JUSQU’OÙ VONT ALLER LES SITES D’INFORMATION ?

Récemment, LEDESK.MA traitait certains de ces confrères de “putes du clic” : ce n’est pas très glorieux ni pour pour LEDESK.MA de faire la morale à ses confrères ni pour les sites visés par l’article en question.

Si je réprouve l’attaque portée nommément par un média contre un autre, je suis par contre complètement d’accord avec LEDESK.MA dans sa dénonciation de ce phénomène que connait la scène médiatique élctronique nationale.

Des sites prétendument d’information diffusent des énormités totalement aberrantes sans que cela provoque la moindre émotion dans le public qui gobe cela comme des vérités immuables!

Certains internautes inconscients trouvent tout à fait normal de “partager” ce genre de bétises, sans se poser des questions, sans essayer de mesurer la conséquence de ce simple clic0

Les exemples les plus divers peuplent de manière récurrente les pages entières de ces prétendus sites d’information!

Jusqu’où ces médias vont-ils aller?

Informer, ce n’est pas diffuser des sornettes, sans en contrôler les sources, sans les recouper, sans en vérifier l’exactitude.

Je me souviens d’une phrase entendue dans un film USA sur le Watergate. Le journaliste appelait ses informateurs et leur disait : “j’ai une information, et je voudrais que vous la CONFIRMIEZ ou que vous l’INFIRMIEZ”.

Et après croiser plusieurs de ses sources, il publiait ou non son information.

Quel journaliste marocain procède de cette manière ? Notamment, dans les médias électroniques.

Récemment, je ne sais plus qu’l site affirmait qu’on a arrêté un homme “en possession de 145 MILLIARDS“? L’imbécile qui a diffusé ce canular sait-il ce que sont concrètement “145 milliards”! Pourtant, il y a quelques semaines, toute une polémique était née autour des 117 milliards de Had Soualem!

Comme si ce n’était pas assez gros, on est passé de 117 à 145 …La prochaine fois ce sera 200 milliards et nous continuerons à prendre cela pour argent comptant, sans mauvais jeu de mot!

Je vous laisse le choix des âneries diffusées par la presse électronique…

Essayons juste de faire le tri et de ne retenir que ce qui semble sérieux et crédible, c’est à dire pas grand chose!

AHURISSANT ET HALLUCINANT MAROC TELECOM

Je ne trouve pas d’autres qualificatifs pour notre opérateur historique pour résumer ce qui vient de m’arriver ce matin!
En client sérieux et assidu de MarocTélécom ou de IAM – à votre choix – j’ai été payer ma facture mensuelle.

Le préposé me signale que je serais redevable à Monsieur Ahizoune et sa comptabilité de la somme de SOIXANTE CENTIMES – je dis bien soixante centimes, pas soixante ryals, non juste 60 centimes – et que si je ne la payais pas MAROC TELECOM POURRAIT ME COUPER MA LIGNE TÉLÉPHONIQUE.

Oui, Mesdames et Messieurs, MAROC TELECOM – IAM serait donc en droit de me couper la ligne à laquelle je suis abonné depuis l’été 1993 et sur laquelle je n’ai jamais enregistré le moindre retard de paiement.

Pourtant Dieu sait si cette ligne m’a coûté comme argent, avec une certaine époque des appels à l’étranger facturés alors que je ne les ai jamais lancés!

Coûté comme argent, comme la totalité des abonnés de MT-IAM en communications sur-facturées du temps du monopole et ensuite av ec des forfaits totalement incompréhensibles.

Coûté comme argent et comme stress, avec un débit internet voisin de zéro pendant des journées entières!
Le hic est que le proposé a été incapable de m’expliquer ce que représentent LES SOIXANTE CENTIMES dont je serais redevable mais il a brandi la menace de coupure!

Je lui ai demandé que ce montant faramineux soit inclus dans une prochaine facture et je le réglerais sans problème si le motif est justifié! Il a préféré continuer à tripoter son PC sans me répondre.

Décidément, MT-IAM n’a rien compris à la notion de “clients” – ils en sont encore à celle d’usagers dociles – ni à la notion de concurrence!

Mais il faut dire aussi que leurs abonnés dont je suis méritent bien le sort qu’ils nous réservent : nous pouvons très aller voir ailleurs et nous le faisons pas , par paresse ou par bêtise!

P.S. : sur mon blog personnel j’ai à maintes fois soulevé les dysfonctionnements de notre opérateur historique, mais je n’arrive pas à m’en séparer! Bien fait pour ma gueule 😉

MAROC TELECOM OU L’ARNAQUE PERPETUELLE!

MAROC TELECOM M’A “LESER”!

ET PENDANT CE TEMPS, BENKIRANE ….

LE MAROC REPREND LA PLACE QUI LUI REVIENT AU SEIN DE SES ¨PAIRS AFRICAINS !

Et pendant ce temps, Benkirne se confine chez lui!

LE MAROC CONNAIT DES PROBLÈMES CAUSES PAR LES MERCENAIRES DU POLISARIO !

Et pendant ce temps, Benkirane tourne en rond comme un ours en cage !

LE MAROC DOIT FAIRE FACE A DES PROVOCATIONS DE LA PART DES DEPUTES EUROPEENS HOSTILES A NOTRE PAYS!

Et pendant ce temps, Benkirane fait des discours destinés à ses partisans et des déclarations à l’emporte-pièce à des chaines de télés que personne ne regarde.

LE MAROC PREVOIT LE RAPPEL DES MILITAIRES DE RÉSERVE et CEUX QUI ONT SERVI AU SAHARA !

Et pendant ce temps, Benkirane se terre, boude, râle et raconte n’importe quoi.

LE MAROC a-t-il en fait besoin de Abdelillah BENKIRANE ? Voilà la question qu’en tant que citoyen lambda je me pose depuis plusieurs semaines.

La constitution lui donne le droit de former un gouvernement mais elle ne lui donne pas le droit de squatter le poste de “chef de gouvernement désigné” s’il est dans l’incapacité, réelle, supposée ou feinte de mener à bien cette tâche!

Il faut que cette comédie cesse : le moment historique est trop grave pour que l’on se plie aux quatre volontés d’un homme qui n’a pas compris que son parti n’a pas remporté les élections d’octobre 2017 mais qu’il a juste 125 sièges sur 395 avec 1.500.000 voix sur 15.700.000 inscrits.

OU S’ARRÊTERA LA VAGUE OBSCURANTISTE ?

Récemment, nous avons perdu un proche parent.

Quand il a fallu construire sa tombe, les avis les plus divers ont commencé à fuser de la bouche de personnes plus ou moins – je dirais plutôt à mon avis pas du tout – qualifiées pour s’exprimer sur le sujet.

Les uns prétendaient qu’il ne fallait absolument pas “construire” un tombeau sur le lieu où le défunt avait été enterré! Cet acte constituerait, à leur sens, une “bid3a” et que toute “bid3a” vouerait bien sûr son auteur à l’enfer!

Combien de nos coreligionnaires sont donc candidats à l’enfer, si l’on jette un coup d’œil dans nos cimetières!

Et si je me trompe pas le prophète Sidna Mohamed repose en paix depuis des siècles sous un tombeau dont la visite serait recommandée et comblerait le vœu de tous les musulmans.

Après d’âpres discussions et surtout à la suite des dernières pluies qui ont failli emporter toute trace de la tombe, la famille a enfin décidé de construire un tombeau sobre avec une plaque portant l’identification du disparu et l’inscription d’un verset du Livre Saint rappelant l’inanité de la vie humaine.

Nouvelle polémique : toute mention coranique sur une tombe serait “bid3a” si l’on en croit nos nouveaux “oulémas du vendredi” (comme il existe des peintres du dimanche).

Depuis quand et selon qui et quoi, la citation du texte coranique serait “bid3a” ?

Cet exemple n’est un parmi des dizaines d’autres qui envahissent chaque jour d’avantage nos habitudes séculaires, nos rites les plus simples et finalement notre vie quotidienne!

Pourquoi ces nouveautés?

Qui en a décidé ainsi ?

Que veulent ces prétendus docteurs de la foi, ces ouléma autoproclamés, ces analphabètes de la religion, en tentant d’imposer chaque mois, chaque,semaine, chaque jour, à chaque émission de télévision émise on ne sait d’où et par on ne sait qui, à chaque fatwa énoncée par d’obscurs et de dangereux prédicateurs?

Que cherchent-ils ?

Et surtout pourquoi certains de nos compatriotes sont si prompts à les suivre, sans réfléchir, sans se référer à notre histoire, à notre civilisation, à l’islam tel qu’il nous a été légué par nos ancêtres?

Qu’existeraient-ils de nous demain, ces chantres de l’intolérance et de l’exclusion si nous continuons à les suivre bêtement et aveuglement!

Il est grand temps de nous reprendre en main, de revenir à notre islam et d’envoyer paître les charlatans et les fauteurs de troubles !

ISRAEL ENCORE UNE FOIS DÉFIE LE MONDE

On se moque de qui?

L’ONU exhorte l’état d’Israël à cesser la colonisation des territoires occupés!

Et le monde s’enthousiasme…

Victoire, crient les palestiniens !

Camouflet pour Israël, avancent d’autres!

Résolution historique, affirment certains!

Alors que le Conseil de Sécurité n’a rien fait d’autre que “exhorter” et si l’on se réfère à la plupart des dictionnaires dans le mot “exhorter”, on trouve la notion de “tenter de convaincre” !

Il n’est nullement fait état d’obligation impérative, juste une exhortation, basée sur le disocurs!

Et pourtant ISRAEL a très mal pris la chose et l’état hévbreu est tout de suite monté sur ses grands chevaux!

Avec convocation des ambassadeurs des pays qui ont voté cette “résolution”! Même l’ambassadeur des USA – allié traditionnel et inconditionnel d’Israël – a été prié de venir s’expliquer devant Natanyahou de l’abstention de son pays, comme un vulgaire fonctionnaire tenu de se justifier devant son supérieur hiérarchique!

Avec rappel de quelques ambassadeurs et avec des sanctions diplomatiques!

Et comble de l’effronterie en droit international, l’état d’Isra¨Pel déclare haut et fort qu’il rejette la décision du Conseil de sécurité et qu’il ne s’y conformerait pas!

On peut donc se demander à quoi sert l’O.N.U? On peut s’interroger à quoi sert le Conseil de Sécurité? On est en droit de se poser la question sur la suite éventuelle de ce nouveau défi lancé par Israël à la communauté internationale et à ses plus hautes instances!

Obama a-t-il voulu tirer une dernière salve avant de disparaître des radars de la politique américaine? Il n’ se serait pas pris autrement!

A-t-il voulu planter un clou empoissonné dans le pied de son successeur en le laissant revenir à la case départ avec les risques, fussent-ils minimes, que cela comporte?

En tous cas, cette résolution va rejoindre la pléthore de décisions de l’ONU – Assemblée Générale ou Conseil de Sécurité – que l’état d’Israël ignore superbement depuis des lustres sans qu’auncune sanction d’aucune soerte ne vienne sanctionner ce comportement de “enfant gâté”!

BIEN SÛR QUE J’AI PEUR POUR MON PAYS !

Bien sûr que j’ai peur pour mon pays! Pour sa sécurité, pour sa stabilité, pour sa paix intérieure, pour son équilibre, pour son unité, pour son intégrité!

J’ai peur de la voir basculer dans le chaos où beaucoup voudraient l’entraîner! Et je ne parle pas de complot extérieur, ni d’intervention d’une main étrangère occulte! Non, juste de ce que nous mêmes sommes capables de faire comme mal à ce pays, en prétendant lui vouliur du bien !

J’ai légitimement peur de ce que certains appellent “fitna”!

Il y a quelques semaines, j’avais peur que les élections du 7 octobre dernier ne débouchent sur je ne savais trop quoi au cas où le PJD n’aurait remporté la première place. Monsieur BENKIRANE nous avait clairement annoncé que lui et les siens portaient “le paradis dans leur coeur” et que la mort ne leur faisait pas peur!

Moi, la mort me fait peur ! Surtout celles des innncents qui sont sacrifiés par les puissants et les ambitieux!

Ensuite j’ai eu peur que le souverain désigne comme chef de gouvernement quelqu’un d’autre que Abdelillah BENKIRANE : le choix aurait pu être porté sur un autre PJDiste moins colérique, moins sanguin, moins émotif, plus posé, plus diplomate, plus cultivé peut-être, ayant de l’entregent, sachant tenir son rôle national sans le confondre avec celui de chef de son parti! J’avais peur de la réaction de Benkirane et de ses partisans, car beaucoup de marocain/es ont voté pour l’homme et pour le tribun avant de choisir le parti.

Après la désignation de Benkirane pour former le prochain gouvernment, j’ai eu peur que son seul et unique objectif soit de contrer par tous les moyens possibles la PASM, au détriment d’une majorité stable et logique!

Ma peur se confirme au fur et à mesure de l’avancement des consultations! Bientôt un mois que le pays est sans gouvernement pratiquement et rien ne pointe à l’horizon!

Avec la tragique mort de Mouhsine FIKRI, j’ai eu peur que la ville d’Al Hoceima ne bascule dans la folie , entrainant avec elle le reste du pays!

Le drame humain était terrible, il ne fallait pas le doubler d’un drame national! Ce ne fut pas le cas et ce ne sera pas le cas : la manifestation de ce vendredi 4 novembre à Al Hoceima nous l’a démontré!

Mais je continue à avoir peur pour mon pays !

J’ai peur que ce cri lancé après ce tragique événement ne soit pas entendu par ceux contre qui il a été lancé : il a été lancé par une ville que je connais bien pour y avoir vécu, pour en connaitre l’histoire et l’économie, pour en avoir apprécié les habitants, pour en avoir compris la mentalité,

Ce cri a besoin d’une réponse rapide et efficace, d’une suite énergique et rationnelle : les responsables du drame qui a broyé Mouhsine FIKRI doivent être désignés, jugés et sanctionnés!

Mais pas qu’eux seulement !

Le souverain a donné le signal lors de son discours à l’occasion de l’ouverture de l’actuelle sessions parlementaire : il a fait ce qu’il avait à faire!

C’est au gouvernement, à ses administrations, à ses services extérieurs, aux agents d’autorité sur place, aux élus locaux, régionaux et nationaux, aux syndicats, aux partis, aux juges, aux gendarmes, policiers, douaniers, à toute personne ayant choisi Le service public comme métier de faire ce qu’il y a lieu de faire, c’st à dire de LEUR DEVOIR, celui de servir le citoyen dans le cadre de la loi.

Et c’est là que encore une fois, j’ai peur pour mon pays : le peuple ne peut se contenter de discours, de réactions ponctuelles de tel sercice ou de telle administration! Le peuple a besoin de faits réels, de justice, d’égalité de traitement, de respect, de considération!

La fitna n’est pas dans nos habitudes ni dans nos gènes : le marocain est sage et patient! Il l’a démontré quand il a rejeté – après les avoir essayé – les exemples venus d’ailleurs et voués à l’échec! Mais ce peuple est également un peuple digne et fier! Les habitants d’Al Hoceima n’ont pas le monopole de la dignité et de fierté pas plus qu’il ne sont la cible privilégiée et unique de la “hogra”!

Enfin, j‘ai peur pour mon pays face à ce que Internet peut nous produire comme dégats ! N’importe qui peut à n’importe moment et à partir de n’importe quel point du monde, prendre la parole et semer la zizanie ! Rien ne peut arrêter la vague qui déferle sur nos écrans, rien ne permet de filtrer le bon grain de l’vraie! Certains au nom de la liberté d’expression prennent la liberté d’insulter, d’invectiver, d’attiser la haine, de souffler le vent de la discorde, sans risque, sans responsabilité, sans aucune conscience!

Tout cela me fait peur, je le dis sans honte mais avec une grande peine et un lourd sentiment d’impuissance!

Le début de la fin de l’ère “BENKIRANE and Co”

L’histoire se répète et elle bégaie pour ceux qui refusent d’en tirer les leçons qui s’imposent et d’en infléchir le cours!

L’ère “Benkirane and Co” avait commencé par la publication des fameuses listes de bénéficiaires d’agréments de transport et celles des carrières de sables : cela devait révolutionner le système rente dont bénéficiaient un certain nombre d’heureux citoyens pur loyauté envers le système en place à l”époque!

Nous en avons parlé ici même :

Liste des “grimats” : simple rideau de fumée?

M. Rabbah continue à dévoiler ses listes! Et après, on fait quoi?

Entre temps, qu’en est-il et des agréments de transport et des ceux des carrières de sable?

Aujourd’hui les hommes de la bande Bekrinae and Co dénoncent les bénéficiaires de vente au rabais de terrains relevant du domaine privé de l’état!

Croient-ils avoir découvert le fil à couper peur ou bien avoir découvert l’eau tiède en dénonçant ce que tous les marocains savaient !

Tout le monde au Maroc sait que tel ou tel responsable a “hérité” à un moment donné de sa vie d’une faveur ou d’une libéralité de la part de ce qu’il est convenu de qualifier par commité de ” makhzen”!

Dénoncer cette pratique à quelques semaines du début d’une compagne électorale, qui sera chaude et difficile à mener par le parti dirigeant le gouvernement, permet à Benkirane and Co de faire diversion du mécontentement général qui se dégage à la suite des échecs répétés de l’action du gouvernement actuel!

Ces transferts de propriétés du domaine privé de l’état en faveur de particuliers trouveraient leur fondement juridique dans un décret du premier ministre datant de 1995!

Soit !

Pourquoi le chef du gouvernement, seul à pouvoir prendre un acte annulant ce décret, na-t-il pas pris l’initiative de retirer ce texte, de le revoir, d’en modifier la teneur, bref d’en limiter la nuisance, si nuisance ikl y a !

On peut dire que le Chef du Gouvernement n’a pas fait son travail, ici comme ailleurs! Il a préféré agir en chef de parti et profiter d’une situation, certes trouble, mais dont la clarté relevait de ses compétences.

Le Maroc affronte des défis autrement plus importants que la vente d’un lot de terrain, fût-il bradé à un prix dérisoire au profit d’un haut fonctionnaire!

Le Maroc affronte des défis autrement plus graves que les élucubrations de jeunes en manque de célébrité qui s’exhibent sur la toile, des sabres de pacotille à la main!

Le Maroc est la cible d’un terrorisme rampant !

Le Maroc est la cible d’une déstabilisation menée par le régime algérien!

Le Maroc est la cible d’attaques menées par de puissants lobbies qui n’acceptent l’idée que le royaume soit une terre de paix, de prospérité et de tolérance!

Le Maroc doit éradiquer la corruption! Le Maroc doit rétablir une justice qui rende la justice au lieu de rendre des services! Le Maroc doit instaurer enfin un enseignement qui forme des citoyen/nes responsables et non plus des chômeurs prêts à être manipuler par le premier venu!

Voilà les vrais défis que nous devons tous et toutes relever, unis et vigilants!

Alors, de grâce, arrêtons de nous focaliser sur de faux problèmes que certains jettent en pâture sur les réseaux sociaux et sur les sites électroniques et que d’autres se complaisent à relayer et à amplifier!

S’il nous faut faire des liste, faisons la liste des défis qui nous attendent et celles des moyens de les relever! C’est à celà que Benkirane and Co doivent s’atteler s’ils veulent ou s’ils espèrent récolter encore les voix de nos compatriotes lors des élections d’octobre 2016.

A bon entendeur salut !

LE GRAND MACHIN EST PILOTE PAR UN GRAND BENÊT

Le respect des institutions et de ceux qui les représentent est une nécessité qui s’impose à nous sauf quand ces institutions et ceux qui les représentent ne se respectent pas et qu’ils ne nous respectent plus.

Peut-on se plier au devoir de respect d’une institution internationale dont le Secrétaire général prend à contre-pied toutes les décisions entérinées par les plus hautes instances de cette institution?

La réponse est à mon sens : “non” et en tant que simple citoyen lambda, n’ayant ni pouvoir de décision ni possibilité d’action mais juste une opinion que je suis libre d’émettre, je pense que la récente saillie de Monsieur Ban Ki Moon, secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies est l’exemple type de cette situation.

UN Secretary General Ban Ki-moon participates in a news conference about climate change meeting

Libre à ce monsieur de visiter les pays au’il veut, d’aller où il veut, de rencontrer qui il veut, dans le cadre de son travail !

Libre à lui par ailleurs d’avoir une vision personnelle des problèmes dont il est supposé s’occuper : ses idées personnelles doivent disparaître dès lors qu’il agit et qu’il parle “es qualité”.

En utilisant le vocable “OCCUPATION” au sujet du Sahara marocain – vocable que l’on ne retrouve dans aucun document de l’ONU depuis que cette instance s’occupe du problème – Monsieur Ban Ki Moon commet au mieux un “lapsus” et au pire “une faute”!

Est-ce acceptable ?

Non et mille fois non ! Par ce qu’il ne s’agit pas d’occupation mais de “récupération” !

Si Monsieur Ben KiMoon veut un exemple concret et surtout meurtrier d”occupation ,il devrait se tourner vers la Cisjordanie et vers les “territoires occupés” faisant l’objet de la résolution 242 du Conseil de Sécurité votée le 22 novembre 1967 et qui exige “le retrait des forces armées israéliennes des territoires occupés lors du récent conflit”, à savoir le Sinaï jusqu’au canal de Suez, de la bande de Gaza, de la Cisjordanie dont Jérusalem-Est et du plateau du Golan.

Un demi-siècle après, à part le Sinaï et la bande de Gaza, évacuée mais mise sous embargo total et régulièrement bombardée par l’état hébreu, cette résolution surt les territoires occupées est restée lettre morte!

Qu’a fait Monsieur Ben Ki Moon pour faire appliquer cette résolution ? A-t-il seulement consacré une heure de son temps depuis dix ans à ce problème ?

On peut chercher les raisons de cette malheureuse sortie du Secrétaire Général de l’ONU :

– l’émotion, peut-être devant la situation humanitaire désastreuse dans les camps qu’il a visités?

– le sentiment de culpabilité face à la petite fille sahraouie que son convoi a fauchée?

– le désir de se venger de la fermeté marocaine face aux tergiversations de son représentant personnel.

– l’influence de ce représentant justement, ce qui serait inconvenant à ce niveau de responsabilité.

– l’énervement face à la nouvelle situation créée par la mise en place de la régionalisation avancée telle que
promise, ce qui va vider de son sens toute critique envers le le Maroc qui tient sa parole et ses promesses.

– les préoccupations égoïstes pour son propre avenir ?

En tous cas, cette déclaration – à la limite irresponsable – pourrait avoir des conséquences historiques si jamais elle a un impact sur les futures prises de position du Conseil de sécurité !

La région est suffisamment instable pour qu’il soit envisageable d’ajouter de nouveaux éléments d’instabilité.

Monsieur Ben Ki Moon a bien tenté de rétro-pédaler par la voix de son porte-parole qui a déclaré que “le secrétaire général est convaincu que lui et les Nations Unies sont neutres sur le dossier du Sahara occidental”!

Soit !

Mais pourquoi ne pas l’avoir été quand vous étiez sur place, Monsieur Ban Ki Moon?

Et pourquoi ne pas avoir dénoncé les détournements des dons qui devaient bénéficier à ces malheureux? Pourquoi ne pas avoir remis en cause un pouvoir sans aucune représentativité ni légitimité en place depuis 40 ans ? Pourquoi ne pas avoir fustiger les violations des droits de ces gens parqués dans des camps en plein territoire algérien? Pourquoi ne pas avoir exiger d’en connaitre le nombre exact et l’idendité si vous voulez qu’ils participent à une hypothétique consultation?

Non, Monsieur Ban Ki Moon, vous avez perdu l’occasion de parler des vrais problèmes !

Ce n’est pas étonnant : vous gérez une institution inutile !

Il faut dire que depuis sa création “Le machin” – si bien nommé par le Général De Gaule – n’a jamais rien réglé ! Ce n’est pas maintenant qu’il le fera sous l’impulsion d’un grand benêt!

En effet, monsieur Ban Kimoon, comparé aux divers secrétaires généraux de l’ONU, n’a rien d’une grande personnalité : juste pour l’exemple, je pense au suédois Dag Hammarskjold, mort dans l’exercice de ses fonctions dans le conflit congolais et à l’égyptien Boutos Boutros Ghali, grand diplomate, grand intellectuel, qui a tenu la dragée haute aux américains au point de se voir refuser par leur opposition un second mandat.

INFO ou INTOX : la Chabiba Ittihadia et son vote au congrès de l’UIJS.

Depuis hier circule sur certains sites d’information, notamment Le 360.ma et MEDIA24.com, une nouvelle qui, si elle s’avérait constituerait un vrai scandale en effet.

Il semblerait que les représentants de la Chabiba Ittihadia, présents en Albanie au congrès de l’Union internationale des Jeunes socialistes (IUSY), auraient permis par leur vote à une entité séparatiste sahraouie d’accéder au statut d’observateurs au sein de cette instance internationale.

La chose est suffisamment énorme pour attirer l’attention du citoyen lambda que je suis !

Est-il possible que des jeunes marocains, patriotes par définition, militants par choix, se soient acoquinés avec les adversaires de notre intégrité territorialité ?

Qu’ils aient participé à mettre en avant une entité dont le rôle est de toucher à ce que les marocain(e)s ont de plus sacré et à ce qui constitue l’une des ciment de ce pays ?

Ce genre d’info peut relever de l’intox la plus basique à laquelle nos adversaires ont souvent recouru : lancer une fausse information pour semer le trouble et provoquer la zizanie entre les marocains!

Je veux bien le croire !

Mais alors aux intéressés, en l’occurrence les premiers responsables de l’U.SF.P. – le secrétaire général et celui de la Chabiba Ittihadia – de monter au créneau et d’aborder la preuve que la délégation itthihadie est hors de cause.

La lecture des deux articles que j’ai cités plus haut semble montrer plutôt l’embarras des uns et des autres parmi les dirigeants de l’ex grand parti de gauche et aussi le manque total de maîtrise de la situation.

Si l’information s’avère, je ne sais pas qu’elle doit être la décision des instances du parti de feu Bouabid, qui doit se retourner comme un damné dans sa tombe!

Je me demande ce que devrait être la position des autorités publiques, d’ailleurs ?

Si la preuve du contraire est apportée, il faudrait que les médias qui ont lancé ce faux scoop fassent leur mea-culpa publique et présentent des excuses publiques à l’USFP, à la jeunesse de ce parti et à tous ses militants et pourquoi pas à tous les marocain(e)s.

Le moment est trop important pour laisser soit une bande de jeunes faire n’importe quoi, soit une bande de “journalistes” diffuser n’importe quoi!

L’U.E. et le MAROC : jusqu’où ira ce petit jeu !

Entre le Maroc et l’U.E., on a l’impression que l’on joue à petit jeu de gosses : “je te tiens, tu me tiens par la barbichette!”

maxresdefault

Sauf que la politique et l’économie ne sont pas un jeu !

Et pourtant, l’Union Européenne, ses instances, son conseil, son parlement, ses dirigeants croient bien qu’ils peuvent jouer avec le Maroc pour lui faire lâcher prise sur un problème fondamental pour le pays, pour l’état marocain, pour les marocaines et les marocains!

L’U.E. joue avec le Maroc et veut absolument le faire plier sur son intégralité territoriale !

Et cette insisstance à faire plier le Maroc, état souverain, millénaire, état constitué dans les régles les plus strictes de la définition d’un état, telles qu’elles sont enseignées dans toutes les facultés de droit du monde, est le fruit de pression venues d’un mouvement auto-procalmé de libération, n’ayant aucune légitimité, aucune représentativité, aucune base juridique.

Et pourtant, le POLISARIO et son allié, son sponsor financier, son parrain diplomatique, à savoir l’Algérie, n’a pas cessé de donner de véritables bras d’honneur à l’Europe, dans toutes ses composante, Union Européenne, partis politiques, organisations non gouvernementales et associations humanitaires qui le soutiennent !

Depuis le début de ce conflit, créé de toutes pièces, jamais personne n’a pu accèder aux fameux camps de Tindouf, situé sur le territoire algérien, pour recenser le nombre exact de personnes qui s’y trouvent, pour relever leur identité et leur nombre, afin de calibrer l’aide à apporter!

Cette aberration n’a jamais élmu quiconque dans les couloirs et dans les bureaux de l’Union Européenne !

Si quand même, un député socialiste avait relevé que l’aide de l’U.E. disparaissait mystérieusement avant d’arriver à ces fameux camps et qu’elle se retrouvait sur les marchés algériens !

Son observation fut classée sans suite pendant des années ! Le rapport qu’il a exigé a été enterré dans les tiroirs des responsables européens durant des mois ! Et une fois publié, il a vite oublié et ne donna lieu à aucune décision!

Mais cette même U.E. par l’entremise d’un vague tribunal européen en mal de publicité a décidé d’annuler l’accord commercial sur les produits agricoles conclu en 2012 avec le royaume du Maroc.

Rien que cela ! Et tout cela à la demande du Polisario !

Le Maroc en assez de ce petit jeu de dupes, il a donc décidé qu’il suspendait ses contacts avec les institutions européennes.

Beaucoup diront que cette décision est dangereuse et peut entraîner le Maroc vers une situation qu’il ne pourra pas contrôler !

D’autres affirmeront que ce n’est un coup d’épée dans l’eau qui ne changera rien à la situation, une “tbourida” pour amuser la galerie.

Le fait est là : “il y a quelque chose de changé dans le royaume du Maroc!” qui ne se laisse plus marcher sur les pieds par le premier technocrate européen venu, fût juge ou parlementaire!

En tous cas, le Maroc et les marocain(e)s sûrs de leurs droit ne vont pas se laisser tenir par la barbichette par quelques juges et quelques parlementaires qui préfèrent les chimères à la réalité!

Aux états européns de prendre leur responsabilités et de décider s’ils préfèrent traiter avec un état constitué et souverain ou avec une bande de mercenaires!

DES DIZAINES DE NOUVEAUX AMBASSADEURS …..

Quand j’ai entendu l’information, samedi dernier, j’ai cru à un gag, à un canular, à une intox lancée par les sites électroniques avides de sensationnalisme à “zouj frank” !

Pourtant, le fait s’est avéré : le Maroc allait procéder au changement de plus de SOIXANTE DIX AMBASSADEURS ! Bien sûr, dans ce mouvement, il y aura un petit jeu de chaises musical : de nombreux ambassadeurs changeront de postes et cela est normal! Mais quand même….

Pour bien évaluer l’événement, j’ai voulu savoir combien d’ambassades le royaume du Maroc entretient à travers le monde : il y en aurait 86 !

Pour le citoyen lambda que je suis, l’information en question, replacée dans ce contexte, prend une autre tournure et pose une série de questions!

Il ne pouvait s’agir surement pas de remplacer des ambassadeurs touchés par l’âge de la retraite ! Mais alors pourquoi ce mouvement massif, inédit je crois dans l’histoire de la diplomatie nationale?

Cela signifierait d’abord que la presque totalité de nos représentations diplomatiques nécessite une espèce de nottoyage, disons le mot de “coup de balai” qui éliminerait des agents incompétents, qui écarterait des personnes qui ne seraient pas à leur place ou qui sanctionnerait des comportements douteux.

S’il en est ainsi, d’autres questions me viennent à l’esprit :

1/ ces personnels devraient rendre des compte devant qui de droit. Qu’en sera-t-il dans la réalité ?

2/ des sanctions administratives et peut-être autres devraient être prises à leur encontre. On peut espérer et rêver!

Ensuite, il faudrait se demander qui est le responsable de la nomination de ces personnes à des postes aussi sensibles que celui de représenter son pays. Tout le monde sait que la nomination à certains postes diplomatiques tient plus du principe “bak sahbi” que de la compétence ou de la prédisposition professionnelle. Il donc difficile de déterminer la responsabilité de ces nominations.*

Etre ambassadeur est une mission complexe, difficile, nécessitant des compétences spéciales, du doigté, de la culture, de la finesse, de l’entregent, des connaissances tant intellectuelles que personnelles, du flair, de la prestance, de la conviction, un art de la persuasion consommé, une grande capacité d’anticiper, de communiquer de préférence en ^plusieurs langues et de sentir la société d’accueil, d’écouter ce qui se dit et ce qui se sous-entend et aussi une capacité d’évaluer avec justesse les événements économiques, culturels, scientifiques et militaires.

Un ambassadeur, selon Jacques Rummelhardt, ancien ambassadeur dans un entretien avec le quotidien LA CROIX daté du 18 février 2011, doit suivre le pays auprès duquel il est accrédité dans “son état politique, économique, émotif, sentimental”.

Si le Maroc est obligé de changer la presque totalité de ses chefs de missions diplomatiques, cela signifie que les responsables se sont rendus compte que ces hauts fonctionnaires, mandatés pour représenter le Maroc et défendre ses intérêts, font mal ou ne font pas leur travail!

Ils seront remplacés par qui ?

Peut-on s’improviser “diplomate”?

Encore une fois, le citoyen lambda que je suis pense que non !

On ne devient pas un BON ambassadeur de son pays par une simple décision administrative.

Faut-il donc nous réjouir du choix de militants de droits de l’homme ou d’activistes reconnus de la société civile pour assumer cette fonction! Il nous reste à l’espérer!

Le Maroc a besoin de toutes ses potentialités : il ne faut donc négliger aucune solution ! Mais il serait malheureux et triste, et surtout désespérant, que cette expérience, inédite et courageuse, fasse long feu. Nous avons perdu trop de temps.

UN NOUVEAU 25 NOVEMBRE ET TOUJOURS LE MEME COMBAT CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES

Encore et toujours, aujourd’hui comme hier et malheureusement comme demain, le combat contre les violences faites aux femmes est à l’ordre du jour!

Les violences faites à nos mères, à nos sœurs, à nos filles, à nos épouses, à nos voisines, à nos collègues, ici et ailleurs, dans nos contrées sous-développées comme dans les pays riches, dans les sociétés prétendues avancées comme dans les sociétés qualifiées d’archanïques, cette violence existe, sans honte et sans limite.

Il nous donc la dénoncer, encore et encore et encore! ET le 25 novembre est une date pour que cette dénonciation soit entendue un epu plus!

Alors dénonçons!

orange

Dénonçons toutes le violences, sans choisir telle ou telle forme de violence faites aux femmes!

Mais, même si l’horreur ne peut être hiérarchisée, même si imbécillité brutale des hommes contre les femmes ne peut être classifiée dans un ordre plutôt que dans un autre, ces derniers temps l’homme semble avoir franchi un nouveau pas dans cette horreur et dans cette imbécillité!

Non content d’être intrinsèquement et naturellement violent et brutal, l’homme recours à Dieu maintenant pour justifier ses agissements criminels !

Certains fous d’Allah appartenant à la bande terroriste qui, profitant du chaos créé par d’autres, met à feu et sang l’Irak et la Syrie ont rétabli l’esclavage féminin afin de fournir des esclaves sexuelles à ses combattants.

Sous d’autres cieux, les femmes sont utilisées comme kamikazes pour entraîner dans leur mort celle de dizaines d’innoncents et innocentes aussi innocents qu’elles.

Partout dans le monde, une propagande effrénée et terriblement efficace cherche à recruter des jeunes filles issues des milieux sociaux les plus divers dans les pays les plus variés afin d’alimenter les sinistres activités de ces criminels.

Quand la propagande ne suffit pas, le recours aux rapts de masse de jeunes filles est courant, comme ceux pratiqués au Kenya par les hommes de Boko Haram.

Des documents sérieux, fiables, vérifiés, circulent sur le net au sujet de toutes ces nouvelles violences faites aux femmes!

Alors en ce jour où le monde entier se dresse contre les violences faites aux femmes, n’en oublions aucune et dénonçons les toutes partout où elles se pratiquent!

Au coin de notre rue, sous nos yeux!

Dans l’intimité des foyers, riches ou pauvres, aisés ou démunis, dans les villas cossues ou les bidonvilles!

Dans les usines clandestines ou dans les bureaux climatisés des grandes capitales!

Dans les autobus et autres moyens de transport en commun!

Chaque acte violent porté contre une femme est une insulte à l’homme qui le commet et à l’homme qui laisse faire!

P.S. : comme chaque 25 novembre, j’ai une pensée sympathique pour quelqu’un qui se reconnaîtra.

Eh oui, Ya Si BENKIRANE, nous y sommes pour quelque chose !

Vous l’avez bien dit, ya Si Benkirane, quand vous avez raconté cette fUmeuse (je dis bien FUMEUSE et non pas fameuse) blague salace (7amdâ selon vos propres termes “nous y sommes quand même pour quelque chose” !

Je remarque que nos troupes n’ont rien compris à la blague et que vous avez dû pousser le bouchon de la vulgarité assez loin pour qu’ils saisissent le sens de votre propos.

Eh oui, ya Si Benkirane, nous y sommes même pour beaucoup dans le fait fait d’avoir un chef de gouvernement qui a à cœur de nous amuser et de nous faire rire !

Car vous nous faites rire, à défaut de nous laisser pleurer !

Jamais depuis l’indépendance, nous n’avons eu un chef de gouvernement ou un premier ministre aussi amusant que vous !

Vous nous avez même donné votre aval pour une vie une plus dissolue que celle que votre parti préconise comme modèle de société !

Vous, chef de gouvernement dirigeant d’un parti au révérenciel islamique ou islamiste (pourtant nous sommes des musulmans) vous avez pratiquement donné votre bénédiction à nos concitoyens d’avoir une “sa7ba” en précisant toute fois que cela est fort onéreux!

Je me souviens incidemment que vos certains de vos propres ministres ou proches sont très portés sur la question : l’actualité assez récente a été marquée par quelques frasques dont le pays aurait opu se passer.

Et vous, vous riez franchement et de bon cœur de vos saillies !

Vous riez mais nous sommes scandalisés, outrés, offensés, blessés! Mais c’est de notre faute car nous y sommes pour quelque chose!

Sans nos voix, sans notre espoir, sans notre dépit face aux autres formations politiques, jamais, ya Si Benkirane nous ne seriez installé dans le fauteuil de chef de gouvernement!

Nous avons le chef de gouvernement que nous méritons : nous y sommes pour quelque choses! Personne ne nous l’a imposé, il est là conformément à la constitution que nous avons presque unanimement adoptée!

Alors continuez à nous faire rire, ya Si Benkirane, vous le faites si bien ! Je crois bien que c’est la seule chose que vous sachiez bien faire.

Mais n’oubliez pas cette sentence du philosophe grec Héraclite d’Ephèse : “Ne faites pas rire au point de prêter à rire.”

P.S. : J’ai mis en ligne ce billet justement aujourd’ui et à cette date, avant l’intervention de Si Benkirane sur MEDI 1 TV, où il va essayer de nous vendre une autre facette de sa personnalité!

C.N.D.H. : un rapport dont on n’a retenu que quelques mots!

Le Conseil National des Droits de l’Homme, dans le rôle que la constitution de 2011 lui a donné dans son article 161 et que le dahir n° 1-11-19 du 1er mars 2011 lui a tracé, a publié récemment un rapport sur l’ÉTAT DE L’ÉGALITÉ ET DE LA PARITÉ AU MAROC.

Le sous-titre de ce rapport précise qu’il est destiné à “Préserver et rendre effectifs les finalités et
objectifs constitutionnels”.

Ce document de 83 pages est construit de manière très claire et très pédagogique : il présente en trois parties la problème de la parité et de l’égalité au Maroc :

> PARTIE I : ÉGALITÉ ET NON DISCRIMINATION

> PARTIE II : ÉGALITÉ ET PARITÉ EN DROITS ECONOMIQUES, SOCIAUX ET CULTURELS

> PARTIE III : LES POLITIQUES PUBLIQUES ET LEURS IMPACTS SUR LES FEMMES LES PLUS VULNÉRABLES AUX VIOLATIONS DE
LEURS DROITS

Chaque partie aborde successivement les différents points, en établissement un constat de la situation, et en proposant pour chaque point les recommandations que les membres du CNDH jugent opportunes.

Ces recommandations vont du détail le plus pointu comme l’alinéa 1 du paragraphe n° 17 – page 10 qui demande de “procéder au retrait de l’alinéa 2 de la déclaration concernant l’art.2, …..“, à des demandes très concrètes comme celle figurant dans le paragraphe 45 – page 20 visant à ” améliorer l’accueil, l’information et l’orientation dans les sections de justice de la famille ainsi que la qualité des informations dispensées“.

Elles évoquent des principes extrêmement ardus, tels ceux soulevés à dans le paragraphe 92 -page 37 : “l’équité et la qualité qui devraient guider les chantiers de la réforme et de la refonte du système éducatif national” ou encore d’autre plus terre-à-terre comme “mettre en œuvre d’une manière effective l’arsenal juridique national relatif aux accessibilités” (paragraphe 176 alinéa 4 page 76).

Il n’est pas nécessaire de passer en revue tout le rapport mais il est très étranger que seule UNE SEULE RECOMMANDATION ait provoqué des réactions épidermiques, notamment chez les internautes.

Il s’agit de cette phrase qui apparaît dans le paragraphe 37 sous-alinéa 4 du premier aliné – page 17 :

“réviser la législation successorale afin de faire de telle sorte que l’égalité et l’équité
soient rétablies en faveur du veuf/veuve et des descendants des deux sexes”.

D’un coté, les tenants de l’orthodoxie religieuse ont crié au blasphème et ont brandi le texte coranique qui fixe les règles successorales.

De l’autre, les modernistes ont crié à l’inégalité et ont brandi les circonstances socio-économiques actuelles qui justifient un changement de ces règles, qui pouvaient se justifier à un moment de l’histoire.

Le problème mérite débat et ce débat aura lieu, par la force de l’histoire, de l’économie et de la société!

Mais ce problème devrait-il occulter tous les questions soulevées par le rapport du CNDH et toutes les recommandations préconisées par cette institution?

J’invite tous les marocain(e)s à lire ce rapport et à réfléchir aux propositions de ses auteurs : ils se rendront compte que si un certain nombre d’entre elles sont suivies d’effet, le débat sur l’héritage apparaitra sous un jour moins polémique et plus serein!

Ne faisons pas de l’héritage l’arbre qui cache la forêt de la situation désastreuse de la femme dans notre pays!

SANS INFO ET SANS COM ON TOMBE DANS LA RUMEUR PUIS DANS L’INTOX.

Tous les étudiants en sciences de l’information et le communication vous le diront : pour être crédible auprès d’un public, quelque il soit, il faut savoir donner des informations fiables, sûres et vérifiables et communiquer de sorte que ces informations touchent leur cible, sans être déformées ou tronquées.

Nos responsables politiques semblent ignorer ce b-a-ba de l’information et de la communication. A maintes reprises, cette carence a été observée et malgré tout le mal qu’elle a pu engendrer pour le pays, elle ne semble être comblée pour autant.

Le dernier exemple en date s’inscrit dans la suite de la tragique bousculade de Mina qui a provoqué la mort de près de 800 personnes, selon un bilan encore provisoire plusieurs jours après la catastrophe!

Dans cet accident, il y avait de très forts risques que des marocains et des marocaines aient été parmi les victimes : en effet, à ce moment précis du Hadj, personne n’était en mesure de préciser qui se trouvait où !

Pourtant, les médias se sont empressés d’annoncer qu’il n’y avait pas de victimes et le gouvernement est resté muet.

Ni le chef du gouvernement, le Sieur Abdelillah BEKIRANE, ni le ministre des Habous en charge de l’opération “Hadj” le Sieur Ahmed TOUFIQ ni enfin le ministre de Communication, le Sieur Mustapha KHALFI, n’ont jugé utile de s’adresser à la presse et encore moins à la nation à ce sujet.

Devant ce vide et dès la fin de la journée du 24 Septembre, circulait sur les réseaux sociaux le terrible chiffres de 87 morts parmi les hadjs marocains, sans mention du nombre de blessés éventuels! Sans qu’aucune source ne soit citée, juste ce chiffre !

Officiellement, silence radio total de la part du gouvernement !

Personne ne pouvant préciser l’origine de cette rumeur, aucune autorité ne l’ayant démentie, aucune source officielle n’ayant pallier le manque d’information, aucune réaction officielle ne s’étant manifestée, elle s’affirmait comme LA VÉRITÉ !

Et malheureusement, les internautes et les sites d’info en ligne ont contribué à sa propagation, de la manière la plus irresponsable qui soit !

Dans les cas d’accidents graves ou de catastrophes, tous les gouvernements du monde créent des cellules de crise pour suivre le fil des événements; les responsables se présentent à la radio et à la télévision pour rassurer, informer, expliquer, bref pour jouer le rôle qui le leur!

Dans ce triste événement, notre gouvernement s’est montré totalement déconnecté de la nation! Et il a fallu encore une fois que le Souverain prenne lui-même le dossier en main !

Il est tout à fait anormal que le premier bilan de cette catastrophe soit communiqué par le cabinet royal : ce n’est pas son rôle ! C’est au gouvernement d’être en première ligne dans ces cas, comme en bien d’autres, fixés par la constitution!

Le chef du gouvernement, le Sieur Abdelillah Benkirane nous suffisamment chauffé les oreilles ces dernières années avec “son” gouvernent, “ses” ministres”, “sa” majorité : il aurait dû continuer à jouer son rôle de chef de gouvernement même dans ces moments extrêmement douloureux pour des milliers de familles marocaines.

En n’informant pas et ne communiquant pas, le gouvernement du Sieur Benkirane a failli, il a fauté, il a fait montre de négligence envers le peuple qui l’a porté à ces hautes responsabilités.

Gouverner n’est pas que gesticuler à la tribune du parlement ou que ferrailler comme un chiffonnier avec une chambre des conseillers !

Mais laisser la rumeur prendre le pas sur la vérité, laisser la rumeur ronger l’espoir de milliers de familles, laisser la rumeur devenir de l’intox n’est pas digne d’un gouvernement qui se respecte et qui aspire au respect de la population.