citoyenhmida.org

Chroniques d'un citoyen Lambda sur l'actualité
Subscribe

DES DIZAINES DE NOUVEAUX AMBASSADEURS …..

February 09, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Coups de gueule, Politique intérieure

Quand j’ai entendu l’information, samedi dernier, j’ai cru à un gag, à un canular, à une intox lancée par les sites électroniques avides de sensationnalisme à “zouj frank” !

Pourtant, le fait s’est avéré : le Maroc allait procéder au changement de plus de SOIXANTE DIX AMBASSADEURS ! Bien sûr, dans ce mouvement, il y aura un petit jeu de chaises musical : de nombreux ambassadeurs changeront de postes et cela est normal! Mais quand même….

Pour bien évaluer l’événement, j’ai voulu savoir combien d’ambassades le royaume du Maroc entretient à travers le monde : il y en aurait 86 !

Pour le citoyen lambda que je suis, l’information en question, replacée dans ce contexte, prend une autre tournure et pose une série de questions!

Il ne pouvait s’agir surement pas de remplacer des ambassadeurs touchés par l’âge de la retraite ! Mais alors pourquoi ce mouvement massif, inédit je crois dans l’histoire de la diplomatie nationale?

Cela signifierait d’abord que la presque totalité de nos représentations diplomatiques nécessite une espèce de nottoyage, disons le mot de “coup de balai” qui éliminerait des agents incompétents, qui écarterait des personnes qui ne seraient pas à leur place ou qui sanctionnerait des comportements douteux.

S’il en est ainsi, d’autres questions me viennent à l’esprit :

1/ ces personnels devraient rendre des compte devant qui de droit. Qu’en sera-t-il dans la réalité ?

2/ des sanctions administratives et peut-être autres devraient être prises à leur encontre. On peut espérer et rêver!

Ensuite, il faudrait se demander qui est le responsable de la nomination de ces personnes à des postes aussi sensibles que celui de représenter son pays. Tout le monde sait que la nomination à certains postes diplomatiques tient plus du principe “bak sahbi” que de la compétence ou de la prédisposition professionnelle. Il donc difficile de déterminer la responsabilité de ces nominations.*

Etre ambassadeur est une mission complexe, difficile, nécessitant des compétences spéciales, du doigté, de la culture, de la finesse, de l’entregent, des connaissances tant intellectuelles que personnelles, du flair, de la prestance, de la conviction, un art de la persuasion consommé, une grande capacité d’anticiper, de communiquer de préférence en ^plusieurs langues et de sentir la société d’accueil, d’écouter ce qui se dit et ce qui se sous-entend et aussi une capacité d’évaluer avec justesse les événements économiques, culturels, scientifiques et militaires.

Un ambassadeur, selon Jacques Rummelhardt, ancien ambassadeur dans un entretien avec le quotidien LA CROIX daté du 18 février 2011, doit suivre le pays auprès duquel il est accrédité dans “son état politique, économique, émotif, sentimental”.

Si le Maroc est obligé de changer la presque totalité de ses chefs de missions diplomatiques, cela signifie que les responsables se sont rendus compte que ces hauts fonctionnaires, mandatés pour représenter le Maroc et défendre ses intérêts, font mal ou ne font pas leur travail!

Ils seront remplacés par qui ?

Peut-on s’improviser “diplomate”?

Encore une fois, le citoyen lambda que je suis pense que non !

On ne devient pas un BON ambassadeur de son pays par une simple décision administrative.

Faut-il donc nous réjouir du choix de militants de droits de l’homme ou d’activistes reconnus de la société civile pour assumer cette fonction! Il nous reste à l’espérer!

Le Maroc a besoin de toutes ses potentialités : il ne faut donc négliger aucune solution ! Mais il serait malheureux et triste, et surtout désespérant, que cette expérience, inédite et courageuse, fasse long feu. Nous avons perdu trop de temps.

Notre darija est finalement très arabe !

February 04, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Livres, Société

Choukri AL BAKRI n’est pas un inconnu pour le public marocain : ce journalist anime, depuis quelques années sur les ondes de la station de radio tangéroise MEDI 1, des émissions dédiées à la langue et à la civilisation arabes. Et comme souvent dans le domaine radiophonique, la qualité de ces émissions est loin d’être négligeable.

Entre décembre 2010 et août 2013, il a présenté une émission consacrée à l’origine arabe de la darija marocaine courante dans laquelle il tentait de trouver les racines arabes classiques des différents vocables utilisés dans la “darija” marocaine actuelle.

Ses différentes chroniques dans le cadre de ce programme ont été rassemblées en un recueil constitué de deux tomes, publié en 2015 par l’auteur avec le concours du Ministère de la Culture sous le titre éponyme de l’émission : “موجز الفصيح في الدارج اليومي“.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il aurait fallu, pour cette publication atteigne vraiment son but, que l’auteur explique la démarche qui a guidé l’élaboration de son petit lexique, qu’il nous indique également les raisons de choix des locutions qu’il a retenues et qu’il nous projette enfin dans l’objectif qu’il voulait atteindre en lançant ce travail.

En tout cas, le résultat est là, imprimé, fixé sur du papier, pouvant servir de base de travail pour des recherches plus approfondies!

Que retenir de cette liste de mots utilisés dans l’arabe dialectal marocain courant, la darija ? Que leur origine est sans contexte arabe, cela semble évident! Mais que cette origine soit ancrée dans l’arabe classique le plus pur, le plus ancien, le plus parfait, cela peut paraître inattendu, mais Chokri AL BAKRI a entrepris de nous le prouver.

J’ai été intrigué pour ma part quelques mots que je croyais être “viscéralement” marocains, de par leur consonance et de par le concept qu’ils expriment!

Qui aurait pensé que le mot ” كْسْكْسُو ” (couscous) trouverait son origine dans le verbe arabe ” كّسّسّّ ” qui signifie ” دق الشيء دقًا شديدًا ” , c’est à dire “piler”, ou dans le mot ” الكسِيس ” qui désigne une sorte de viande séchée ” لحم يُجفَّف على الحِجارَة “. Le lien n’est pas forcément évident mais le rapprochement est plausible.

Cette autre formule on ne peut plus marocaine ” بْزًَاف ” pour signifie l’abondance serait dérivée des mots arabes classiques
” الجُفاف ” ou ” الجِفاف ” qui s’appliquerait à quelque chose dont le volume n’est pas fixé “الشيء مجهول القدر”. L’idée de grande quantité est donc bien présente : le reste est affaire de simple phonétique.

Il serait fastidieux de reprendre ici tous les mots dont Choukri AL BAKRI a décortiqué l’origine pour la relier à une racine arabe classique mais il est certain que la plaisir de découvrir ou de redécouvrir que les mots aussi populaires que ” الفلُوس ” (argent) ou ” صْرْفَق ” ( gifler ) ou encore ” مزيان ” ( de bonne qualité) ont leur origine première respective dans les vocables arabes classiques ” فلس ” (unité monétaire ancienne), ” سَفَقَ ” (asséner un coup au visage), ” مُزدان ” dans le sens de ” مُزَيٌَن ” ( décoré, orné, enjolivé).

Tout au long des deux fois 90 pages et avec près de 275 occurrences, Choukri AL BAKRI nous invite a un voyage agréable et instructif dans le passé de notre darija si particulière, et pourtant si arabe finalement.

Aux trolls assumés et aux contre-trolls autoproclamés…

February 03, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Dans la blogama

J’adresse ce billet – qui n’en est pas un, mais le rappel de quelques autres billets que j’avais mis en ligne à différentes époques de de la vie de ce blog, aux trolls qui viennent polluer cet espace et aux contre-trolls qui se sont donner pour mission de les contrer, parfois à défaut de pouvoir le faire sur un autre terrain.

Personne, je rappelle, personne ne viendra perturber ni empêcher la publication régulière de mes chroniques!

Vous pouvez continuer vos escarmouches ridicules et intéressantes, moi je continuerai à entretenir ce blog par des billets réguliers, variés et conformes à mon humeur!

Je l’ai déjà dit plusieurs fois, je le redis et vous finirez bien par entendre raison comme beaucoup d’autres avant vous qui ont renoncé à joué à ce jeu stupide.

MON BLOG N ‘EST NI UNE POUBELLE NI UNE BOITE A LETTRES

Entre flames, trolls et commentateurs, je continuerai à bloguer!

Si vous avez une once de bon sens et un soupçon de fierté personnelle, arrêtez de vous comporter comme des gamins mal-élevés qui se tiennent fort mal chez l’hôte qui les reçoit!

GOUVERNER CE N’EST PLEUVOIR…..MAIS PLUTÔT PRÉVOIR !

February 01, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Coups de griffes, Politique intérieure

“Au Maroc, gouverner, c’est pleuvoir”!”

Peu importe que ce soit le maréchal Lyautey ou son successeur à la résidence générale de France au Maroc qui ait la paternité de cette phrase qui a marqué l’histoire moderne de notre pays, jusqu’à être reprise par le président Hollande lors de sa ville de travail à Tanger en avril 2013.

L’intérêt de cet aphorisme est de réduire à néant la rôle du politique dans la gestion du pays : et cela arragnge bien les affaires de tout le monde.

En s’en remettant à la pluie, à la météo et finalement à la nature et celui qui la dirige, pour guider les décisions politiques d’un gouvernement, les dirigeants se dédouanent donc de toute responsabilité dans la gestion du pays!

Ils ont vite fait d’oublier que la véritable formule avait été inventée le journaliste Emile DE GIRARDIN (22 JUIN 1806 – 27 AVRIL 1881), pionnier de la presse bon marché, qui avait très finement résumer le rôle des gouvernants dans cette formule lapidaire : “GOUVERNER, C’EST PRÉVOIR” !

Et donc prévoir la pluie, ou le manque de pluie, entre autre chose!

C’est donc anticiper ou extrapoler, en tous cas ne pas attendre les bras croisés que le ciel se décide ou pas à nous arroser ou au contraire à nous dessécher!

En ce début d’année 2016, la pluie semble bouder le Maroc à tel point que la situation devient alarmante!

sécheresse

Si gouverner n’était que pleuvoir, le gouvernement actuel serait en chômage technique !

Et malheureusement, il l’est face à la situation : il a fallu attendre encore une fois que le souverain prenne les choses en main en convoquant le chef du gouvernement et le ministre de l’agriculture et leur donner les hautes instructions pour “prendre les mesures nécessaires face au retard enregistré dans les précipitations et limiter ses effets sur l’activité agricole“.

Ce n’est pas la première fois d’ailleurs que le gouvernement n’entre en action que sur impulsion royale : la dernière fois que nous avons observé cela n’est pas bien lointaine. Un ministre délégué ne s’est déplacé dans le Nord du pays pour s’enquérir de la panique qui a saisi la population suite aux dernières secousses théurgiques.

Le chef de gouvernement préfère, en ce qui le concerne, se féliciter de la concomitance des chutes de pluies en 2012/2013 et l’arrivée au pouvoir de son parti béni du Créateur.

Face donc aux dangers qui menacent l’agriculture marocaine, du fait de la sécheresse, un plan d’urgence de près de CINQ MILLIARDS DE DIRHAMS a été lancé !

Cette décision prouve bien que gouverner ce n’est pas pas pleuvoir, mais bien plus que cela : c’est faire face aux difficultés, ou mieux les prévenir!

L’actuel chef de gouvernement semble encore une fois ne pas très bien dominer le sujet
!

DES MOTS NOUVEAUX POUR DIRE LES MAUX ANCIENS …

January 27, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Coups de griffes, Général, Société

La langue française est pleine de bizarreries et ce depuis toujours! Mais en y mettant un peu du sien, l’tulisateur de la langue de Molière peut s’y retrouver plus ou moins aisément!

Notre amie Fat Olw a justement relevé hier une de ces singularités : les français semblent être les seuls à utiliser le vocale “paratonnerre” pour désigner le “dispositif destiné à protéger les bâtiments des effets de la foudre.” Or, dans le dispositif, il n’est nullement de “tonnerre” ni encore moins d’effets ou de dangers du tonnerre par ce que en fait le tonnerre n’est pas l’objet visé par le dispositif mais bien la foudre!

Ce dispositif devrait porter le nom de “parafoudre” comme c’est le cas dans plusieurs langues, dont l’arabe!

Aujourd’hui, je voudrais m’arrêter sur un autre phénomène de la langue française, ce que l’on dénomme : le “parler politiquement correct“! En fait, c’est la tendance retenue par les politiciens d’abord suivis par les médias, avant d’être adopté dans le langage courant, de “parler pour ne déplaire à personne.”

Aucune règle linguistique ne justifie l’existence de ce parler politiquement correct, puisqu’il suffit juste de “adoucir les formulations, termes ou expressions qui pourraient heurter un public catégoriel“. Cette façon de procéder ne change rien au statutet à la situation personnel de ce public mais les apparences sont sauves

Ainsi, quand vous allez payer vos courses au supermarché, vous ne serez plus face à une rébarbative “caissière” mais vous aurez affaire à une charmante “hôtesse de caisse“. Pour la pauvre prolétaire, cela ne change strictement rien, mais vous serez moins culpabilisé de participer à l’exploitation de la classe des travailleurs.

Vous aurez le même sentiment en entrant dans un magasin où vous accueillera une “hôtesse de vente” autrement plus agréable forcément qu’une simple “vendeuse” : vous pourrez même établir des liens personnels avec elle en l’appelant par le prénom qui est inscrit sur son badge, même si elle n’a pas spécialement envie de parler avec vous.

En arrivant à votre bureau, vous trouvez que tout est parfaitement nettoyé et passé à l’aspirateur : c’est tout à fait normal, car la “technicienne de surface” est passée par là aux environ de 6 heures du matin, exactement comme le faisait l’ancienne “femme de ménage”.

Quand le personnel commence à s’installer, vous notez que les “commerciaux” et les “chargés de clientèle” sont toujours les plus élégants, ceux qui prennent soin de leur coiffure, qui choisissent les cravates les plus seyantes : ils doivent, comme les anciens “proposés” impressionner et séduire le velgum pecus qui se précipitera sur les guichets dès l’ouverture des portes!

J’allais oublier les “instituteurs et institutrices” qui ont marqué notre enfance et ont contribué à faire de nous ce que nous sommes : leur rôle et leur mission ont été revalorisés par un simple changement de qualification! Ils sont devenus “professeurs des écoles”. Bien sûr ils leur plus d’études, plus de diplômes mais leur travail est le même que celui de leurs aînés.

Mais les malheureux qui n’ont pas pu trouver un emploi vont être être exclus de ces nouvelles appellations! Bien sûr que non, il ne faut vexer personne : les “chômeurs” deviennent par miracle des “demandeurs d’emploi” : ce serait, parait-il, moins stigmatisant et moins stressant!

Pour tous les défauts ou handicaps physiques, les français ont choisi la périphrase – cette figure de la rhétique qui consiste à utiliser plusieurs mots pour exprimer ce que l’on pourrait dire en un seul – pour rendre plus supportable la gêne qui pourrait découler de l’usage des termes spécifiques.

Ainsi, un sourd est désigné par les formules “malentendant” ou mieux “déficient auditif” ce qui n’apporte aucun soulagement à son état et ni aucune amélioration à sa perception des sons.

Les aveugles, pour leur part, sont affublés du qualificatif de “malvoyantS” qui ne leur est d’aucun secours pour évoluer dans le monde qu’ils ne distinguent pas.

Les handicapés qui souffrent de paralysie des jambes, plus ou moins graves, sont désormais des “personnes à mobilité réduite” .

Malgré les ravages que l’obésité fait parmi les adolescents et même les enfants – vive la malbouffe de Mac Do et Co – , il est malvenu de désigner les obéses par ce mot : on parlera de “personnes en surcharge pondérale” alors que les risques de problèmes de santé soient exactement les m^mes évidemment.

La société est cataloguée en “seniors“, en “personnes troisième âge” , en “minorité visible“, en “personne de couleur” selon que l’on soit en fin de carrière professionnelle, en situation de retraité, qu’on ait le faciès légèrement du commun des voisins ou qu’on ait la peau basanée.

Et bien évidemment, les situations sociales, politiques et économiques difficiles n’échappent pas cette tendance du parler politiquement correct : on ne parlera plus de “prisons” mais de “espace carcéral“, ni de bavures policières ou militaires qui deviendront des “dommages collatéraux“, ni de hausse des prix requalifiées de “réajustements des prix”, ni de produits de mauvaise qualité mais de “entrée de gamme“, ni bien sûr des charges sociales des entreprises mais de “coût du travail” ce qui permet de culpabiliser les travailleurs!

A parler politiquement correct, on finira, je crois, par perdre le sens de la vie même!

Ce phénomène existe aussi chez nous ! Peut-être pas dans le même esprit du “politiquement correct” français, mais avec la même dose d’hypocrisie sociale.

Quand quelqu’un a la peau foncée, on lui collera le joli quolibet de “Louiyene” (la petite couleur) histoire de taquiner sans plus!

Les “Madame Tazi” de nos quartiers huppés font toujours appel à de petites bonnes pour s’occuper de leurs chérubins : mais maintenant, elles les attribuent un tablier en vichy, un chemisier blanc et une petite calotte pour cacher leur cheveux et disent à leurs amies qu’elles ont recruter une “nounou” ou une “nurse” pour leur petit dernier.

Souvent dans les grandes surfaces, vous entendrez une voix nasillarde dans les hauts-parleurs prier “Assayida Al Mounadifa” de se déplacer dans tel rayon : la femme de ménage ou technicienne de service – devenue “madame la nettoyeuse” par la grâce de l’arabisation” s’exécute immédiatement.

Enfin, nos chômeurs voient leur situation rendue encore plus dramatique dès lors qu’on parlera de “diplômés chômeurs“, comme si un non-diplômé avait plus de facilité à supporter l’absence de travail !

Changera-t-on les maux de notre société en changeant les mots qui les désignent? Rien n’est moins sûr!

Le P.A.M. a un nouveau SG : et maintenant que va-t-il faire ?

January 25, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Politique intérieure

Le P.A.M. ce parti sorti de n ulle part et qui a traîné comme une tare, que certains esprits critiques, ou malveillants, le qualificatif de “parti de l’ami du roi”, a désigné hier son nouveau secrétaire général en la personne de l’énigmatique Ilyas EL OMARI.

AIC-PRESS-14-Ilyas-el-omari-470x450

J’utilise en toute conscience et responsabilité le qualificatif de “énigmatique” dans un des sens retenus par extension dans le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales :

Qui est mystérieux, secret; dont on ne sait rien ou dont il est très difficile de savoir quelque chose“.

Donc que les choses soient claires, rien de péjoratif, rien de dépréciatif, juste un constat fait par un citoyen lambda, habitué à observer la scène politique de ce pays, en toute objectivité, sans arrière-pensée, ni ambition cachée.

Monsieur Ilyas EL OMARI – inconnu au bataillon des hommes politiques de ce pays il y a quelques années – se retrouve donc à la tête de l’un des partis-phares!

Je ne m’en plaindrais pas, moi qui ai toujours fustigé la sclérose qui paralyse les appareils politiques nationaux et l’apathie qui engourdit l’action politique!

Maintenant, la question qui se pose est : que va-t-il faire ?

Selon ses déclarations, ce personnage – qui est devenu une personnalité semble réunir beaucoup de qualités appréciables :

nationaliste convaincu tout en ne reniant pas son amazighité et se projetant dans un Maroc des régions

– profondément laïc sans oublier les racines historiques de notre islam ouvert et tolérant.

démocrate car il est apparaît comme un homme en phase ses propres convictions intimes acquises lors de sa jeunesse.

moderne dans sa manière de concevoir la politique loin de tout élitisme; il s’inscrit également contre toute forme de démonstration ostentatoire protocolaire.

déterminé convient parfaitement à cet homme politique – maintenant il peut porter ce qualificatif, r’este à savoir s’il le mérite – qui est bien ancré dans ses principes et qui désigne sans tergiverser ses adversaires politiques.

Le P.A.M. doit faire face à l’échéance électorale qui se profile à la fin de l’été 2016 : échaudé par les résultats du P.J.D., son principal rival, qui a raflé la majorité écrasante des grandes villes lors des municipales de septembre dernier, le parti du Tracteur doit présenter une offre politique sérieuse, crédible et réaliste pour espérer figurer dignement sous la coupole du parlement.

Cette offre est présentée dans ce document : “la démocratie sociale et les défis de la modernisation politique au Maroc“.

Les électeurs auront jusqu’à septembre prochain pour le décortiqué, essayer de trouver les solutions aux problèmes concrets qui les préoccupent au quotidien :

– le chômage

– la corruption

– l’enseignement

– la sécurité

On peut s’interroger si les belles formules comme “l’état des régions” ou “la construction de l’état du développement et de la justice redistributive“, ou encore “la gestion et l’efficacité de l’action politique” sans oublier les concepts galvaudés de “transparence“, de “intégrité“, de “justice sociale” ou de “moralisation de la vie publique” trouvent encore un écho chez le citoyen(ne), mille et cent fois déçu par les mots, les promesses et les tours de passe-passe de nos hommes politiques!

Monsieur Ilyas EL OMARI est maintenant face à son vrai destin : il est sous les feux de la rampe, il n’est plus l’homme de l’ombre, le marionnettiste présumé !

Au même titre de Abdelillah BENLIRANE, que Salahdinne MEZOUAR, Hamid cHABAT, Nabil BENABDELLAH, Mhand LAENSAR, Driss LACHGAR, et autres Nabila MOUNIB et Mohamed SAJID, le nouveau patron du P.A.M. est une figure incontournable du paysage politique de ce pays!

A lui de nous montrer “7ennat yaddih” !

  • Quelques citations

    "Tant de gens échangent volontiers l'honneur contre les honneurs."
    Alphonse Karr
    'De tout temps la politique a été la science de l'absurdité.'




    Stefan Zweig
    "Le drame de notre temps, c'est que la bêtise se soit mise à penser."
    Jean Cocteau
    'Le public ne lit pas un journal pour penser ou réfléchir, que diable ! On lit comme on mange.'
    VILLIERS DE L'ISLE-ADAM
    'Tant de gens échangent volontiers l'honneur contre les honneurs.'

    Alphonse Karr
  • Les commentaires les plus récents

  • Mes posts les plus récents

  • Calendrier

    February 2016
    M T W T F S S
    « Jan    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    29  
  • Catégories

  • Mes archives