citoyenhmida.org

Chroniques d'un citoyen Lambda sur l'actualité
Subscribe

Archive for the ‘Politique intérieure’

AL HOCEIMA ou le remake d’un mauvais film.

February 10, 2017 By: Citoyen Hmida Category: Général, Politique intérieure, Société No Comments →

Les événements qui se déroulent à AL Hoceima depuis quelques semaines ne nous font-ils pas l’effet de déjà vu, déjà entendu, déjà vécu, déjà oublié et puis soudain remémoré.

Si on reprend la chronologie des événements, on peut se poser des questions auxquelles personne se semble être en mesure, ou plus exactement ne semble vouloir apporter une réponse satisfaisante.

Certains veulent en chercher la cause dans l’histoire, en remontant à Abdeklkrim KHATTABI, à son soulèvement contre la domination espagnole, à sa guerre héroïque contre les armées coalisées français et espagnoles.

Mais en même temps, ils veulent oublier tout cela et ne retenir que les rancœurs ultérieures et les frictions personnelles entre des égos surdimensionnés des uns et des autres. D’un coté, le jeune grand combattant Abdelkirm Khattabi et le vieil exilé du Caire devenu un amer opposant. De l’autre coté, un jeune prince pétri d’ambition et imbu d’autocratisme préparerant sa succession à un roi sage et plein d’humanité.

Cela se passait il y a bientôt 60 ans! Beaucoup de rifains n’ont de cette période qu’une relation orale, tronquée, biaisée, exagérée ou tempérée, selon les sources, où les fantasmes se mêlent souvent à la vérité, où les chimères l’emportent parfois sur la réalité, mais où les blessures sont soigneusement entretenues et même parfois douloureusement réouvertures.

D’autres se prétendant héritiers d’une culture rifaine ancestrale tentent de trouver la racine profonde du mal dans l’anéantissement voulu de la civilisation ancienne locale et dans le délitement organisé de l’anthropologie du peuple amazigh..

Soit ! Mais ils oublient que les peuples, tous les peuples du monde, constituent des mélanges patiemment travaillés dans le creuset de la vie de tous les jours, dans le meilleurs des cas par des mariages, dans d’autres cas plus dramatiques par des invasions, des immigrations, et le souvent par les hasards de la vie!

Combien de rifains sont-ils les descendants directs d’un hypothétique ancestral amazigh, qui en serait le père unique? Ibn Badis était-il riffain ou arabe? Khattabi n’a jamais prôné l’usage écrit de l’amazigh et il maniait l’arabe avec talent!

Bien sûr, les habitants d’Al Hoceima parlent encore – et heureusement d’ailleurs – le rifain : mais la langue (pour ma part, je ne dirais= pas le dialecte) parlée aujourd’hui est en fait un mélange d’arabe et d’espagnol bien loin du rifain original. Une toute petite enquête linguistique permettrait de mettre en lumière ce phénomène, très normal dans l’évolution d’une langue non écrite.

D’aucuns enfin ont trouvé l’occasion inespérée de rallumer le feu de la discorde dans la mort tragique de Mouhcine FIKIR : cette mort atroce est inacceptable, intolérable et les responsables, tous les responsables doivent rendre à la justice des comptes au sujet de ce drame affreux.

Mais cet événement – dont je réitère le caractère absolument tragique – ne doit pas être détourné et instrumentalisé : feu Mouhcine FIKIR n’a rien de comparable avec le jeune vendeur ambulant tunisien Mohamed BOUAZIZI, immolé par le feu à Sidi Bouzid. Le tunisien n’avait que sa charrette de légumes et le marocain était un mareyeur prospère, qui se fournissait dns des conditions pour le moins troubles en poissons de qualité destinés à des clients partout dans le nord du pays.

Mouhcine FIKRI est mort d’une mort atroce dont il faut élucider les causes et punir les coupables mais il n’est en rien le symbole pur et immaculé et de la HOGRA.

Enfin, quelques exaltés veulent complètement travestir la réalité en exigeant “la non-militarisation du Rif” : jamais au Maroc, une ville ou une province n’a été “militarisée et le pouvoir n’a aucune raison ni surtout aucune intention de militariser le Rif?

Pourquoi le ferait-il ? La sécurité intérieure du pays est-elle en danger pour qu’une telle mesure soit prise? Sérieusement, peut-on envisager qu’une bande de jeunes qui manifestent pacifiquement nécessite “la militarisation d’une ville” ? Même au moment les plus intenses des manifestations provoquées par l’éphémère Mouvement du 20 février, le pouvoir n’a pas eu recours, ni surtout besoiN, de militariser la moindre partie du territoire : les forces de police traditionnelle ont suffi à contrôler la situation. A aucun moment, il n’a été fait appel à des militaires. Pour en serait-il autrement face à quelques dizaines ou de centaines de manifestants rifains?

Mais ce slogan porte bien, surtout à l’étranger, surtout quand il est véhiculé par les journaux espagnols ou hollandais, surtout quand il est repris par des associations droit-de-lhommiste toujours promptes à prendre le contre-pied du pouvoir en place.

En fait, les observateurs oublient certains éléments de cette situation, trouble et troublante à la fois, trouble parce qu’on n’en connait pas les véritables leviers et les vraies raisons, troublante parce qu’elle risque d’entraîner le pays vers les rivages dangereux du séparatisme alors que la nation a plus que jamais besoin de cohésion et d’unité.

Souvenons-nous, le 17 octobre 2015, il y a quand m^me plus de DEUX ANS, était lancé en grande pompe et sous la présidence effective du souverain un programme ambitieux “AL HOCEIMA, VILLE PHARE DE LA MEDITERANEE” destiné à promouvoir “le développement des milieux rural et urbain de la province”!

Quid de ce programme à ce jour ? Voilà une vraie question qui exige une vraie réponse !

Quid des promesses formulées par le président de la Région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, enfant du Rif et porte-drapeau de la régionalisation avancée? Voilà une autre question qui reste sans réponse et il est normal que la population d’Al Hoceima s’interroge à ce sujet, au lieu de se braquer sur la ridicule idée de la “militarisation du Rif”!

Pour terminer ma réflexion, je crois qu’il est absolument nécessaire de bien connaitre les acteurs et les “héros” de ce mouvement qui secoue la ville d’Al Hoceima.

Qui est Nasser FARZAZY, ce personnage surgi de nulle part, sorti comme par magie du chapeau d’un prestidigitateur et lancé sur les places et les rues d’Al Hoceima pour parler face aux caméras et aux micros au nom de la population?

Quel est son parcours politique ? Quel est son cursus dans l’enseignement qui lui permet de manier avec cette parfaite aisance l’arabe classique qui serait, par ailleurs et selon lui, la langue du pouvoir oppresseur? Où donc a-t-il appris à organiser des manifestations, à en choisir le timing, à les contrôler, à les canaliser, à les attiser, à les filmer et à en diffuser les images sur les réseaux sociaux et auprès des médias étrangers.

Tout cela nécessite une technique et un savoir-faire qui rappellent les méthodes du mouvement serbe OTROP,reprises par les instigateurs du “printemps arabe”.

On peut se poser la même question au sujet d’un nouvel intervenant sur le scène hoceimi, qui veut lui aussi se faire une place au soleil du mouvement rifain :un certain Nasser LARI ! Qui est-il ? D’où vient-il? Que veut-il?

Et pour clore définitivement ce tour d’horizon de la situation à Al Hocaima, il n’est pas sans intérêt de s’interroger sur le rôle joué par certains secteurs de la vie politique locale : on a vu l’ancienne députée PJDiste Souad CHIKHI prendre fait et cause pour les manifestants. Ensuite, le mouvement islamiste radical ADL WA ISSHAN, bientôt suivi des autres islamistes du minuscule parti de la Renaissance et de la Vertu ont rejoint les gauchistes de NAHJ DEMOCRATI pour participer à la protestation.

Cette succession de ralliements improbables nous rappelle ce qui s’est produit en 2011 quand on a vu le PJD soutenir, mais sans grande conviction, le M20F et où les gauchistes du PSU ont fait cause commune avec les islamistes de Adl Wa Ihsane!

L’histoire politique et contestataire du Maroc se répète au risque de bégayer car les protagonistes ne veulent pas tenir compte des changements que la véritable histoire impose.

P.S. 1 : Il ne sera pas dit que j’ai oublié le rôle du gouvernement dans toute cette histoire : a-t-il fait son travail? A-t-il tenu ses promesses? A-t-il correctement réagi, ou a-t-il réagi avec la célérité et efficacité voulue? Des semaines de protestations n’ont donné lieu qu’à de rares débordements de part et d’autre : bien sûr, seules les bavures de la police sont reprises sur les réseaux sociaux et c’est normal.

P.S. 2 : Peut-on parler de Al Hoceima et de sa région sans évoquer ce qui en constitue le problème central, socialement et économiquement parlant, c’est-à-dire le problème du kif. Quelle est la part du kif dans ce qui advient dan scette région? Je ne saurais, je ne pouraais le dire et bien malin celui qui pourrait prétendre donner la réponse à cette question, pourtant essentielle!

LE 7 OCTOBRE 2016….cela fait si longtemps ….

February 07, 2017 By: Citoyen Hmida Category: Coups de griffes, Politique intérieure No Comments →

Le vendredi 7 octobre 2016 a été un jour historique dans l’histoire politique de notre pays!

Ce jour-là se sont déroulées les deux deuxièmes élections législatives de la nouvelle ère, celle de la constitution du 1er juillet 2011, cette constitution qui a donné au Maroc son premier chef de gouvernement, choisi CONSTITUTIONNELLEMENT parmi le parti arrivé en tête des élections.

Ce vendredi 7 octobre 2016 devait, après une campagne électorale plutôt mouvementée, soit reconduire le PJD et son patron à la tête du gouvernement soit permettre une alternance non plus consensuelle, comme le fut celle de 1998, mais voulue par le peuple et imposée par son choix!

Le résultat a été clair et net : le PJD a raflé 125 sièges, loin devant tous ses autres concurrents dont le plus direct à savoir le PAM qui a reconnu tout de suite sa défaite et qui a choisi d’emblée de se positionner dans l’opposition!

Dès lors, la route était ouverte à la reconduction du gouvernement Benkirane, avec la majorité sortante, à laquelle pourrait s’adjoindre un autre parti comme l’UC pour la conforter du point de vue arithmétique.

abdelilah_benkirane_sipa

Cela, c’était au lendemain du 7 octobre 2016! Cela fait si longtemps …tellement longtemps …

Depuis cette date, beaucoup d’eau a coulé sous le pont Hassan II parce que le leader islamiste a choisi la voie de la difficulté politique, le chemin escarpé des alliances improbables, l’iténérire le plus improbable pour arriver à une majorité et il a opté pour le sentier de l’affrontement avec ses anciens alliés, celui de refus de la discussion avec ses anciens amis.

Il a voulu revenir à ses anciennes amours istiqlaliennes, contre toute logique politique, malgré la trahison de Hamid Chabat et en dépit des insultes et des invectives échangées.

Abelillah BENKIRANE voulait absolument s’accoquiner avec Hamid CHABAT !

Pourquoi ?

Depuis les jours qui ont suivi 7 octobre 2016, tout le Maroc s’interroge sur ce choix!

L’Istiqlal a perdu une bonne partie de son électorat et de ses sièges, c’est un parti en crise intérieure profonde, c’est un parti divisé, en mutation et pourtant le PJD et son secrétaire général tenaient à la coalition avec lui!

Pourquoi?

Le dirigeant du parti de la Balance a failli provoqué une énorme crise diplomatique au moment où le Maroc avait besoin de tous les appuis possibles : Benkirane n’en a cure, il continue à vouloir Chabbat comme allié au gouvernement!

Pourquoi.

Le 7 octobre 2016 le peuple avait choisi le PJD comme premier parti et le PAM comme second : les autres formations ont été rejetées, reniées, certaines jetées aux oubliettes malgré l’abaissement du seuil de représentativité proportionnelle à 3%, d’autres sanctionnées! Mais Benkirane a continué à s’accrocher au fantasque CHABBAT.

Pourquoi?

Depuis le 7 octobre, le Maroc a continué son chemin, il a réuni le monde entier à Marrakech pour la COP, il a intégré l’Union Africaine dont plusieurs pays voulaient nous fermer la porte!

Pendant ce temps, Benkirane a boudé, il s’est fâché, il s’est enfermé chez lui, il a lancé des déclarations à l’emporte-pièces devant ses ouilles ou devant les micros de sites d’information insignifiants : il n’a pas tenu compte des conseils du souverain qui l’orientaient vers une vision globale de la situation dépassant les petits calculs arithmétiques; il ne s’est jamais adressé à la nation pour lui expliqué clairement la situation.

Pourquoi ?

Pourquoi ce retard qui dure depuis QUATRE MOIS …Cela fait très longtemps qu’il dure, trop longtemps!

CONSEILS A ABDELILLAH BENKIRANE, CHEF DE GOUVERNEMENT PRESSENTI

December 13, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Général, Politique intérieure No Comments →

Désigné chef de gouvernement par le Souverain depuis deux mois, Monsieur Abdelillah BENKIRANE semble être dans l’incapacité de réunir une équipe gouvernementale.

Deux longs mois ont assé et rien ne semble se pointer à l’horizon gouvernemental.

Paraphrasant les personnages du célèbre conte “LA BARBE BLEUE” de Charles Perrault (rien à voir avec les barbus qui veulent nous gouverner), Les marocains peuvent à leur chef de gouvernement pressenti poser la question fatidique !

Abdelillah, frère Abdelillah, ne vois-tu rien venir ?

Et notre chef de gouvernement, incapable d’apporter une réponse claire, logique et convaincante, leur donnerait cette explication, sibylline à souhait et hautement malhonnête !

Je ne vois rien que les autres partis qui louvoient et le P.J.D. qui verdoie!

Devant les questions insistantes des marocains sur le même sujet concernant ce gouvernement qui ne veut pas naître, frère Abdelillah pourrait répondre, à l’instar de l’héroïne du conte de Perrault :

– Je vois une grosse poussière qui vient de ce côté-ci ! Hélas! non mes frères : c’est un troupeau de moutons …

Mais tout cela n’est qu’imagination de ma part …Dans le conte tout se termine bien, mais la réalité politique n’est pas un conte et on ne peut prévoir la suite des événements, par ces temps troubles!

Abdelillah BENKIRANE ne semble pas près de former son gouvernement pour une raison très simple : il n’a aucun projet à projet économique, social, éducatif, sanitaire, fiscal, diplomatique ….Rien autour de quoi il puisse fédérer une équipe gouvernementale!

Je ne suis pas le seul à constater le manque de projet du chef du PJD : un modeste petit sondage au sein de la communauté de twittos que je fréquente me l’a confirmé :

Je crois bien que Abdelillah BENKIRANE n’a que des postes à proposer et un butin à partager!

Je lui conseillerai donc de réécouter le discours prononcé par le Souverain le 6 novembre dernier à Dakar et de méditer profondément cette phrase :

“Le Maroc a besoin d’un gouvernement sérieux et responsable. Toutefois, la formation du prochain gouvernement ne doit pas être une affaire d’arithmétique, où il s’agit de satisfaire les desideratas de partis politiques et de constituer une majorité numérique, comme s’il était question de partager un butin électoral”.

Tout est dit là…

LA PLAISANTERIE A ASSEZ DURE……! باركة من المزاح

December 11, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Coups de griffes, Politique intérieure No Comments →

Le 7 octobre 2016 est déjà bien loin ….. ! و شي برلمان ما شوفنا

Deux longs mois se sont écoulés depuis les élections législatives et depuis la victoire du PJD à ces élections!

Une victoire relative, certes, mais une victoire!

En toute logique démocratique et constitutionnelle, le P.J.D. en la personne de son S.G. Abdelillah BENKIRANE a été chargé par le souverain de former le gouvernement!

Deux long mois sont passés …. ! و شي حكومة ما شوفنا

Deux longs mois se sont écoulés depuis cette nomination, politiquement légitime et constitutionnellement incontestable!

Mais on a l’impression bizarre que la gestation de ce prochain gouvernement ne se déroule pas de façon politiquement correcte!

Les choses paraissaient simples au départ : on reprend les mêmes, en y ajoutant l’U.C. et le tour est joué !

(125 PJD + 37 RNI + 27 MP + 12 PPS) + 19 UC = une majorité confortable et stable de 220 sièges sur 395 !

! هذا كان هو المعقول و هو المنطقي

Le PJD serait le parti fort entouré de ses anciens alliés, qui tous ont perdu des sièges!

C’était compter sans le machiavélisme de Si Abdellilah BENKIRANE ! Je préfère utiliser le mot “machiavélisme” pur rester dans le lexique politique plutôt que d’un autre mot qui relèverait du manque de respect pour la fonction de chef de gouvernement et je l’aisse à chacun le soin de choisir le vocable qui lui semblerait le plus adéquat pour cette situation.

Benkirnes’est alors lancé dans, finalement, on ne sait trop dans quoi ….Peut-être que lui-même ne le sait pas ou le sait plus ou fait semblant de ne pas le savoir!

Cela lui donne l’occasion de se plaindre, d’accuser les autres, de tergiverser et surtout d’éviter de présenter un programme de gouvernement dont il n’a pas la moindre idée!

! زدقنا في مهزلة ما عندها لا راس و لا أساس

Deux mois sont passés, le souverain a inauguré le parlement puis a donné ses directives générales pour que soit évités les petits calculs politiciens mesquins !

Pourtant rien ne pointe à l’horizon !

Il est temps que Monsieur Benkirane nous dise exactement ce qui se passe et ce qu’il a l’intention de faire!

! المغاربة ناس ملاح و ضراف و بعقلهم و لكن للصبر حدود ! و حتى الناس ألِّي صوتوا على بنكيران و حزبه ما فهمين والو

Alors, de grâce, arrêtons ce cirque et repartons vers l’avant ! راه المغرب ضياع بزاف ديال الوقث

BIEN SÛR QUE J’AI PEUR POUR MON PAYS !

November 05, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Coups de gueule, Politique intérieure, Société Comments Off on BIEN SÛR QUE J’AI PEUR POUR MON PAYS !

Bien sûr que j’ai peur pour mon pays! Pour sa sécurité, pour sa stabilité, pour sa paix intérieure, pour son équilibre, pour son unité, pour son intégrité!

J’ai peur de la voir basculer dans le chaos où beaucoup voudraient l’entraîner! Et je ne parle pas de complot extérieur, ni d’intervention d’une main étrangère occulte! Non, juste de ce que nous mêmes sommes capables de faire comme mal à ce pays, en prétendant lui vouliur du bien !

J’ai légitimement peur de ce que certains appellent “fitna”!

Il y a quelques semaines, j’avais peur que les élections du 7 octobre dernier ne débouchent sur je ne savais trop quoi au cas où le PJD n’aurait remporté la première place. Monsieur BENKIRANE nous avait clairement annoncé que lui et les siens portaient “le paradis dans leur coeur” et que la mort ne leur faisait pas peur!

Moi, la mort me fait peur ! Surtout celles des innncents qui sont sacrifiés par les puissants et les ambitieux!

Ensuite j’ai eu peur que le souverain désigne comme chef de gouvernement quelqu’un d’autre que Abdelillah BENKIRANE : le choix aurait pu être porté sur un autre PJDiste moins colérique, moins sanguin, moins émotif, plus posé, plus diplomate, plus cultivé peut-être, ayant de l’entregent, sachant tenir son rôle national sans le confondre avec celui de chef de son parti! J’avais peur de la réaction de Benkirane et de ses partisans, car beaucoup de marocain/es ont voté pour l’homme et pour le tribun avant de choisir le parti.

Après la désignation de Benkirane pour former le prochain gouvernment, j’ai eu peur que son seul et unique objectif soit de contrer par tous les moyens possibles la PASM, au détriment d’une majorité stable et logique!

Ma peur se confirme au fur et à mesure de l’avancement des consultations! Bientôt un mois que le pays est sans gouvernement pratiquement et rien ne pointe à l’horizon!

Avec la tragique mort de Mouhsine FIKRI, j’ai eu peur que la ville d’Al Hoceima ne bascule dans la folie , entrainant avec elle le reste du pays!

Le drame humain était terrible, il ne fallait pas le doubler d’un drame national! Ce ne fut pas le cas et ce ne sera pas le cas : la manifestation de ce vendredi 4 novembre à Al Hoceima nous l’a démontré!

Mais je continue à avoir peur pour mon pays !

J’ai peur que ce cri lancé après ce tragique événement ne soit pas entendu par ceux contre qui il a été lancé : il a été lancé par une ville que je connais bien pour y avoir vécu, pour en connaitre l’histoire et l’économie, pour en avoir apprécié les habitants, pour en avoir compris la mentalité,

Ce cri a besoin d’une réponse rapide et efficace, d’une suite énergique et rationnelle : les responsables du drame qui a broyé Mouhsine FIKRI doivent être désignés, jugés et sanctionnés!

Mais pas qu’eux seulement !

Le souverain a donné le signal lors de son discours à l’occasion de l’ouverture de l’actuelle sessions parlementaire : il a fait ce qu’il avait à faire!

C’est au gouvernement, à ses administrations, à ses services extérieurs, aux agents d’autorité sur place, aux élus locaux, régionaux et nationaux, aux syndicats, aux partis, aux juges, aux gendarmes, policiers, douaniers, à toute personne ayant choisi Le service public comme métier de faire ce qu’il y a lieu de faire, c’st à dire de LEUR DEVOIR, celui de servir le citoyen dans le cadre de la loi.

Et c’est là que encore une fois, j’ai peur pour mon pays : le peuple ne peut se contenter de discours, de réactions ponctuelles de tel sercice ou de telle administration! Le peuple a besoin de faits réels, de justice, d’égalité de traitement, de respect, de considération!

La fitna n’est pas dans nos habitudes ni dans nos gènes : le marocain est sage et patient! Il l’a démontré quand il a rejeté – après les avoir essayé – les exemples venus d’ailleurs et voués à l’échec! Mais ce peuple est également un peuple digne et fier! Les habitants d’Al Hoceima n’ont pas le monopole de la dignité et de fierté pas plus qu’il ne sont la cible privilégiée et unique de la “hogra”!

Enfin, j‘ai peur pour mon pays face à ce que Internet peut nous produire comme dégats ! N’importe qui peut à n’importe moment et à partir de n’importe quel point du monde, prendre la parole et semer la zizanie ! Rien ne peut arrêter la vague qui déferle sur nos écrans, rien ne permet de filtrer le bon grain de l’vraie! Certains au nom de la liberté d’expression prennent la liberté d’insulter, d’invectiver, d’attiser la haine, de souffler le vent de la discorde, sans risque, sans responsabilité, sans aucune conscience!

Tout cela me fait peur, je le dis sans honte mais avec une grande peine et un lourd sentiment d’impuissance!

BENKIRANE and compagny : saison II

October 24, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Politique intérieure Comments Off on BENKIRANE and compagny : saison II

Les résultats du scrutin du 7 octobre sont là et il faut bien en tirer les conclusions :

1/ Deux partis sortent gagnants, chacun à sa manière :

a) le PJD est en tête avec 125 députés et donc un apport de 18 nouveaux sièges.

b) le PAM est en seconde position avec 102 sièges et surtout 55 nouveaux élus, soit une augmentation relative de plus de 100% .

2/ Tous les autres partis, sans exception, ont été laminés, qu’ils appartiennent à la majorité sortante ou à l’opposition.

Ainsi du coté de la majorité sortante on note que :

a)le RNI perd 15 sièges et plafonne à 37 élus

b) le PPS voit disparaître le 1/3 de ses troupes et se retrouve avec 12 sièges

c) le MP n’a reculé que de 5 sièges sur les 32 qu’il détenait.

Pour ce qui est de l’opposition, la situation est la suivante :

a) le PI de Chabbat, avec ses 46 députés, paie le prix de ses dissensions internes en perdant 14 sièges.

b) l’USFP, malgré les fanfaronnades de son SG, a perdu la moitié de ses représentants et avec 19 élus elle ne pourra même pas former un groupe à elle-seule.

e) l’UC n’a finalement pas été aussi malmenée que les autres : elle ne perd que 4 élus sur 23.

La logique voudrait donc que le PJD renforcé reconduise la même majorité, avec l’appui du parti qui est le plus proche de ce puzzle sortant à savoir l’UC et ses 19 élus!

Mathématiquement, la gouvernement aurait donc sa majorité : (125 + 37 + 27 + 12) + 19 = 220 / 198

Politiquement, la cohérence aurait été préservée, des islamistes libéraux s’alliant à des libéraux modernistes n’a rien de choquant.

La logique au niveau de l’opposition aurait été que autour du PAM, adversaire déclaré du PJD, se retrouvent les adversaires de Abdelhillah Benkirane : le PI qui a quitté le gouvernement alors qu’il était en position de force pour incompatibilité d’humeur avec le chef du gouvernement et l’USFP pour d’évidentes raisons idéologiques.

Mais, la politique au Maroc nest ni cohérente, ni logique, ni réfléchie, ni même politique : elle est juste politicienne!

C’est ainsi que l’on a vu le PI faire les yeux doux au PJD et accepter les retrouvailles, l’USFP flirter avec ce même PJD pour quelques strapontins ministériels! Les adversaires d’hier se révèlent les meilleurs amis.

Oubliées les anathèmes, les insultes, les accusations! La politique n’a pas de mémoire, parait-il!

Mais les marocain/es en ont !

Les citoyen/nes ne comprendraient pas que le PI, avant-hier allié du PJD et hier son ennemi, se retrouve demain dans même lit que les barbus et les voilées. Et pourtant c’est ce qui semble se profiler

Les marocain/es n’admettront pas que le parti de feu Bouabid se fourvoie avec des personnes dont l’idéologie est aux antipodes de celles de socialistes. Et pourtant c’est ce qui semble se produire.

Les gouvernements formés autour de la personne de Abdellilah BENKIRANE n’ont jamais brillé par leur cohérence : cette saison de Benkirane and Compagny risque de nous surprendre avec encore moins de cohérence, de stabilité et de réalisme!

Attendons-nous donc à un maelstrom sans tête ni queue, sans problème, sans vision, sans souffle sinon celui d’assouvir les désirs personnels.

Cette situation trouble, illogique et à la limite ubuesque se traduit très bien dans les divers mini-sondages que j’ai lancés dans la journée de dimanche dans la petite communauté de TWITTER à laquelle j’ai le plaisir d’appartenir!

Je vous livre ici le résulats de ces sondages, qui n’ont que la valeur que je veux bien leur accorder et qui est très grande à mes yeux eu égard aux personnes que je croise sur ledit réseau social.

Premier sondage : le prochain gouvernement Benkrane sera une “karira 7amda”

Deuxième sondage : l’alliance du PJD et ddu PI est vouée à la crise à court terme

Troisième sondage : le PI prendrait les ministères économiques

Quatrième sondage : L’Education Nationale reviendrait à un technocrate

Cinquième sondage : Le PJD et le PI se partageront les A.E. et la Justice.

Sixième sondage : l’Intérieur reviendra à un technocrate.

Je ne sais pas si mes amis twttos auront raison …Attendons encore quelques jours .Peut-être après la COP22…

Mais je me pose des questions sur ce que feront les Akhenouch, Bousaïd, Mezouar, Alami ! Je mense qu’il mèneront la vie dure à l’équipe Benkirane et ses alliés se proposent de former!

ELECTIONS LÉGISLATIVES 2016 : premières impressions face aux résultats presque définitifs

October 08, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Politique intérieure Comments Off on ELECTIONS LÉGISLATIVES 2016 : premières impressions face aux résultats presque définitifs

ALEA JACTA EST !

Les jeux sont faits, le peuple marocain a dit son choix : le Parti de la Justice et du développement arrive en tête des élections législatives d’hier vendredi 7 octobre 2016.

Le Ministre de l’intérieur l’a annoncé au milieu de la nuit :

Dont acte !

Ces résultats doivent encore tenir compte du dépouillement des listes nationales qui prendra un peu plus de temps : mais la tendance ne sera pas changée!

Considérons donc le P.J.D. comme le vainqueur de ces élections et posons-nous quelques quelqtions!

D’abord, et à titre d’anecdote, je tiens à signaler à ce twett que j’ai relevé hier :

Le PJD serait, avec un humour rare chez notre twitoma, un parti “DURABLE” ….Pour ma part, je dirais que c’est un parti DUR A AVALER !

Mais nous sommes en démocratie, le peuple a tranché! Donc assumons !

Ces élections ont encore une fois été marquées par une abstention très importante : il ne faut pas en formaliser! Vu l’état de délabrement des grands partis “historiques” qui savaient mobiliser les foules, en l’absence de grands leaders charismatiques dans ces formations, il est tout à fait normal que le peuple n’adhère plus à leurs programmes qui n’en sont pas et ne croit plus à leurs promesses qui sont autant de mensonges! Reste donc le PJD, grand rassembleur de foules et d’électeur/trices devant l’Éternel (et je le dis sans aucun jeu de mots) : encadrement et discipline sont les maîtres-mots de ce parti.

Donc question existentielle : avec une participation plus conséquente, les résultats auraient-ils été différents? Tout porte à le croire : le PJD a déjà fait le plein de ses électeurs depuis plusieurs années et il profite de la défection des électerus qui boudent le reste de l’offre politique!

Ici aussi, je voudrais signaler qu’un face-booker a évoqué, en parlant de l’abstention, du syndrome NOLA que je vous laisse le plaisir de découvrir ici!

Autre fait notable : la FGD – groupe hétéroclitique de gauchistes ayant longtemps prôné le boycott des élections et ayant même refusé de participer aux consultations qui ont précédé la Constitution de juillet 2011 – aura au moins deux représentants au parlement, loin de pouvoir constituer un groupe comme elle l’espérait avec une certaine naïveté. Mauvaise estimation pour des nouveaux venus sur la scène parlementaire ou simple méconnaissance de la réalité marocaine?

j’attendrais donc les résultats définitifs avant de conclure ces réflexions à l’emporte-pièce et de consigner mes craintes – bien plus nombreuses que mes espoirs – dans cette nouvelle législature !

ELECTIONS LÉGISLATIVES 2016 : mon choix, le rêve pour mon petit-fils !

October 04, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Coups de coeur, Politique intérieure Comments Off on ELECTIONS LÉGISLATIVES 2016 : mon choix, le rêve pour mon petit-fils !

Je vote depuis déjà un demi-siècle ! J’ai voté quand les dés étaient pipés mais quelques voix discordantes avaient leur importance, même si souvent elle n’était que psychologique.

J’ai toujours voté pour ce qui me faisait rêver, ce qui laissait espérer pour mes enfants un avenir meilleur, des lendemains qui chantent!

Bien sûr j’ai souvent déchanté, mais je tenais à mes rêves et je crois les avoir transmis à mes enfants qui les interprètent, chacun et chacune, à sa manière, parfois bien différente de la mienne…Heureusement d’ailleurs! Je n’aurais pas voulu que mes enfants reproduisent le modèle que j’ai connu ni que moi-même j’essaie de copier leur modèle.
Par ailleurs, j’ai toujours été pour que les citoyen/nes votent, peu importe pour qui, mais qu’ils s’expriment, qu’ils ne s’abstiennent pas, qu’ils ne laissent d’autres décider à leur place.

Mais déjà lors des élections communales et régionales de septembre 2015, pour la première fois de ma vie, j’ai hésité d’abord à voter et ensuite à décider du choix de mon candidat!.

Pour les élections de ce vendredi, mon doute s’est accentué!

Je ne veux pas voter contre ….Mais je n’ai pas trouvé pour qui voter!

Puis mon fils m’a dit que la solution serait d’expliquer mon vote à mon petit-fils !

Et là, la lumière fut ….Personne ni aucun parti ne fait plus rêver mais pourtant le rêve n’est pourtant pas enterré!
La Fédération de la Gauche Démocratique est aussi critiquable que les autres partis : Omar Balafrej est surement en train de se construire une carrière, Nabila Mounib se verra très bien dans un rôle de représentation à la hauteur de ses ambitions!

43df6f69-fb86-41d2-a6b5-7e9b8db71aef

Certes!

Mais, je sais bien que rien n’est gratuit dans la vie : le rêve vendu par la FDG a un prix mais c’est un rêve! Et c’est le seul sur le marché politique actuel !

Ce n’est ni une promesse de paradis ni une poignée de poussière jetée dans les yeux des électeurs!
Il reste dans ce rêve proposé un je ne sais quoi dont on peut espérer que la jeunesse s’emparera et en fera une réalité.
Cela nécessitera beaucoup de pragmatisme, énormément de patience, une bonne dose de modestie et de courage, des années de militantisme actif par de ce militantisme virtuel, non ce militantisme qui consiste à aller chez M’hand l’épicier et Aicha la vendeuse pain, de contacter Jawad le fonctionnaire et Boutaine la directrice de com, de discuter avec Mustapha le garariste et Daouya la femme de ménage, de comprendre Soussou l’exclu et Chouchou la marginale, d’écouter Sidi Abdelbaqi l’étudiant en Sciencs Po et Kouider le machrmel! Et des milliers d’autres!
Cela nécessitera une connaissance parfaite de l’histoire de ce pays, de ces institutions, de sa société, de ses habitudes, de ses traditions, de sa religion!

Oui, le rêve est encore possible : mon petit-fils y a droit!

C’est cette part de rêve encore envisageable qui déterminera mon choix!

ELECTIONS LÉGISLATIVES 2016 : Ce dimanche, nous avons raté un grand moment de démocratie !

October 03, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Coups de griffes, Politique intérieure Comments Off on ELECTIONS LÉGISLATIVES 2016 : Ce dimanche, nous avons raté un grand moment de démocratie !

La chaîne de télé MEDI 1 TV avait programmé pour la soirée du dimanche 2 octobre un grand débat entre les huit formations politiques les plus représentées au parlement!

medi 1 new logo

Cela représentait une première dans le paysage télévisuel national : réunir sur un même plateau, à la veille d’élections législatives cruciales, les secrétaires généraux des princales formtions politiques représentait une initiative fort louable et représentait un défi formidable.

Les marocaines et les marocains allaient enfin pouvoir juger, calmement sans stress, les déclarations d’intention des uns et des autres, sans la pression qu’il y avoir dans un meeting, sans l’emportement qui peut les influencer lors d’une réunion publique! Ils allaient pour écouter les uns et les autres, en sachant que chacun disposerait d’un temps strictement distribué et contrôlé par des journalistes!

Bref, le Maroc allait vivre un moment de démocratie comme ceux que connaissent les autres pays démocratiques !Nous allions avoir notre GRAND DEBAT !

Et là….Pchiiiit…Hélas, mille fois hélas !!!!La baudruche s’est dégonflée ..

Plus exactement le Secrétaire Général du P.J.D., le parti majoritaire depuis novembre 2011, s’est dégonflé et a entrainé avec lui ses alliés du R.N.I. et du M.P.

Seul le S.G. du P.P.S., l’ex-camarade Hadj Nabil Benabdellah, a relevé le défi et est venu dire ce qu’il avait à dire : peu nous importe ses motivations, mais il a osé jouer le jeu et il faut l’en féliciter!

Donc, trois pupitres vides, sur les huit préparés!

Pas de BENKIRANE qui parait-il ne veut pas “voir” certaines personnalités politiques : c’est une conception pour le moins bizarre de la démocratie et du débat démocratique! S’il ne fallait voir que les gens qu’on veut voir, il n’y aurait pas de vie politique ou alors il n’y aurait que UNE SEULE VIE POLITIQUE, celle que si Benkirane voudrait nous faire vivre!

Pas de Laensar ou de Mezouar! Pourquoi ? On n’en trop rien …Mais ni l’un ni l’uatre n’aurait ajouté plus de lumières à ce débat!

Seul Adelillah BENKIRANE, secrétaire génral du P.J.D. et accessoirement chef du gouvernement, était attendu : il nous aurait expliqué ce qu’il voulait faire de ce pays dans les cinq prochaines années et qu’il n’a pas pu faire durant ces cinq dernières années!

Il faut reconnaître que l’exercice s’avérait difficile, acrobatique même et on aurait espéré voir et entendre Si Benkirane partir dans les envolées lyriques et théâtrales dont il a le secret. Il aurait peut-être même éclaté en sanglots comme il sait le faire de manière si spontanée quand il est à court d’arguments.

Abdelillah BENKIRANE nous a privé d’un grand moment de démocratie et surtout d’un grand numéro de spectacle qui aurait donné à cette campagne électorale une autre dimension!

Le débat a donc tourné court, se limitant à une suite d’interventions plus ou moins plates, sans envergure, et surtout sans réelle confrontation : ce ne fut pas le débat que les marocaies et les marocains étaient endroit d’attendre!

La désinvolture de Monsieur BENKIRANE est un signe flagrant du mépris dans lequel il tient tous ceux et celles qui ne sont pas de son coté et de son camp!

Je ne jugerai pas l’absence de ces deux acolytes : ils ne représentent pas grand chose, l’un plus personne et l’autre sa propre personne.

P.S. : j’en profite ^pour souhaiter une bonne et heureuse année hégirienne 1438 pour tous ceux passent pas ici!

ELECTIONS LÉGISLATIVES 2016 : pour quel chef de gouvernement ?

September 29, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Politique intérieure Comments Off on ELECTIONS LÉGISLATIVES 2016 : pour quel chef de gouvernement ?

Dans quelques jours, plus de 15 millions de marocain(e)s seront convié(e)s à exprimer leur choix des nouveaux représentants de la nation au parlement et forcément leur choix du parti dont sera issu le nouveau chef de gouvernement.

Une certitude est admise par tous les observateurs de la vie politique de ce pays : aucun parti n’est en mesure de rafler la mise et de remporter la majorité absolue des sièges en vue de gouverner seul!

Ni le PJD ni son adversaire direct le PAM, ni aucun des parti traditionnels ou historiques comme le PI ou l’USFP, ni encore moins le RNI ou aucun des partis plus ou moins présents dans le paysage politique national.

Pourtant forcément, il y aura un parti qui aura plus de sièges (pas forcément plus de voix du fait du mode de scrutin retenu qui arrange tout le monde suaf les électeurs) et de ce parti sera désigné par le Souverain, aux termes de l’article 47 de la constitution du 1er juillet 2011,le prochain chef de gouvernement.

Peu nous importe pour le moment le parti politique qui arrivera en tête des élections des membres de la Chambre des Représentants et pourtant une vraie question de gouvernance saine et rationnelle se pose déjà!

Faut-il absolument que la personne destinée à être désignée par le roi comme “chef du gouvernement” soit obligatoirement le “chef”, le “patron”, le “secrétaire général”, peu importe la titre qu’elle porte dans ses fonctions au sein de son parti?

La constitution énonce clairement et sans équivoque la règle : “Le Roi nomme le Chef du Gouvernement au sein du parti politique arrivé en tête des élections des membres de la Chambre des Représentants”.

L’expérience vécue avec Monsieur Benkirane et le P.J.D. nous a démontré que la double casquette “chef de parti” et “chef de gouvernement” est, sinon incompatible, du moins difficile à assumer.

En moult occasions, Monsieur Benkirane n’a pas su ou pu faire la part des choses et il a trop souvent confondu ses deux fonctions en se mettant en porte-à-faux avec sa fonction nationale, qui est bien plus importante que sa fonction partisane. Cette dichotomie dans ses fonctions, nationale et partisane, a provoqué quelques situations délicates qui auraient pu avoir des conséquences d’une gravité qu’il n’avait pas mesurée. A titre d’exemples, on a souvent frolé l’incident diplomatique à cause de cette confusion mal gérée.

Aussi est-il nécessaire, dès à présent de se demander s’il est absolument nécessaire de continuer à suivre cette façon de procéder!

Certains pays suivent cette règle, d’autres pas ….

En tous cas, au Maroc, nous n’avons pas d’hommes politiques aux épaules suffisamment solides pour suporter cette double fonction : l’expérience avec Monsieur Benkirane est concluante. Et pour peu que nous soyons un peu objectifs dans notre jugement, il faut reconnaître que ni l’énigmatique Illyas OMARI, ni l’élégant Salah Ed-Dine MZOUAR, ni le bouillant Hamid CHABBAT, ni le brouillon Driss LACHGAR, ni le transparent Nabil BENABDELLAH, ni la nouvelle venue et ambitieuse Nabila MOUNIB, aucune de ces honorables personnalités ne semble en mesure de jouer le rôle de rassembleur, de leader, de meneur, de coordinnateur d’une équipe gouvernementale qui sera forcément hétéroclite.

Il faudra un homme (ou une femme) qui ne dise pas “mon gouvernement” mais “le gouvernement du Maroc”, qui ne parlerait pas de “ses ministres” mais “des ministres”, qui ferait le bilan de son gouvernement et non pas celui des ministères qui dépendent de son parti, qui ne soit pas en conflit permanent avec d’autres ministères ou d’autres ministres! Bref, il faudrait un véritable homme (ou femme) d’état et non pas un homme (ou femme) de parti!

Le choix sera difficile quelque soit le parti arrivé en tête des prochaines élections législatives du 7 octobre 2016.

Les élections législatives ramenées à des petites figurines ?

September 21, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Politique intérieure Comments Off on Les élections législatives ramenées à des petites figurines ?

Le Maroc a réglé le problème de l’analphabétisme des masses populaires en réduisant les partis politiques à de petites figurines plus ou moins expressives.

Les 36 partis ont, chacun, un petit symbole qui lui sert d’étendard qu’il demande à ses partisans ou à ses sympathisants de suivre l plus souvent sans trop expliquer les raisons de cette adhésion!

L’ensemble de ces figurines semble participer à un décor qui meuble le Maroc l’espace des quinze jours que dure la campagne électorale.

ob_265f72_symboles-des-partis-politiques-au-maro

Beaucoup de ces figurines sont des animaux ! Pourquoi? Peut-être que les inventeurs de ces “logos” ont-ils voulu s’inspirer de “Kalila wa Dimna” ou bien des Fables de La Fontaine! Ou que tout simplement, pour eux, les marocain(e)s saisiront mieux le sens des divers messages politiques si ils sont ainsi présentés.

Ces personnages animaliers sont divers et variés : LA COLOMBE LE DAUPHIN, LE LION, LE CHEVAL, L’ABEILLE, LE DROMADAIRE, LA GAZELLE ! Mais à part la douce et blanche colombe, les autres animaux semblent bien ternes et leur discrétion est presque pathétique.

Même le lion, qui est quand l’emblème de ce pays, ou le cheval, qui représente une belle part de notre culture et de notre civilisation, n’interviennent ! Je ne parle pas du dauphin ! Combien de marocains, même ceux vivant sur les cotes, ont déjà vu en vrai un dauphin! Le dromadaire, la gazelle et l’abeille – créatures familières à nos yeux – n’ont dans ce décor ni place ni rôle, juste quelques passages furtifs!

En ce qui concerne les accessoires, rien n’a été oublié :

LA LAMPE, objet essentiel sensé nous éclairer et nous guider dans la recherche du droit chemin! Mais marche-t-elle, cette lampe? C’est une vieille lampe à pétrole, dont la lueur vacillante n’éclaire pas beaucoup et elle risque de s’éteindre au moindre coup de vent! Elle risque – et cela est plus dangereux – de provoquer un incendie si elle est est renversée par mégarde ou par un vicieux coup de pied!

LA BALANCE, très utile pour peser et pour comparer mais à condition qu’elle soit bien réglée, qu’elle ne soit pas trafiquée, que les plateaux soient bien équilibrés, que les poids soient vérifiés et garantis, que le fléau soit sensible à la moindre charge! Cela demande beaucoup d’exigences !

Pour je ne sais quelle raison, on ajouté à ces accessoires LE LIVRE et LA LETTRE : peut-être est-ce juste pour faire intellectuel ou bien pour faire oublier que beaucoup de nos compatriotes ne savent ni lire ni écrire ! Ou bien, ce message est-il adressé uniquement à une certaine frange de notre société, ces bobos, prétendument intellectuels, nourris au lait de Tel Quel et au sein de LeJounal-Hebdo.

On a aussi ajouté des tas d’objets hétéroclites comme LA MAISON, LA CLÉ, LE RÉVEIL-MATIN, LA THÉIÈRE, LA PORTE, LA BOUGIE! On a même fait appel aux moyens de transport comm LA VOITURE, LE CAR et même L’AVION.

Je ne sais si c’est par souci d’écologie ou parce que on s’est rappelé que le Maroc a été et demeure un pays agricole.

LA ROSE, L’EPI, LE PALMIER, LA POMME, et LE RAMEAU D’OLIVIER se sont plantés dans le décor sans que l’on sache exactement à quoi ils correspondaient. Il faudrait juste signaler que la rose marocaine soit la sœur jumelle de la rose française : en effet, elles sont aussi flétries l’une que l’autre.

Ce coté écologique est accentué par la présence du CROISSANT DE LUNE et du SOLEIL STYLISE.

Pour rester dans la tradition nationale, on a également installé dans le décor LE KHONJAR, LE VOILIER, LA KHMISSA, LA FIBULE en y ajoutant LA MAIN et L’ŒIL, supposés l’un et l’autre repousser les mauvais esprits négatifs.

On peut se demander l’utilité de faire appel à la fois à un ÉLÉPHANT et à une ABEILLE et à un COQ! Et surtout pourquoi choisir un PARAPLUIE ou un ROBINET.

Dernier accessoire posé dans ce fatras, une MAIN faisant le signe “j’aime” tellement utilisé dans les réseaux sociaux.

Mais au milieu de ce décor hétéroclite qui relève plus de l’inventaire de Prévert, trône une énorme machine, pas très belle à regarder, mais qui dégage une impression de puissance difficilement contrôlable : LE TRACTEUR !

Pourquoi ce tracteur? Qui le pilote? Que tire-t-il? On n’en trop rien ! Il est là au milieu de la scène, lançant parfois son moteur à fond, en faisant un boucan de tous les diables, mais la plupart du temps, laissant le ronronner pour le faire repartir au quart de tour et tout renverser sur son passage! Il rappelle étrangement l’énigmatique et inquiétant camion du film “DUEL” de Steven Spielberg. Prêt à tout renverser sur son passage, pour peu qu’il se mette en mouvement.

Dans quelques jours donc, tout ce beau monde ce mettra en branle officiellement, car officieusement les personnages sot déjà sur scène, les répétitions sont déjà finies, les rôles distribués, les répliques apprises par cœur.

Il ne reste plus que les trois coups pour que le spectacle commence et la pièce se rejoue, avec cette fois quelques nouveaux acteurs que l’on reconnaîtra de loin grâce leur djellaba immaculée, à leur barbe fournie, leur front marqué du sceau d’une profonde piété. Mais avec ces nouveaux venus, le spectacle risque de ne pas être du tout amusant.

ELECTIONS LÉGISLATIVES 2016 : la marche de Casa a-t-elle un sens?

September 18, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Politique intérieure Comments Off on ELECTIONS LÉGISLATIVES 2016 : la marche de Casa a-t-elle un sens?

Avant que la campagne électorale pour les législatives du 7 octobre prochain soit ouvertes, certaines voix – on ne sait pas exactement pas lesquelles – ont lancé un appel pour une marche nationale à Casablanca .

Les objectifs de cette marche sont, le moins que l’on puisse dire, divers et assez hétéroclites mais se résument à une action contre le P.J.D.

Dans ces moments délicats où le pays est confronté à des dangers réels venant de l’étranger, il est assez irresponsable d’appeler à une confrontation sociétale !

La politique ne se fait pas dans la rue ! Je l’ai suffisamment dit du temps de l’éphémère mouvement du 20 février et je le répète encore : la politique se fait dans les urnes et par les urnes !

Faire marcher mille, deux mille, dix mille personnes scandant des slogans, ce n’est pas de la politique!

Convaincre des millions de marocains d’aller voter, pour tel ou tel parti, voilà le vrai rôle des partis politiques : mais pour cela il faut encadrer, éduquer, éclairer, expliquer, convaincre et mobiliser !

Aucun parti politique n’est en mesure en 2016 de suivre ce cheminement !

Aujourd’hui, des marocains ont marché contre Benkirane, sa politique et son idéologie.

Si demain d’autres marocains marchent pour Benkirane, pour sa politique et pour idéologie, qu’adviendra-t-il?

Ces marocains-ci et ces marocains-là s’affronteront au lieu de choisir librement, en toute connaissance et en toute conscience!

Après les scandales, après les rumeurs, après les contre-vérités, après les contradictions, après les silences, après les communiqués, après les trahisons, après les enrôlements de dernière minute, nous fallait-l arriver à la rue pour exprimer nos choix!

Non, ce n’est pas la bonne méthode! Et ceux qui ont organisé cette marche le savent ! Et ceux qui sont visés par cette marche le savent !

La vraie bataille sera livrée le 7 octobre et si nous ratons l’occasion, tout sera permis et tout sera à craindre! C’est cela que nos partis politiques doivent comprendre, pour autant qu’ils aient encore la capacité de comprendre quoi que ce soit.

ELECTIONS LÉGISLATIVES 2016 : les masques commencent à tomber !

September 16, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Politique intérieure Comments Off on ELECTIONS LÉGISLATIVES 2016 : les masques commencent à tomber !

Le P.J.D. avait mis en tête de liste de la circonscription de Marrakech-Guilez le salafiste Hammad KABAJ, connu pour ses déclarations incendiaires.

Le maintenir sur cette liste ouvrait la voix à tous les extrês et à tous les extrémistes : le P.J.D. le savait et il le voulait!

Logiquement, cette candidature a été invalidée par les autorités!

Hammad Kabbaj – qui se doutait bien, lui et ses commanditaires, de la suite qui serait réservée à sa candidature a adressé une “lettre ouverte au souverain” pour lui demander d’intervenir dans cette affaire!

Voilà donc ce que lke P.J.D. cherchait …..Impliquer le souverain dans une petite affaire locale, entre un candidat indélicat et un gouverneur pointilleux!

Voilà donc que les masques sont tombées : derrière leurs barbes et sous leurs voiles, les PJDistes se croient être de fins politiciens !

Après avoir poussé au feu le naïf mais tellement ambitieux ex-camarade Hadj Nabil Benabdellah, le P.J.D. a lancé le fougueux fqhi Hammad Kabbaj à la confrontation avec le Palais!

Ce petit jeu n’aboutira pas à ce que veut le P.J.D. : il a juste permis de mettre à nu la stratégie de victimisation de ce parti et de ses acolytes qui pourront crier au scandale en cas de défaite le 7 octobre prochain!

Je dis bien en cas de défaite ….Rien n’est moins sûr …Mais pour le PJD, il vaut mieux être prêt à toutes les éventualités!

ELECTIONS LÉGISLATIVES 2016 : premier gros clash !

September 14, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Politique intérieure Comments Off on ELECTIONS LÉGISLATIVES 2016 : premier gros clash !

L’alliance contre nature entre le PJD et le PPS ne pouvait finir que par un clash ! Sa naissance n’était pas dans l’ordre normal de la chose politique et à l’instar de la fable de la Fontaine “le pot de terre et le pot de fer”, nos ex-camarades communistes auraient dû y réfléchir par deux , trois ou cent fois avant d’unir leur destin à celui du PJD.

La Fontaine l’avait bien dit :

“Ne nous associons qu’avecque nos égaux”.

pps-pjd

Que des communistes s’allient à un parti de droite n’est pas nouveau dans l’histoire politique du monde : mais cela suppose des gardes-fous, des conditions, des circonstances spéciales. Rappelons en 1970 l’alliance entre les deux grands parti transalpin de l’époque : le PC italien et la Démocratie Chrétienne, avec chacun avec autour de 33 % des suffrages.

L’alliance entre le PJD et le PPS n’est que le ralliement improbable d’une poignée de faux communistes avec une bande de vrais islamistes élevés, ce mariage anormal ne formant une majorité bancale qu’avec l’ajout d’autres partenaires aussi inattendus qu’instables.

En cette fin de législature et à la veille des élections législatives, le PJD sentant sa fin prochaine pousse au charbon les vaillants “prolétaires” au point que l’ex-camarade et actuel hadj Nabil BENABDALLAH, secrétaire général du PPS et petit pot de terre sans consistance, s’est emmêlé les pinceaux et se croyant défendu par son ami le pot de fer, le patron du PJD, a voulu l’imiter et le dépasser en s’en prenant au “ta7akoum” et en pointant du doigt celui le créateur du PAM.

Grand mal lui en prit !

L’ex-communiste a été recadré par un communiqué du Cabinet Royal qui tient lieu en fait d’avertissement à tous ceux qui ne connaîtraient plus leurs limites!

Si mes souvenirs sont exacts, feu Ali YATA, père fondateur du P.P.S., savait composer avec le Palais et cela lui valait le respect de Hassan II : c’était un grand homme politique.

L’actuel S.G. du P.P.S. – mais pour combien de temps encore – n’est qu’un opportuniste doublé d’un mauvais calculateur! D’où ce premier gros clash de la campagne électorale qui va s’ouvrir et qui s’annonce tumultueuse!

ELECTIONS LÉGISLATIVES 2016 : Cà commence déjà à chauffer !!

September 09, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Politique intérieure Comments Off on ELECTIONS LÉGISLATIVES 2016 : Cà commence déjà à chauffer !!

Les élections législatives du 7 octobre prochain s’annoncent très disputées et cela est normale !

La direction du gouvernement en dépend : ce n’est plus comme avant une simple question de nombre de sièges au parlement, mais bien d’un enjeu important.

Malgré les déclarations de Si Benkirane qui parle de “ta7akoum”, qui évoque un “tat profond” (ad-dawla al 3amiqa), qui dénonce les tamasi7s et 3afarit qui l’empêcherait de faire son travail, l’actuel chef de gouvernement n’en démord pas et ne veut pas lâcher le morceau!

benki

Est-ce le confort du poste qui le guide ? Je ne lui ferais pas cette insulte : mais l’amour du pouvoir, même partagé, même limité, même tronqué, ne doit pas être étranger à sa démarche ! “Hob as-solta” est une motivation qui est légitime, c’est le but de tout homme politique. L’important est qu’il use de cette motivation pour le bien du pays et du pays, et non pas d’un clan, d’un parti ou pire d’une idéologie importée.

Les élections du 7 novembre feront une première : la gauche de la gauche a daigné cette-ci faire l’honneur au peuple marocain de ne pas boycotter le scrutin législatif, quoique que le Nahj Ad-Domocrati maintienne sa position! Mais pour paraphraser Staline, on pourrait se poser cette question : “Le Nahj ? Combien d’électeurs?”.

       <img src=

Donc la FDG sous la houlette de nos gauchistes de salon, la professeur Mounib et l’ingénieur Balafrej, vont affronter la vox populi et c’est très bien ! Ils sont vierges de tout, ils nous parlent de lendemains qui chantent, ils sont sympathiques à voir ou à découvrir : est-ce le sang nouveau dont le Maroc a besoin? Comme je serais heureux de le croire et surtout de le voir : mais les exemples d’exemples de sang nouveau en politique ont montré les limites de l’exercice! Podemos en Espagne…Syriza en Grèce….CincoStelle en Italie …La politique necessite du réalisme, du cynisme en plus des convictions.

Entre ces deux extrêmes, évolue le PAM que beaucoup de marocains craignent la peste et que beaucoup d’autres attendent comment le sauveur !

pam

Si en croit les récentes déclarations de son énigmatique secrétaire général Si OMARI, le Maroc a toutes les chances d’être métamorphosé en pays “scandinave” en deux gestes trois mouvements.

Mais si on lit le programme du PAM, on ne voit pas comment cela pourrait être possible!

Le Parti de l’Istiqlal est en train de continuer à s’entre-déchirer durant cette campagne par rejetons interposés : qui mènera la liste des jeunes de la Balance, qui tiendra telle ou telle position éligible sur cette liste! Entre FASSI et CHABBAT, la lutte se poursuit et le parti en pâtit, ce qui ne me désole pas spécialement mais qui doit terriblement incommoder les militants du vieux parti!

chabbat

Et pendant ce temps, le citoyen de base se débat entre les exigences d’un Aid Al Kebir et son mouton à DH 3000,- , une rentrée scolaire qui va le saigner à blanc! Je me demande bien s’il est très concerné par cette consultation dont il sait d’avance qu’il sera le dindon de la farce!

  • Quelques citations

    Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n'est pas victime ! Il est complice.
    Georges Orwell
    « Le patriotisme c'est l'amour des siens. Le nationalisme c'est la haine des autres. »
    Romain Gary
    'Penser, c'est dire non.'
    Alain
    "Etre ignorant n'est pas honteux. Ne pas vouloir apprendre l'est".
    Benjamin Franklin
    Tout homme va au-delà de son pouvoir jsuqu'à ce qu'il ait un contre-pouvoir dressé face à lui.


    THUCUDIDE
  • Les commentaires les plus récents

  • Mes posts les plus récents

  • Calendrier

    February 2017
    M T W T F S S
    « Jan    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728  
  • Catégories

  • Mes archives