chica pourraient s’avérer  de cuisants échecs, car le tourisme ne peut coexister avec la saleté et l’insécurité.

Je sais que ce genre de réflexions peut être fait à propos de toutes les régions du pays : cela prouve à mon sens que le pays vit et  qu’il se débat pour avancer.

C’est ce qui compte : et le prochain nihilo qui prétendra me faire croire que le Maroc n’a pas bougé sentira le vent de ma colère! Tout comme le prochain zélateur qui tentera de me vendre l’image d’un Maroc parfait.

 

 

 

Les colonialistes ramenés à leurs propres démons.

September 02, 2014 By: Citoyen Hmida Category: Histoire, livres

Omar MOUNIR est un écrivain marocain assez atypique et surtout éclectique.

Juriste de formation, enseignant de profession, il est devenu journaliste par vocation avant de s’adonner à la littérature par passion. Parcours donc très spécial qui a été jalonné par la publication d’une série d’essais, de quelques romans, d’un récit biographique, de quelques écrits satiriques.

L’auteur, malgré sa production très diversifiée, ne semble pas avoir au Maroc le succès qu’il mérite.

Il  a publié en 2010, chez son éditeur de prédilection MARSAM, un essai intitulé LES COLONIALISTES.

les-colonialistes

 

La lecture du travail de Omar MOUNIR – car il s’agit d’un véritable travail de recherche et de documentation – constitue une véritable charge contre le colonialisme, que l’auteur résume en deux mots : “abjection et trahison”.

Cherchant la cause profonde du colonialisme européen dans les guerres que les états du Vieux continent se sont livrées durant des siècles, Omar MOUNIR voit dans l’esclavage le “préambule à la colonisation”.

Son essai s’articule autour d’une triple approche temporelle du phénomène:

  • un colonialisme primaire, rappelant toutes les étapes du partage  du monde entre ls puissances européennes et surtout toutes les atrocités qui en ont découlé.
  • un colonialisme secondaire, basé sur la création d’Israël et la politique menée par  l’état hébreu à l’égard es palestiniens.
  • un colonialisme du troisième type, qualifié de “nécessaire”, excercé par les U.SA. sur le reste du monde

Omar MOUNIR conclut son ouvrage par quelques questions aussi pertinentes que l’éventualité d’un gouvernement mondial soumis forcément aux intérêts américains et  aussi inattendues que la crainte de l’expulsion des musulmans de l’Europe.

L’intérêt de l’essai de Omar MOUNIR est indéniable, car on y retrouve une somme considérable de renseignements sur le comportement des colonisateurs – états, armée, colons – qui devraient inciter les occidentaux dans leur ensemble à une certaine repentance  morale envers les peuples qu’ils ont exploitées, des civilisations qu’ils ont bafouées et des crimes qu’ils ont commis.

Ce rappel des faits historiques, dont certains sont d’une cruelle actualité, devraient aussi poussé les occidentaux à une plus grande humilité en matière de leçons sur les droits de l’homme, qu’ils sont si prompts à donner à ceux-là mêmes qu’ils ne considéraient pas comme des êtres humains à part entière.

Pourtant, je ne peux me retenir de formuler quelques réserves sur cet essai :

  • Un ouvrage de ce genre ne prétend pas bien évidemment épuiser le sujet abordé et en aspire à en donner un éclairage subjectif et partiel : je crois que le travail de Omar Mounir, très bien axé sur les nuisances irrécusables du colonialisme européen, évacue peu trop rapidement les méfaits de l’aspiration des soviétiques à dominer la partie du monde qui étaient sous leur contrôle, des états baltes aux fins fonds de l’Asie, en passant par l’Ukraine et autres Géorgie et Azerbaïdjan, sans compter le glacis des pays satellites affidés à Moscou.

 

  • Par ailleurs, l’auteur semble dédouaner complètement les pays et peuples qui sont passés par le jouc du colonialisme. Il oublie l’idée que n’est colonisé que ce qui est colonisable : l’Europe n’a pu étendre son influence sur le monde que parce le reste du monde accusé un retard à tous les niveaux.

 

  • Enfin, le phénomène de la colonisation n’a pas été une invention européenne ni capitaliste dans le sens moderne du terme. Les grecs et les romains anciens l’ont pratiqué, tous comme les chinois et les arabes, car tous ces colonisateurs ont profité de la règle que je viens de rappeler .

 

  • Pour finir, je dois, pour être en accord avec moi-même, reprocher à  l’auteur le recours récurrent comme source ou comme référence à l’encyclopédie libre  WIKIPEDIA, alors que la bibliographie citée  et les notes auraient été largement suffisantes.

 

Ceci étant dit, il faut lire l’essai de Omar MOUNIR ne serait-ce que pour rendre hommage l’effort intellectuel de l’auteur qui dénonce de manière virulente l’une des plaies de l’histoire moderne de l’humanité.

 

 

 

 

 

 

 

GAZA : encore une amère victoire, encore plus amère qu’en 2009!

August 28, 2014 By: Citoyen Hmida Category: coups de gueule, étranger

Après la terrible et criminelle opération “Plomb durci” qui avait couté la vie à 1.300 palestiniens de la bande de Gaza et qui avait laissé des milliers de blessés, d’estropiés, de mutilés, de traumatisée à vie, les dirigeants du Hamas avait crié victoire!

Je m’étais ici même élevé contre ces cris de victoire, presque indécents au vu du prix payé par la population civile de Gaza!

Cinq ans et demi plus tard, une autre opération, encore plus terrible et encore plus criminelle, l’opération “Bordure Protectrice” menée par l’état  hébreu contre Gaza a fait plus de 2.000 morts, encore plus de milliers de blessés, d’estropiés, de mutilés, de traumatisée à vie qu’en 2009!

Et les mêmes dirigeants du Hamas crient encore une fois victoire!

La seule différence entre les deux cris de victoire : en 2009, Khaled Mechael criait victoire à partir d’un palace luxueux de Damas! Aujourd’hui, le même Khaled Mechael crie victoire à partir d’un palace encore plus luxueux de Qatar!

En tous cas, il est loin de Gaza!

Loin des immeubles détruits! Loin des écoles pulvérisées! Loin des hôpitaux rasés! Loin des mosquées bombardées! Loin des jardins d’enfants et des plages mitraillés à l’arme lourde! Loin des centrales électriques réduites en miettes!

Khaled Mechael peut crier victoire en effet, surtout s’il le fait de loin!

Loin des milliers de familles déplacées! Loin des milliers de blessés entassés dans les hôpitaux submergés! Loin des enfants déchiquetés par des obus tirés à bout portant par des tanks! Loin des gazaouis étouffés par un blocus criminel!

Monsieur Khaled Michael avait déjà crié victoire en janvier 2009 !

Quelle victoire?

Le blocus était là, il a continué et après ce deuxième cri de victoire il est encore là!

Les pécheurs gazaouis peuvent sortir en mer? NON! Est-ce donc une victoire?

Les points d’accès sont-ils ouverts à la libre circulation? NON! Est-ce donc là une victoire?

Les gazaouis vivent de la générosité internationale :est-là là une victoire?

Vu des étages supérieurs des palaces internationaux, hier deux de Damas, aujourd’hui ceux de Qatar, le blocus peut paraitre différent, il faut bien le reconnaitre!

Alors, crions victoire!

Peuple de Gaza, crie victoire, puisque Khaled Mecheal  le demande! On peut même dire qu’il l’exige, car il n’est pas bon d’avoir une opinion différente de celle de Monsieur Khaled Mecheal!

Crions victoire, contentons-nous de crier en attendant la prochaine opération israélienne : elle sera encore plus terrible et encore plus criminelle!

Plus terrible, car elle sera alimentée par un désir encore plus fou de détruire le peuple de Gaza avant de passer à celui de la Cisjordanie!

Plus criminelle, car elle bénéficiera encore une fois de la complicité silencieuse du monde entier!

Celle des états occidentaux bien sûr, car ils n’ont pas encore payée leur dette envers les millions de juifs massacrés sous leurs yeux et parfois avec leur complicité active!

Celles des états musulmans, qui n’ont pas encore réglé des différents qui les minent depuis des siècles et qui ne vont pas s’engager dans un problème qui risque d’aggraver leurs dissensions!

Celles des états arabes, empêtrés dans leurs propres problèmes et leurs propres contradictions!

Celles des grands états qui veulent remodeler le monde et pour qui Gaza, et même la Palestine dans son ensemble,  n’est qu’un point sur la carte du monde!

Il reste la rue! L’opinion publique!  Il ne faut pas la négliger mais il ne faut lui donner plus de poinds qu’elle n’en a réellement!

CRIONS DONC VICTOIRE !

Mais n’oublions pas qu’il s’agit de la victoire  amère et inutile du verbe sur le fer et le feu!

P.S.  : pour ceux qui douteraient encore, voilà ce qui reste de GAZA après la “victoire” du Hamas! Regardez et applaudissez!