citoyenhmida.org

Chroniques d'un citoyen Lambda sur l'actualité
Subscribe

Archive for the ‘Presse, audiovisuel, NTC’

JUSQU’OÙ VONT ALLER LES SITES D’INFORMATION ?

August 30, 2017 By: Citoyen Hmida Category: Coups de gueule, Presse, audiovisuel, NTC Comments Off on JUSQU’OÙ VONT ALLER LES SITES D’INFORMATION ?

Récemment, LEDESK.MA traitait certains de ces confrères de “putes du clic” : ce n’est pas très glorieux ni pour pour LEDESK.MA de faire la morale à ses confrères ni pour les sites visés par l’article en question.

Si je réprouve l’attaque portée nommément par un média contre un autre, je suis par contre complètement d’accord avec LEDESK.MA dans sa dénonciation de ce phénomène que connait la scène médiatique élctronique nationale.

Des sites prétendument d’information diffusent des énormités totalement aberrantes sans que cela provoque la moindre émotion dans le public qui gobe cela comme des vérités immuables!

Certains internautes inconscients trouvent tout à fait normal de “partager” ce genre de bétises, sans se poser des questions, sans essayer de mesurer la conséquence de ce simple clic0

Les exemples les plus divers peuplent de manière récurrente les pages entières de ces prétendus sites d’information!

Jusqu’où ces médias vont-ils aller?

Informer, ce n’est pas diffuser des sornettes, sans en contrôler les sources, sans les recouper, sans en vérifier l’exactitude.

Je me souviens d’une phrase entendue dans un film USA sur le Watergate. Le journaliste appelait ses informateurs et leur disait : “j’ai une information, et je voudrais que vous la CONFIRMIEZ ou que vous l’INFIRMIEZ”.

Et après croiser plusieurs de ses sources, il publiait ou non son information.

Quel journaliste marocain procède de cette manière ? Notamment, dans les médias électroniques.

Récemment, je ne sais plus qu’l site affirmait qu’on a arrêté un homme “en possession de 145 MILLIARDS“? L’imbécile qui a diffusé ce canular sait-il ce que sont concrètement “145 milliards”! Pourtant, il y a quelques semaines, toute une polémique était née autour des 117 milliards de Had Soualem!

Comme si ce n’était pas assez gros, on est passé de 117 à 145 …La prochaine fois ce sera 200 milliards et nous continuerons à prendre cela pour argent comptant, sans mauvais jeu de mot!

Je vous laisse le choix des âneries diffusées par la presse électronique…

Essayons juste de faire le tri et de ne retenir que ce qui semble sérieux et crédible, c’est à dire pas grand chose!

POURQUOI JE SUIS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX..

July 24, 2017 By: Citoyen Hmida Category: Dans la blogama, Général, Presse, audiovisuel, NTC Comments Off on POURQUOI JE SUIS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX..

Je fréquente les réseaux sociaux depuis de longues, très longues années…J’ai commencé par les discussions sur les forums puis j’ai découvert le BLOG

blog

Cela a été une révélation : depuis novembre 2005, je tiens un blog, ce blog hppt.www.citoyenhmida.org que je bichonne d’année en année, de mois en mois, de semaine en semaine et il fut un temps où je l’alimentais pratiquement chaque jour!

Tout y passait! L’actualité bien sûr, mes coups de gueule, la politique intérieure ou étrangère, le sport, les livres, mes coups de cœur, l’enseignement, la presse, la justice, l’économie et les finances, et enfin et surtout tout ce qui me passe par la tête, selon mon humeur….

Mes billets ont tenté d’être toujours sincères mais peut-être pas objectifs>! Que suis-je et qui suis-je pour prétendre à l’objectivité? Je voulais juste dire ce que je voulais, à ma manière, sans être sous la pression de quiconque, sans chercher à plaire à personne et sans essayer de déplaire à personne!

Ni gourou, ni guide, ni meneur ni suiveur, j’ai tenu à être juste une voix libre au milieu d’un monde virtuel où la virtualité et surtout l’anonymat confinent à l’héroïsme de salon, avec une grosse dose de posture salonnarde et une tranche d’hypocrisie matinée d’engagement politique et social.

Puis j’ai découvert TWITTER…
twitter

C’est un monde beaucoup plus réactif et où il est nécessaire de bien cibler son sujet pour être crédible, de bien maîtriser la langue car la concision est nécessaire et surtout difficile, et surtout de s’ouvrir sur le monde beaucoup plus facilement que par l’entremise d’un blog.

Ainsi avec twitter, on peut toucher directement un éventail de personnes extrêmement large et être en contact direct avec d’autres dont on n’aurait pas révé lire en direct les messages.

Les américains l’ont vite compris et leurs présidents eux-même ont usé et usent de ce média de manière très importnte, mais peut-être pas de la manière la plus intelligente. On a vu ce qu’a réalisé Barak OBAMA grâce à Twitter et qu’en fait actuellement Donald TRUMP.

Au niveau national, on a pu juger de la grande utilité de TWITTER lors de certaines mobilisations, le DANIELGATE mais on a pu aussi noter des dérives malheureuses comme certaines campagnes menées contre tel ou tel personnage public!

TWITTER permet aussi de mesurer le degré d’ouverture, plutôt d’étroitesse, d’esprit de certains noms par ailleurs fort respectables : il suffit que vos commentaires ne plaisent pas pour que vous voyez bloqué. Ainsi des personnes, censés être des chantres de la liberté d’expression et les défenseurs de la diversité d’opinions, m’ont bloqué pour la simple raison que j’ai “osé” répondre à leurs twitts de façon directe, sans détour et surtout sans aucune complaisance!

Mais Twetter restera pour moi le média qui a permis deux opérations caritatives formidables initiées par une personne qui m’est très proche et que j’admire énormément pour ce qu’elle fait (sans le lui dire la plus part du temps) : les opérations #100DHpouraider et #100DHpourétudier!

Finalement, TWITTER demeure un réseau social où je me sens à l’aise.

Et depuis quelque mois, je fraie avec FACE BOOK que j’avais longtemps snobé – il n’y a pas d’autre terme – parce je croyais ce média un peu trop “djeune”, trop exhibitionniste, pas du tout en harmonie avec mon âge et ma manière de voir et de vivre les choses!

facebook_logo_2

Là j’ai pu rencontrer des personnes de mon âge, chose que je croyais impensable, des personnes partageant la même vision du monde que moi, un peu nostalgique forcément, un peu passéiste et surtout très sereine et très optimiste, malgré tout ce que le monde connait en ces temps difficiles.

J’au ainsi ainsi intégrer de groupes, m’y faire des interlocuteurs et y trouver ma place!

Ainsi continuerai-je donc à naviguer sur ces trois réseaux sociaux, en évitant de me tremper dans des polémiques tériles mais en engageant des discussions fructueuses et enrichissantes, en abordant librement et sans préjugés ni a priori ni tabous les sujets qui m’interpellent, en refusant toute mode ou toute dictature intellectuelle d’où qu’elle vienne, toute propagande quelque en soit l’origine.

Libre j’ai été sur mon blog, libre j’ai continué à l’être sur twitter, libre je le serai sur Face Book!

MUSTAFA ALAOUI : LE JOURNALISTE ATYPIQUE SE RACONTE

January 02, 2017 By: Citoyen Hmida Category: Livres, Presse, audiovisuel, NTC Comments Off on MUSTAFA ALAOUI : LE JOURNALISTE ATYPIQUE SE RACONTE

Toutes les personnes de ma génération se souviennent du journaliste Mustafa ALAOUI! Je parle là non pas de Mustafa ALAOUI, l’inénarrable présentateur-vedette du JT de la RTM, mais du vrai journaliste, celui de la presse écrite et ses publications dont “Al Kawaliss”, “Akhbar Dounia” et “Al Ousboue Assahafi“!

Nous nous rappelons de ces journaux, imprimés sur du papier de mauvaise qualité, avec les titres accrocheurs à souhait et à la limite de la provocation pour l’époque, avec des caricatures, avec des sujets qu’aucune autre publication n’osait aborder!

Nous avons encore en tête que ces hebdomadaires étaient souvent saisis, parfois interdits puis ré-autorisés à paraître, ou bien réapparaissant sous un autre titre, à tel point que beacuoup de marocains pensaient que Mustafa ALAOUI était de connivence avec le pouvoir de l’époque, que ce soit Oufkir, Dlimi ou Basri.

Beaucoup d’entre nous étaient convaincus que ce journaliste servait aux gouvernants à lancer des “ballons d’essais” pour tester l’opinion publique!

Bref, pour un journaliste, on peut dire, en usant d’un jeu de mots facile, que Mustafa ALOUI n’avait pas bonne presse.

Ce journaliste atypique a décidé en 2011 de publier ses mémoires en arabe. Le livre, fruit d’entretiens entre Mustapfa ALOUI et son confrère arabophone Younes MESKINE, a été traduit en français par Mohamed BOUDERHAM, collaborateur de TEL QUEL et publié sous le titre “LE JOURNALISTE ET LES TROIS ROIS”par les éditions CASA EXPRESS – MAGELLAN & Cie en 2012.

aloaui

Que dire donc de ces mémoires ?

D’abord quelques remarques sur la forme!

Peut-être fallait-il les lire dans la version arabe? Le texte en français est en effet très mal rendu et ne permets pas une lecture agréable.

Quant au contenu de ces mémoires, il m’a laissé l’impression que Mustafa ALAOUI se prend au minimum pour un Albert LONDRES pour qui un bon journaliste se doit de « porter la plume dans la plaie ».

Je reconnais que l’auteur n’a jamais formulé expressément cette comparaison mais le recit qu’il donne de ses différentes “misions” donne la pénible impression que’il s’attribue des rôles, une présence, des relations et à la limite une importance bien loin de la réalité.

Mais bon, il n’est pas totalement dénoué d’intérêt de lire ce petit livre du premier “ véritable journaliste marocain indépendant“, du temps où l’indépendance se payait à coup de passage à tabac et de séjours en taule!

FRANCE 3 avait tout faux dans son “Docs Interdits”

May 27, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Coups de griffes, Presse, audiovisuel, NTC 34 Comments →

Annoncé à grands coups de média, avec un teasing bien orchestré, le documentaire de France 3 sur “Le règne secret de Mohamed VI” était supposé provoquer un séisme dans le Maroc profond.

J’ai déjà dit ce que je pensais de ce documentaire avant même sa diffusion dans un billet publié sur Face Book et je crois que mon analyse n’était pas erronée.

La première phrase prononcée dans ce documentaire est une ERREUR FONDAMENTALE qui enlève toute crédibilité à la suite du texte et qui donne une idée sur l’orientation biaisée de ce travail prétendument journalistique.

D’après Jean-Louis PEREZ, le Maroc serait une monarchie de droit divin!

Cette affirmation péremptoire suppose que Monsieur Perez ignore ce qu’est une monarchie de droit divin ou il ignore le régime politique du Maroc .

Il devrait savoir que la monarchie marocaine a connu mille et cent évolutions pendant les siècles de son histoire et que en 2016, le souverain qui règne sur le Maroc n’est pas un “roi de droit divin” et que son rôle de “Amine Al Mounine” ne lui confère pas le statut de représentant de Dieu sur terre. Le Maroc est régi, depuis 1962, par une constitution qui connait de perpétuelles réformes et mêmes des refontes profondes, la dernière datant de 2011.

Monsieur Perez devrait donc rafraîchir un peu ses connaissances en droit constitutionnel et en histoire des instituons, pour autant qu’eil en ait jamais eu auparavant.

Tout le documentaire étant basé sur cette contrevérité historique, juridique, politique et sociale, il n’était pas utile d’écouter le reste d’autant que les intervenants ont, dès leurs premières déclarations, montré que la vérité et l’impartialité n’étaient pas leur priorité.

Le prince rouge, comme toujours, parle de son cousin avec son arrogance habituelle et aussi un gros zeste d’amertume mal digérée.

Boubker Jamaï évoque son exil à la suite d’une condamnation pour diffamation, sans préciser la personne qu’il a diffamée, laissant ainsi planer un doute qui en ferait un héros.

La bay3a, présentée comme une cérémonie d’humiliation collective, est commentée par un intervenant, dont on n’a pas jugé utile de préciser l’identité, en des termes indignes d’une enquête sérieuse.

Catherine Grasset dont le sort judiciaire n’a pas encore été tranché après sa tentative de chantage sur la personne du Souverain marocain a eu le culot de parler du Maroc.

Tout cela ne m’a pas donné envie de continuer à regarder un programme qui n’a eu q’un seul intérêt, celui de servir de véritable thérapie de groupe pour une poignée de personnages aigris, déçus, mal dans leur peau.

Ce “Docs Interdits” aurait dû être interdit de diffution par lz direction de France 3 pour médiocrité et manque d’intérêt avéré.

P.S. : Personne ne semble avoir relevé la perversité de la programmation dans cette même émission “Docs Interdits” d’un vieux documentaire datant de 1986 sur Silvio Berlusconi et la mafia. Coïncidence ou gros clin d’œil malveillant! Pauvre télévision française, que ne ferais-tu pour l’audimat en ces temps de crise!

Je lance un défi aux médias nationaux …..

January 04, 2016 By: Citoyen Hmida Category: Coups de griffes, Politique intérieure, Presse, audiovisuel, NTC 19 Comments →

En ce début d’année 2016, qui s’annonce cruciale à divers égards pour l’avenir de notre pays, je lance ici un défi aux médias nationaux, toutes catégories confondues, aux quotidiens, aux magazines, aux hebdomadaires, aux portails d’information et autres sites électroniques!.

Pour être plus franc, je pense très spécialement à LeDesk.ma qui se présente comme “le cœur battant de l’information au Maroc” et à qushq.com le nouveau venu qui tente de se faire une place dans une domaine en place mutation.

Si je vise spécialement ces deux médias, c’est parce que le premier se prétend être un site d’investigation, à l’image de son grand aîné français Médiapart, et qu’il monnaie ses informations (ce qui son droit le plus absolu à condition que ces informations soient intéressantes) et que le second est adossé à un groupe de presse dont on n’a pas, je crois, d’exemple dans le royaume.

Ceci dit, les autres médias sont bien sûr concernés par ce défi, qui je crois vaudrait la peine d’être relevé!

Mon défi est simple : je demande à ces médias de nous fournir d’ici la fin de cette législature un état détaillé de l’activité détaillée des 395 représentants siégeant au Parlement depuis novembre 2011.

Comme on peut le constater avec amertume depuis des années, les retransmissions télévisées des séances de questions orales donnent de l’activité parlementaire une image parfois ubuesque, sinon clownesque de l’activité des représentants de la nation, sans parler des images des séances normales nous montrant un hémicycle très souvent vide, sauf lors des séances d’ouverture présidées par le souverain, ou alors des scènes indignes d’une représentation nationale, avec des parlementaires qui dorment, d’autres qui jouent au solitaire sur leur portable, certains qui se détendent en retirant leurs souliers.

parlement incidents politique-Parlementaires-2011-09-16 parlement

Ces honorables personnes ont été élues par le peuple pour le représenter. Il serait donc tout à fait légitime de savoir
ce que chacune d’elles a fait de son temps durant cette législature.

Il serait utile de connaitre :
– le degré d’assiduité de chacun et chacune de ses élu(e)s,
– le nombre de leurs interventions,
– les amendements déposés,
– les commissions où ils/elles ont siégé,
– les rapports rédigés à titre personnel ou en groupe,
– les missions à l’étranger auxquelles elles/ils ont participé,
– le nombre de fois où ces élus ont effectivement participé à un vote,
– les questions orales ou écrites posées,
– et bien sûr, bien que cela soit plus difficile, les activités des uns et es autres au niveau de leurs circonscriptions respectives (réunions, meetings, contacts avec la population)!

Bref, le citoyen lambda que je suis aimerait que la presse libre et indépendante de ce pays donne des renseignements utiles aux millions d’autres citoyens lambda qui décideront de voter – ou non – lors des prochaines élections législatives.

Ce travail ne doit pas être très compliqué, je suppose, pour des journalistes aguerris, qui savent où chercher l’information! D’autant que ces informations ne relèvent d’aucune confidentialité particulière, que je sache : je peux me tromper, qu’on me corrige!

Alors, mesdames et messieurs, les journalistes, êtes-vous prêts à relever le défi?

Une fois en possession de ces informations sur l’activité réelle et effective de chacun des nos représentant(e)s, nous pourrons alors seulement leur demander des comptes, les critiquer, les réélire ou les renvoyer à leurs occupations antérieures.

Je crois que c’est une mission de salut public que je vous propose ! L’important est qu’elle soit réalisée dans les règles de l’art journalistique, en vous basant sur des faits vérifiables et fiables, selon la déontologie de votre noble métier et dans le respect total de la loi!

CHICHE……

CES JOURNALISTES QUI VEULENT TOUT DIRE SUR TOUT !

November 20, 2015 By: Citoyen Hmida Category: Coups de griffes, Presse, audiovisuel, NTC Comments Off on CES JOURNALISTES QUI VEULENT TOUT DIRE SUR TOUT !

Les récents événements de Paris reposent à nouveau une double question fondamentale : celle de la collecte de l’information par les journalistes et celle de la diffusion de l’information recueillie.

Bien sûr que le rôle premier et essentiel du journaliste est de recueillir les informations en s’assurant de leur véracité par le recoupement des sources et leur authentification.

Un attentat se produit quelque part : le journaliste doit en rendre compte, sereinement, sans complaisance ni exagération! Il doit s’en tenir aux faits et rien qu’aux faits. Les supputations, les extrapolations, les théories, les montages de scénarii ne sont pas du ressort ni de la compétence de celui qui informe!

Il doit s’en tenir à informer le public : la police, les polices, les enquêteurs, le parquet sont sont seuls habilités à aller au-delà des faits constatés de visu.

Or, avec le dévelloppment des chaînes d’information en continu, l’information est devenue une denrée de consommation et les journalistes des commerçants de l’information.

C’est à celui qui vendra le plus grand nombre de minutes sinon d’heures d’heurs aux téléspectateurs : en fait, c’est à celui qui arrivera à maintenir en otage devant le poste et surtout devant la chaîne le plus grands nombre de gogos, fascinés par les images en boucles, les commentaires souvent insipides et répétifs et les interventions à chaud de prétendus experts qui n’ont souvent comme expertise que celle qu’ils se sont eux-mêmes actroyée.

Après cinq heures devant leur poste allumé, les téléspectateurs de I Télé, de LCI, de BFM TV, de France 24 et même de France 2, n’ont pas pu savoir hier jeudi 19 novembre si le djihadiste Abdelhamid Abaaoud était mort dans l’assaut menée par la police!

Comme dirait l’autre, tout çà pour çà….

L’autre aspect du travail des journaliste est la diffusion de certaines informations !

Je prends l’exemple de la collaboration de certains témoins qui sont mis en danger par leur seule appartition sur un écran de télévision.

Un autre exemple concerne les difficultés que posent les interventions intenpestives des journalistes dans le déroulement des événements, comme les interviews recueillis en direct par les équipes de BFM TV durant les évènements de janvier 2015.

Dans le cas actuel, les médias ont diffusé des informations concernant d’une part l’intervention d’un “témoin” et d’autre part la collaboration des services marocains.

Les médias marocains semblent même avoir dépassé le satde de la simple diffusion de cette information pour tomber dans l’admiration béate de la collaboration des services de notre pays avec leurs collègues français!

Or tout ce beau monde semble ignorer qu’en mettant en avant cette collaboration – qui est réelle, nécessaire et inévitable – ils placent notre pays dans la ligne de mire – dans la ligne de tir pluôt – de ces fous qui se croient être la main d’Allah sur terre.

Ces journalistes, nationaux et étrangers, devraient prendre la mesure de l’importance du secret qui doit entourer les interventions policières qui suivent et parfois précèdent les actions criminelles terroristes.

On peut être sûr que si les médias avaient été prévenus de l’assaut mené hier contre la “planque” de Abdelhamid Abaouad à saint-Denis, l’opération aurait échoué lamentablement.

Alors donc, mes les journalistes, contentez-vous de faire correctement votre travail celui de nous informer, sans empiéter sur les compétences d’autres intervenants qui sont là pour nous protéger et d’arrêter les coupables.

SANS INFO ET SANS COM ON TOMBE DANS LA RUMEUR PUIS DANS L’INTOX.

September 29, 2015 By: Citoyen Hmida Category: Coups de gueule, Général, Presse, audiovisuel, NTC, Société 7 Comments →

Tous les étudiants en sciences de l’information et le communication vous le diront : pour être crédible auprès d’un public, quelque il soit, il faut savoir donner des informations fiables, sûres et vérifiables et communiquer de sorte que ces informations touchent leur cible, sans être déformées ou tronquées.

Nos responsables politiques semblent ignorer ce b-a-ba de l’information et de la communication. A maintes reprises, cette carence a été observée et malgré tout le mal qu’elle a pu engendrer pour le pays, elle ne semble être comblée pour autant.

Le dernier exemple en date s’inscrit dans la suite de la tragique bousculade de Mina qui a provoqué la mort de près de 800 personnes, selon un bilan encore provisoire plusieurs jours après la catastrophe!

Dans cet accident, il y avait de très forts risques que des marocains et des marocaines aient été parmi les victimes : en effet, à ce moment précis du Hadj, personne n’était en mesure de préciser qui se trouvait où !

Pourtant, les médias se sont empressés d’annoncer qu’il n’y avait pas de victimes et le gouvernement est resté muet.

Ni le chef du gouvernement, le Sieur Abdelillah BEKIRANE, ni le ministre des Habous en charge de l’opération “Hadj” le Sieur Ahmed TOUFIQ ni enfin le ministre de Communication, le Sieur Mustapha KHALFI, n’ont jugé utile de s’adresser à la presse et encore moins à la nation à ce sujet.

Devant ce vide et dès la fin de la journée du 24 Septembre, circulait sur les réseaux sociaux le terrible chiffres de 87 morts parmi les hadjs marocains, sans mention du nombre de blessés éventuels! Sans qu’aucune source ne soit citée, juste ce chiffre !

Officiellement, silence radio total de la part du gouvernement !

Personne ne pouvant préciser l’origine de cette rumeur, aucune autorité ne l’ayant démentie, aucune source officielle n’ayant pallier le manque d’information, aucune réaction officielle ne s’étant manifestée, elle s’affirmait comme LA VÉRITÉ !

Et malheureusement, les internautes et les sites d’info en ligne ont contribué à sa propagation, de la manière la plus irresponsable qui soit !

Dans les cas d’accidents graves ou de catastrophes, tous les gouvernements du monde créent des cellules de crise pour suivre le fil des événements; les responsables se présentent à la radio et à la télévision pour rassurer, informer, expliquer, bref pour jouer le rôle qui le leur!

Dans ce triste événement, notre gouvernement s’est montré totalement déconnecté de la nation! Et il a fallu encore une fois que le Souverain prenne lui-même le dossier en main !

Il est tout à fait anormal que le premier bilan de cette catastrophe soit communiqué par le cabinet royal : ce n’est pas son rôle ! C’est au gouvernement d’être en première ligne dans ces cas, comme en bien d’autres, fixés par la constitution!

Le chef du gouvernement, le Sieur Abdelillah Benkirane nous suffisamment chauffé les oreilles ces dernières années avec “son” gouvernent, “ses” ministres”, “sa” majorité : il aurait dû continuer à jouer son rôle de chef de gouvernement même dans ces moments extrêmement douloureux pour des milliers de familles marocaines.

En n’informant pas et ne communiquant pas, le gouvernement du Sieur Benkirane a failli, il a fauté, il a fait montre de négligence envers le peuple qui l’a porté à ces hautes responsabilités.

Gouverner n’est pas que gesticuler à la tribune du parlement ou que ferrailler comme un chiffonnier avec une chambre des conseillers !

Mais laisser la rumeur prendre le pas sur la vérité, laisser la rumeur ronger l’espoir de milliers de familles, laisser la rumeur devenir de l’intox n’est pas digne d’un gouvernement qui se respecte et qui aspire au respect de la population.

JOURNALISTES et ÉCRIVAINS, mais aussi MYSTIFICATEURS et éventuellement MAITRES CHANTEURS ( 2 / 2 )

September 04, 2015 By: Citoyen Hmida Category: Presse, audiovisuel, NTC 3 Comments →

…….SUITE

Après avoir parler de Catherine Graciet, plus éleveuse de chevaux que journaliste et plus magouilleuse qu’écrivain, je m’arrête sur le cas très particulier de Eric LAURENT !

On nous a toujours dit qu’il faut juger un écrivain, non pas sur sa personne, son caractère, ni même sur ses prises de positions, mais sur son œuvre !

Bien !

Eric LAURENT est-il un écrivain ou un nègre? Ou pire un mercenaire de la plume?

Cet homme a prêté ses services à Hassan II pour la rédaction de LA MÉMOIRE D’UN ROI publié en 1993 !

Quelques années plus tard, il réitère son expérience pour LE GÉNIE DE LA MODÉRATION, paru juste après la disparition du monarque et préfacé par le nouveau souverain!

Je ne pense pas qu’Eric LAURENT ait sacrifié son temps et son “talent” par simple admiration pour le roi du Maroc !

Chaque écrivain est libre de se prêter ou pas à ce genre d’exercice, surtout quand il s’inscrit dans cette belle constance hagiographique!

Or, Eric LAURENT a soudain changé de cap : le successeur de Hassan II devient, dès 2012 et par on ne sait quel miracle, LE ROI PRÉDATEUR!

D’hagiographe du père, Eric Laurent, le grand journaliste, le spécialiste du Maroc, s’est mué très vite, en quelques mois, en contempteur du fils ! Situation pur le moins bizarre et qui doit forcément avoir des raisons !

Revenons un peu sur la “production” de Eric LAURENT : on y trouve un curieux ouvrage : LES CHEMINS DE MA VIE. Paru en 1999, il s’agit là d’une biographie édulcorée Henri Konan Bédié, président controversé de la Côte d’Ivoire entre 1993 et 1999. Peut-on imaginer un moment que ce genre d’ouvrage soit le fruit de simple volonté de l’auteur d’apporter un témoignage : il est certaine que la contrepartie a due être sonnante et trébuchante ! Normal, toute peine mérite salaire, surtout celle d’hagiographe.

Par ailleurs, quand on consulte la bibliographie de Eric LAURENT, on peut être impressionné par le nombre de livres-enquête qu’il a produit et sur la diversité des sujets qu’il y a abordé !

De la Guerre du Golfe au financement des bolcheviks, du pétrole aux négociations israélo-palestiniennes, de la famille Bush aux milieux financiers, de la vache folle à la guerre du Kosovo, on peut se demander comment un simple journaliste peut accéder aussi facilement à autant de sources et comment il peut dominer autant de sujets aussi complexes que différents!

Je crois que même ses éditeurs ont à un certain moment émis des réserves à sujet et se sont posés des questions! Mais l’homme avait déjà forgé sa réputation de “journaliste d’investigation” et comme le spécimen est rare dans le métier, on se contentait de ce qu’il y avait de disponible.

Entre deux “enquêtes” et deux publications “sérieuses”, Eric LAURENT se faisait plaisir et sortait des romans policiers ou d’espionnage dont on parle peu ou presque pas : kARL MARX AVENUE, LE FLEUVE DES ABYSSES, LA MORT VOUS A CHOISI, SETH COLTRON, LE TROISIÈME FLÉAU, LA CONSPIRATION WAO YEN !

On pourrait croire que notre journaliste-auteur a fini par se mélanger les pinceaux et à coire que ce qu’il racontait dans ses romans était le réalité !

Enfin tout cela n’est pas très sérieux et Eric LAURENT a fini par tomber lui-même dans les magouilles qu’il décrivait dans ses livres et se prétendues enquêtes!

Faire chanter un chef d’état, après l’avoir sali, est la démarche d’un esprit fragile, qui n’arrive plus à démêler la réalité de la fiction!

Eric LAURENT ne mérite pas l’intérêt qui lui est porté : c’est un homme fini !

JOURNALISTES et ÉCRIVAINS, mais aussi MYSTIFICATEURS et éventuellement MAITRES CHANTEURS ( 1 / 2 )

September 02, 2015 By: Citoyen Hmida Category: Coups de griffes, Presse, audiovisuel, NTC Comments Off on JOURNALISTES et ÉCRIVAINS, mais aussi MYSTIFICATEURS et éventuellement MAITRES CHANTEURS ( 1 / 2 )

Eric LAURENT et Catherine GRACIET ont défrayé la chronique médiatique et judiciaire ces derniers jours et ils continuent, chacun à sa manière, à essayer de noyer dans le flou l’affaire dont ils sont les tristes protagonistes !

Je ne vais pas revenir sur les faits que tout le monde connait mais sur quelques aspects de la personnalité et l’œuvre de ces deux plumitifs-mercenaires !

J’écacuerai dans un premier billet le cas de Catherine GRACIET !

Elle serait “journaliste” nous dit-on ! Dans dans média? Dans quel titre ? Dans quelle rédaction ? Dans quelle radio ou télé? Difficile de trouver une référence précise! Mais admettons qu’elle le soit ! Par les temps qui courent, se prétendre journaliste n’est pas si dificile, même dans le pays qui a connu Théphraste RENAUDOT et Hubert BEUVE-MERY!

Elle serait aussi “écrivain” : son nom figure en effet sur la couverture de quatre livres, dont deux co-écrits avec d’autres de ces confrères!

Elle serait “spécialiste du Maghreb” : soit ! Mais cette région du monde ne s’arrête pas au Maroc et à la Tunisie ! L’Algérie en occupe une bien belle partie et ce pays est dirigé depuis des lustres par une clique de généraux, sous couvert d’une démocratie de façade !

Or, Madame GRACIET n’a jamais été “tentée” d’écrire le moindre article et bien le plus petit opus sur ce pays, son régime, son économie, ses dérives, ses ambitions !Pourtant, les occasions ne manquent pas : la dernière réélection de Aziz BOUTEFLIKA, malade, impotent, aphone à un quatrième mandat méritait bien quelques lignes ou quelques pages de la part d’une spécialiste du Maghreb!

Mais, que nenni, rien! Silence radio : Madame Graciet n’a rien à dire ni à écrire sur le sujet!

Pas plus d’intérêt non plus de la part de Madame Graciet pour la Libye de Khaddaffi, qui ne fut pas un modèle de gouvernance ! Ni pour la Libye post-Khaddafi sur laquelle une journaliste spécialiste du Maghreb aurait tant de choses à dire, tant de questions à poser! Elle a attendu que Khaddaffi soit sous terre et que Sarkozy soit sans pouvoir pour sortir une improbable “HISTOIRE SECRÈTE D’UNE TRAHISON”.

N’en tirons aucune conclusion : chacun est libre de ses choix!!! Mais ….Mais…..

Arrêtons-nous un moment sur le livre que Madame Graciet – je parle de Madame Graciet, car pour moi elle n’est qu’une simple dame, ni journaliste ni écrivain – a co-signé (peut-être pas co-écrit avec Noclas BEAU) : QUAND LE MAROC SERA ISLAMISTE !

Sorti en 2006, cet “ouvrage” voyait le royaume du Maroc comme “la Russie de 1916”, avec les conséquences que l’on pourrait prévoir : c’est à dire la chute du régime, la révolution, un Maroc à feu et à sang!

Dix ans après ou presque, les prévisions de ces deux zozos n’ont pas connu le début du commencement d’une éventuelle orientation dans le sens qu’ils espéraient!

Le Maroc a traversé à peu près sereinement la tempête qui a balayé le monde arabe durant le “printemps arabe” : il en a tiré les conclusions qui s’imposaient! La royauté n’a souffert d’aucune contestation, même marginale! Le pays a continué à évoluer à son rythme, malgré la crise économique mondiale !

La place de notre pays en Afrique s’affirme!

A croire que Nicolas BEAU et Madame Graciet avaient simplement tout faux dans leur analyse de la situation du Maroc !

Pour ce qui est du second livre sur notre pays, LE ROI PRÉDATEUR, Madame Graciet et son acolyte ( ou l’inverse, on ne sait pas qui est l’acolyte de qui), il n’est en fait que le copier-coller d’un certain nombre d’articles déjà parus dans la presse marocaine dite “indépendante” dont le financement n’est pas aussi indépendant ni aussi transparent !

Destiné à déstabiliser le souverain marocain et le Maroc, ce titre n’a intéresser personne, ni au Maroc ni à l’étranger!

Un autre livre de Madame Graciet mérite qu’on s’arrête sur sa genèse : LA RÉGENTE DE CARTHAGE.

Un grand quotidien français avait émis l’hypothèse – et il semble pas avoir été démenti par l’intéressée – que l’auteure ait été payée pour écrire ce livre !

Les livres écrits sur commande ne sont pas rares : mais si l’objectif de l’ouvrage de nuire ou de détruite la réputation d’une personne, aussi peu recommandable soit-elle, la commande est sujette à caution et le prête-plume ne peut prétendre à un quelconque respect. Ce n’est plus un “nègre”, il devient mercenaire!

Ce même livre aurait fait l’objet de tractations sans suite avec le clan au pouvoir en Tunisie à l’époque! Qui dit tractation n’est pas loin de magouille ni de chantage !

Madame Graciet semble avoir bien du mal à boucler ses fins de mois et sa passion pour les chevaux semble lui couter très cher, peut-être m^me son honneur de journaliste, pour autant qu’ait jamais été journaliste!

…..A SUIVRE ….(le cas d’Eric Laurent)

Pourquoi certains auteurs marocains s’acharnent-ils à écrire en français?

July 31, 2015 By: Citoyen Hmida Category: Coups de griffes, Livres, Presse, audiovisuel, NTC 3 Comments →

Notre histoire nous a permis l’ouverture sur d’autres civilisations et d’autres cultures ! Elle nous a donné l’occasion de pouvoir nous exprimer dans d’autres langues, notamment le français et ce fut parfois un réel plaisir tant pour ceux qui écrivaient que pour leurs lecteurs!

Sans remonter jusqu’à Ahmed SEFROUI (1915-2004) ou à DRiss CHRAIBI (1926-2007), sans nous arrêter à l’oeuvre prolifique à la limite du stakhanovisme d’un Tahar BENJELLOUN ou celle d’un pseudo-intellectuel sulfureux tel que Abdellah TAÏA, sans oublier des auteurs comme l’expatrié Fouasd LAROUI ou l’enfant du pays Mohamed NIDALI, la littérature marocaine francophone foisonne de noms respectables et respectés et d’œuvres de très belle facture.

Tous ces auteurs, que l’on peut aimer ou pas, ont en commun la parfaite maîtrise de la langue qu’ils utilisent ainsi que l’art de raconter!

Il existe cependant une certaine production “littéraire” marocaine de langue française qui, à la longue, va noyer ces crus nobles et généreux, dans une diarrhée de pages parfois sans intérêt et souvent porteuse du germe de la négligence pour ne pas dire de l’incapacité d’écrire tout simplement.

J’en ai cité quelques exemples récemment ici et : et je viens aujourd’hui en dénoncer un nouvel exemple!

J’ai découvert récemment Ahmed TAZI, économiste et inspecteur des finances de son état, qui a déjà publié chez plusieurs éditeurs sept romans entre 2002 et 2010.

Contrairement à beaucoup d’autres écrivains, Ahmed BENIS ne semble pas bénéficier d’un accueil spécial de la part de la critique marocaine : je n’ai pu trouver qu’un passage du DICTIONNAIRE DES ÉCRIVAINS MAROCAINS où Salim JAY évoque cet auteur en des termes assez mitigés.

Dans quelques lignes réservées à Ahmed Tazi, il parle d’un “vrai charme sans nulle prétention” à propos de son premier roman “La Rue du Cuivre” mais il devient beaucoup plus sévère s’agissant du second opus LE CONVOI DU CHIEN auquel il reproche entre autres “une sophistication hasardeuse et peu maîtrisée”, tout en reconnaissant à l’auteur “un vrai tempérament de conteur”.

Cela m’a encouragé à m’intéressé donc à son dernier opus DU PETROLE ET DES OUTARDES paru en 2011 chez les éditions LA CROISE DES CHEMINS et chez ATLANTICA-SEGUIER.

pétrole outardes

Une fois encore, un auteur marocain puise le sujet de son roman dans un contexte qui a enflammé le quotidien des marocains et en principe, cela doit être applaudi !

Rappelons-nous l’affaire du pétrole de Talsint qui a défrayé la chronique au début du règne de Mohamed VI : emballement politique et médiatique, annonces tonitruantes et malencontreuses avant un retour à la réalité sordide d’une sombre affaire d’arnaque financière comme en connaissent beaucoup de pays en quête du précieux or noir, le pétrole!

Ahmed BENIS a trouvé un excellent filon en liant la recherche du pétrole dans une région reculée du pays avec l’intérêt inconsidéré qu’un prince de Golfe arabique porte à l’outarde Houbara, espèce en voie de disparition et que ce prince veut sauvegarder, non pas par souci d’écologie mais pour son plaisir personnel et égoïste de la chasser à l’aide de ses faucons carnassiers!

Pour notre culture générale, l’auteur aurait pu nous décrire ce volatile : nous devons nous contenter de Google-Images pour en avoir une idée :

Outarde houbara Chlamydotis undulata Houbara Bustard

La trame du roman tente de nous présenter deux mondes parallèles mais que finissent par se croiser : l‘outarde en cours de régénération artificielle pourra-t-elle survivre au désordre écologique dû à la recherche pétrolière!

Vaste sujet, très intéressant, porteur de messages vertueux et édifiants, mais la manière n’y pas !

Salim JAY évoquait un “vrai tempérament de conteur” chez notre auteur ! Il a dû s’épuiser : le roman n’est qu’une suite de situations et de personnages, que l’on a de la peine à lier les uns aux autres pour en faire une histoire!

Il évoque la région de Taslint comme s’il s’agissait d’un Far-west marocain, sans foi ni loi, ou d’une zone envahie de hordes de “chercheurs d’or” tels qu’en a connus le XIXème siècle.

Le lecteur a du mal a suivre la cohorte de personnages secondaires tout comme il peine à croire en la personnalité ambiguë ou plutôt mal présentée de celui qui devrait être le héros du roman.

On ne sait trop s’il est ambitieux ou simplement arriviste, s’il est vraiment impliqué dans so projet écologique ou s’il ne s’agit que d’une revanche sur sa vie ratée, s’il aspire à une familiale stable ou s’il ne pense qu’à lui-même!

Autour ce personnage principale, gravite une kytrielle de figurants plus ou moins bien brossé : d’un coté, Hallas Belouarda, petit gargotier sans enveregure, Josh, le mécanicien marron, Haddioui dit Sandokka, le chauffeur tous-risques, d’un autre coté, Eric Baumdeur, l’aventurier texan, Raopuf Samir, consul honoraire et intermédiaire patenté, Rodovan Boïco, le spécialiste bosniaque des forages, sans oublier Haouar Selmounae, l’incontournable gendarme véreux et pourri.

N’oublions pas quelques présences féminines qui sont supposées agrémenter le récit : Hafida Messala, la tapineuse d’Ouja, Nezha Belouad, professeur de sciences dans un lycée de Rabat.

L’éditeur présente ce roman comme étant mené à la façon d’un thriller : soit qu’il ne sait pas la définition exacte d’un thriller soit il n’a pas de respect pour les lecteurs!

L’affaire Talsint, après tous les articles plus ou moins renseignés, plus ou moins malintentionnés, plus ou moins tendancieux, méritait certes qu’un roman lui soit consacré : cela aurait permis d’en comprendre les tenants et les aboutissants, les cotés sombres et de découvrir le monde interlope dans lequel baigne ce genre d’histoire.

Pour cela, il aurait fallu un auteur talentueux et rigoureux! Pas un fonctionnaire qui s’ennuie et qui nous ennuie finalement! Ce roman manque de souffle, de tonus, de vitalité alors que le sujet chosi est original, passionnant et épique!

Encore une fois, se pose la sempiternelle question : comment peut-on éditer des livres sans intérêt, alors que la matière première est abondante et inexplorée.

La faute revient bien sûr aux auteurs en mal de publication : voir leur nom sur la couverture d’un roman semble être leur souci premier et ultime!

Les éditeurs ne sont pas totalement exempts de responsabilité à cet égard : ils doivent être plus rigoureux dans le choix de leurs auteurs, en s’entourant de comités de lecture neutres et surtout compétents.

La critique est également à pointer du doigt : elle est souvent complaisante, par manque de compétence essentiellement Parler d’un livre exige une formation que peu de journalistes se donnent la peine de suivre.

Même des professionnels aguerris, tel Abdellah TOURABI le responsable de l’hebdomadaire TEL QUEL, se contentent de petites piques sans douleurs, ne visant personne en particulier de crainte de froisser tel auteur ou tel éditeur.

La preuve, ces tweets mis en ligne très récemment par ce journaliste :

Une critique méthodique, plus compétente et partant plus objective, aiderait surement la littérature marocaine francophone à sortir de l’ornière où elle s’enlise irrémédiablement!

#100DHpourétudier : la F.M.E. ne peut pas tout faire !

July 14, 2015 By: Citoyen Hmida Category: Coups de coeur, Enseignement, Presse, audiovisuel, NTC, Société 78 Comments →

Depuis hier le microcosme des internautes marocains est en effervescence – une belle effervescence citoyenne et responsable – suite à un appel lancé par la FONDATION MAROCAINE DE L’ÉTUDIANT!

Je ne m’étendrais pas sur le rôle, les activités et les résultats de cette association reconnue d’utilité publique pour “de permettre aux bacheliers les plus brillants issus des établissements de protection sociale du Maroc de poursuivre des études correspondant à leur niveau académique dans des établissements supérieurs et professionnels privés et/ou publics d’excellence et les accompagner jusqu’à leur insertion professionnelle“.

Vous pouvez obtenir tous les détails en consultant le site de la F.M.E.

Cette année, la F.M.E. s’est trouvée face à un nouveau problème, à un nouveau défi !

Parmi les postulants, vingt orphelins, ne relevant pas des établissements de protection sociale – c’est à dire qu’ils vivent au sein de leur famille – mais issus de milieu extrêmement défavorisé, ont obtenu leurs baccalauréat avec mention TRES BIEN !

La F.M.E. ne pouvait rester insensible au cas de ces orphelins, bien qu’ils ne relèvent pas de son champ de compétence! Et c’est à l’honneur de son président, de sa direction et de ses équipes!

Il a été décidé de recourir à un appel aux dons dans le cadre de l’opération #100DHpourétudier !

Le succès a été immédiat : en 24 heures, il a été recueilli DH 49.845,- grâce à 143 contributions!

Le pari n’est pas encore gagné, bien sûr! Mais l’optimisme est de mise !

Pour tenter d’apporter un autre regard sur cette opération, j’ai pris sur moi de me faire la voix de ces bacheliers, de ces orphelins, de ces jeunes marocains et marocaines qui sont au pied du mur et qui aspirent à pouvoir continuer leurs études supérieurs.

Voilà donc le texte que j’ai rédigé :

Nous sommes 20 bacheliers en quête d’un avenir digne !
Cette dignité peut être atteinte grâce à vous !

Nous sommes 20 bacheliers, toutes séries confondues, qui avons approché la Fondation Marocaine de l’Étudiant, en vue d’obtenir une bourse.

Nous n’avons pas pu en bénéficier et nous le comprenons parfaitement : la priorité de la F.M.E. vise les bacheliers issus des établissements de protection sociale, tels que les orphelinats et autres structures de ce genre (associations comme Bayti, SOS Village, Dar Attaliba, etc).

Nous n’avons pas cette chance, pourrions-nous dire !

Pourtant, notre situation est très atypique :

-Nous sommes tous orphelins, vivant dans un milieu très modeste.
-Nous sommes tous bacheliers MENTION TRES BIEN.
-Notre désir d’entreprendre des études supérieures n’a d’égal que les difficultés matérielles que nous rencontrons.

La Fondation Marocaine de l’Étudiant ne désespère pas de trouver une solution pour nous venir en aide et elle ne peut le faire qu’avec votre contribution.

Nous sommes 20 bacheliers mention « Très Bien » issus de toutes les régions du royaume dont le sort dépend de la générosité de nos concitoyens canalisée grâce à l’aide de la Fondation Marocaine de l’Étudiant.

La prise en charge de chacun de nous par la F.M.E. nécessiterait, pour une année universitaire, un montant de DH 25.000,-
C’est à la fois énorme et bien peu de chose avec votre participation généreuse et citoyenne.

Nous sommes 20 bacheliers, recensés et sélectionnés par la Fondation Marocaine de l’Étudiant qui nous a promis d’entreprendre tout ce qui en en son pouvoir et dans ses compétences pour arriver à nous trouver une place dans l’ascenseur social par la formation !

Aidez la Fondation Marocaine de l’Étudiant à nous ouvrir la porte de l’ascenseur social !

Alors, amis internautes qui passez par cet espace, saisissez cette opportunité et réalisez une action citoyenne et constructive en contribuant à cette opération!

Les pouvoirs publics sont peut-être défaillants, la société civile fait ce qu’elle peut alors le individus doivent réagir!

Le dernier rapport de la H.A.C.A. : la montagne accouche d’une souris!

April 25, 2015 By: Citoyen Hmida Category: Coups de griffes, Presse, audiovisuel, NTC 23 Comments →

La HAUTE AUTORITE DE LA COMMNUNICATION AUDIOVISUELLE vient de publier un rapport d’une soixantaine de pages sur “le temps d’intervention des personnalités politiques, professionnelles et syndicales, relatifs aux journaux d’information durant le 4ème trimestre, ainsi qu’aux programmes d’information durant le deuxième semestre de l’année 2014, au sein des médias audiovisuels publics et privés nationaux“.

En langage clair, cela veut dire que des agents de la HACA sont payés pour écouter attentivement TOUTES radios nationales, privées et publiques et pour regarder TOUTES les chaines de télévision nationales!

Ces valeureux fonctionnaires ont pour mission essentielle et fondamentale de relever à la seconde près le temps de parole accordé à telle ou telle personnalité politique, professionnelles ou syndicales par chacun de ces médias!

Comme dirait mon ami espagnol, vaya trabajo!

Quel travail !

Cela doit être terriblement dépressif de suivre la faune politico-professionnalo-syndicaliste nationale et d’en compter chaque mot, chaque déclaration, chaque sortie!

Quand on pense que Si Abdelillah Benjkirane, même sous sa double casquette de chef du gouvernement et chef de parti, n’arrive pas nous faire espérer en un avenir meilleur, qu’il nous fait plus sourire ou grincer des dents qu’autre chose, on peut plaindre ces fonctionnaires.

Quand on pense que Si Hamid Chabat, même sous sa triple casquette de chef de parti, de chef d’un grand syndicat et meneur en chef de l’opposition, est plus proche de l’invective et de la provocation que des déclarations politiques constructives que l’on est en droit d’attendre du chef de l’opposition, on peut plaindre ces fonctionnaires dévoués.

Quand on pense que les actuels responsables de l’U.S.F.P., alors que leurs ainées étaient jadis grands orateurs devant l’éternel, ne savent plus que souffler sur les braises de la division ou du populisme le plus malsain, on peut plaindre ces fonctionnaires consciencieux.

Quand on entend les divers responsables syndicaux réclamer les hausses de salaires des fonctionnaires dont ils savent pertinemment qu’elles sont irréalistes et qu’ils freinent des quatre fers pour bloquer la réforme des retraites dont ils savent pertinemment qu’elle est urgente et inévitable, on peut plaindre ces fonctionnaires vigilants.

Quand on entend les chefs de certains “particules” qui n’existent que sur le papier se battre comme des chiffonniers pour accéder à la tête de leur petit groupe d’adhérents, on peut admirer la patience de ces fonctionnaires attentifs.

Non, franchement, le citoyen marocain est en droit de s’interroger sur l’utilité de la perte d’autant d’énergie, en moyens humains et matériels, pour connaitre ce que tout le monde sait, c’est-à-dire que notre élite politico-professionnalo-syndicaliste n’a rien à nous dire.

Ce secret de polichinelle mérite-t-il que la H.A.C.A. sous la houlette d’une militante de longue date lui accorde autant d’importance!

La H.A.C.A. a je suppose d’autres attributions, plus fondamentales : les exerce-t-elle? Une visite du site de la H.A.C.A. ne donne pas l’impression d’une activité débordante!

La robe réelle de la discorde virtuelle et surtout ridicule!

February 28, 2015 By: Citoyen Hmida Category: Coups de griffes, Coups de gueule, Presse, audiovisuel, NTC 6 Comments →

Ce vendredi 27 février 2015 est à marquer comme le jour où les internautes ont atteint, comme disait je ne sais plus quel humoriste, le pic du sommet de la montagne de la bêtise, de la vacuité et de la fatuité!

Pendant toute la cette journée, les internautes de tous bords, de toutes catégories sociales, de tous niveaux intellectuels, de tous les pays, se sont lancés dans des débats sans fin et surtout sans intérêt à propos de “la couleur d’une robe“!

De cette robe, postée innocemment sur TRUMBLE par une jeune écossaise qui voulait savoir de quelle couleur elle était :

1239933-la-robe-qui-fait-debat-620x0-1

Cela a suffi à allumer le buzz sur le net !

Comme si le monde n’avait pas d’autres préoccupations sérieuses, comme la situation tragique au Moyen Orient où des fous sont en train de saccager musées et sites archéologiques en toute impunité, sous le regard, le seul regard courroucé du monde! Courroucé certes, mais totalement impuissant!

Comme si le monde avait réglé tous ses autres problèmes, du sida au réchauffement climatique, du racisme renaissant et dévastateur à au manque d’eau et la malnutrition!

Non, les internautes se sont occupés en ce samedi 27 févier de la couleur de ce petit bout de tissu qui est devenue “la robe de la discorde”!

Je dirais plutôt la robe de la bêtise!

La robe de fatuité, celle de ces scientifiques qui n’ont pas hésité à apporter leurs voix à ce débat ridicule et vain, avec force jargon pseudo-scientifique et charabia incompréhensible !

Je dirais “la robe de la vacuité” parce que les discussions sur ce sujet sont vides de sens, vides de valeur intellectuelle !

Que nous chaut que Lady Gaga, ou tel rappeur, ou telle actrice, pense que cette robe soit bleue et noire, ou blanche et or ou que sais-je encore!

Le pire est que les télévisions se soient saisies de cette ridicule affaire et en aient fait leur page d’ouverture durant toute la journée, jusqu’à très le soir!

Décidément, nous méritons bien la période que nous vivons!

La meilleure conclusion à tout ce tralala est celle donnée sur twitter par l’acteur Eddie MacClintock :

(en français : Pour moi, les couleurs de la robe sont « Ça n’intéresse personne » et « Achetez-vous une vie).

LE MAROC IRRITE LES MEDIAS FRANCAIS

February 17, 2015 By: Citoyen Hmida Category: Coups de gueule, Etranger, Presse, audiovisuel, NTC 10 Comments →

Depuis plusieurs mois, les relations franco-marocaines traversaient une zone de turbulence marquée par des incidents qui auraient pu être évités.

Mais la raison semble reprendre ses droits et les intérêts bien compris des deux états, des deux pays et des deux peuples reprennent le dessus.

Après une normalisation des relations judiciaires et après la reconnaissance de l’importance fondamentale des relations sécuritaires, et après la rencontre entre les deux chefs d’état français et marocain, la situation officielle se stabilise!

La rencontre entre les chefs des deux diplomaties devrait sceller définitivement la réconciliation, après que des stigmates personnelles soient complètement effacées, parce qu’elles sont beaucoup moins importantes que les liens entre les deux états.

Pourtant, ce retour à la normale dans les relations marocco-françaises ne semble pas être du goût de tout le monde en France!

Notamment pas celui de certains médias français!

Accabler le Maroc, le régime marocain, les expériences politiques marocaines, a tout été le sport favori d’une partie de la presse française, depuis les heures sombres des années de plomb où cela pouvait alors se justifier.

Ces dernières semaines, on remarque un intérêt soudain et réitéré des médias français pour le royaume!

A partir des données “Swissleaks”, deux journalistes français ont monté en épingle quelques chiffres et quelques noms et ont voulu démontrer que les dirigeants du Maroc et ses hommes d’affaires ne sont rien d’autres de vulgaires malfrats.

Leur attitude dans la conduite de ce qu’ils qualifient de “enquête” est pour le moins surprenante : ces messieurs s’érigent en juges d’instruction, en procureurs ou pour le moins en policiers dans leur recherche de renseignements auprès des intéressés.

D’autres médias français se sont subitement intéressés à notre pays depuis que l’amorce d’une reprise s’esquisse et surtout depuis que les chefs d’état se sont rencontrés.

FRANCE 24 – dont on connait l’animosité anti-marocaine – et même FRANCE 3 – qui cherche peut-être à se refaire une part de marché sur le dos du Maroc mais qui est incapable de disposer de sa propre équipe de reportage et fait appel à une agence – ont dépêché des équipes pour réaliser des reportages sur le Maroc, sans tenir aucun compte des normes règlementaires en vigueur au Maroc dans ce domaine!

Les journalistes français se croient en territoire conquis et font fi de tout ce qui peut les gêner dans leur travail, au nom de la liberté de s’informer et d’informer.

Ces Tintin de pacotille pensent que leur statut de journalistes les exempte de tout respect des règles en vigueur dans un état souverain. Ils jouent donc les vierges effarouchées dès que l’on ose leur rappeler ce qu’ils sont sensés savoir s’ils sont des professionnels aguerris.

Bien sûr, il s’est trouvé quelques uns de nos compatriotes pour défendre ces journalistes français dans leur droit à violer le droit marocain au nom de principes foireux !

Certains le font en toute bonne foi, croyant les journaux français sur parole, comme au bon vieux temps où tout ce qu’écrivait LE MONDE ou tout ce que diffusait RFI était parole sacrée.

D’autres, dont les réseaux sociaux ont phagocyté les cerveaux, ne savent que répéter ce qui se dit sur TWITTER et sur Facebook! Ils ne donnent plus la peine de réfléchir par eux-mêmes!

Une partie, la moins importante mais la plus virulente, profite de ces incidents pour se faire entendre : défendre les journalistes étrangers est un bon moyen pour se faire passer pour les chantres de la démocratie et la liberté d’expression! Je pense à quelques journalistes ou prétendus tels de chez, à quelques droits-de-l’hommistes professionnels…

Je dirais à tout ce beau monde que le Maroc et les marocains sont bien au-dessus de ces basses magouilles!

Malgré votre énervement, messieurs les journalistes français, le Maroc et les marocains continueront leur petit bonhomme de chemin, sans se laisser entrainer dans ce que l’on peut appeler la “chouha” qui entache les peuples arabes et musulmans!

Non, messieurs les journalistes français, vous n’aurez pas le plaisir de venir monter vos reportages sur une terre marocaine ensanglantée, déchirée et endeuillée.

Non, le Maroc est un état millénaire, qui a marqué l’histoire et qui a été marqué par l’histoire : il n’est ni la création ex-nililo du fantasme d’un dirigeant colonialiste en mal de géographie, ni le résultat d’un coup de crayon fantaisiste d’un général qui s’ennuyait, ni la conséquence du dépeçage d’une quelconque terra-nullus où le premier arrivé était le premier servi!

Non, messieurs les journalistes français, vous avez affaire à un état constitué, avec ses lois, ses règles, ses procédures, ses instituions, sa police, sa justice, sa politique, son gouvernement, et ne l’oubliez jamais la fierté de ses habitants!

Alors, calmons-nous!

Vous êtes les bienvenus chez nous, dans le respect mutuel et réciproque! Respectez-nous et “nous vous mettrons sur nos têtes”, comme le dit si joliment la formule bien de chez nous!

UN CERTAIN REGARD SUR LE WEB MAROCAIN ET SON UTILISATION

September 28, 2014 By: Citoyen Hmida Category: Presse, audiovisuel, NTC 10 Comments →

Un sondage d’opinion sur l’utilisation d’internet et des réseaux sociaux au Maroc, mené durant le mois de juillet 2014,   a été publié récemment.

Cette opération a été menée auprès de 1.000 utilisateurs d’internet et de réseaux sociaux d’après une méthodologie que MAROC NUMERIC CLUSTER et AVERTY ont pris soin de présenter.

Quand on sait que le nombre d’internautes au Maroc dépasserait les 16.000.000 on peut se poser la question de savoir la portée exacte de cette enquête d’opinion. Mais bon, un sondage reste un sondage et il faut en prendre les résultats avec les réserves et les précautions d’usage.

Je retiendrais pour ma part quelques aspects qui me paraissent les plus intéressants.

Tout d’abord, je constate avec une certaine amertume, la mort presque certaine de la la blogoma!

Les blogs n’intéressent plus nos internautes : ils n’en réuniraient plus que un peu plus de 1 %.  Mais la faute revient aux grands blogueurs qui ont abandonné ce média pour se consacrer qui à d’autres réseaux, qui à d’autres activités plus personnelles et surement plus intéressantes pour eux!

Les évènements qui ont enflammé le monde arabe en 2011 avaient permis à quelques plumes – plutôt à quelques claviers – de redonner une seconde vie à la blogoma. Mais les profondes dissensions entre les blogueurs et surtout l’absence et le refus du dialogue et du débat – qui sont les deux mamelles du “bloging” – ont fini par porter le coup fatal à ce  média qui a été à la pointe de l’activité intellectuelle sur la toile nationale durant de longues années.

Par contre FACE BOOK continue à tenir le haut du pavé ou plutôt la tête du hit!

Plus ludique, plus extraverti sinon exhibitionniste, FACE BOOK  l’emporte donc sur le sérieux et la réflexion. C’est normal!

Autre observation, plus sérieuse,  que m’inspire ce sondage : le succès que semblent rencontrer les sites de E-gouvernement.

En tant que citoyen, j’en suis heureux, parce que cela montre que le pays évolue, que les mentalités commence à changer et que surtout le recours à ce genre de services électroniques, gratuits et ouverts à tous, va contribuer  à juguler les lourdeurs administratives et à éradiquer  – en toute relativité, j’entends bien – les pratiques malsaines telle la petite corruption qui mine la confiance des marocain(e)s dans leurs institutions.

Vivement que le E-gouvernement soit étendu à d’autres services, comme notamment l’Etat Civil.

On note également que  les marocain(e)s utilisent de plus en plus Internet pour régler leurs factures d’eau-électricité, téléphone et même leurs impôts.

Pour finir, il est intéressant de relever cette triple constatation :

  1. le pourcentage très élevé de répondants appartenant à  “étudiants” (42,76%).
  2. la part relative encore plus importante  de la “recherche de l’information” dans la motivation  des utilisateurs (81.31%).
  3. la place relativement confortable de certains sites dans le classement des sites d’information (Hespress avec 15,78%).

Il est permis d’en déduire que l’information recueillie par la jeunesse marocaine  à travers Internet est pour le moins insuffisante et peut-être déformée.

Cette situation pourrait s’avérer d’une gravité regrettable dans l’évaluation de la situation globale du pays et du monde en général. Etant donné les événements qui font l’actualité, une diversification des sources est indispensable.

En tous cas, ce sondage, avec toutes les réserves et les précautions qu’il faut prendre pour le lire, n’est pas un travail vain et sans intérêt.

Des questions plus affinées et une base plus large pourraient donner peut-être une image plus réelle de ce secteur d’activité qui occupe jusqu’à 4 heures par jour chez certains de nos compatriotes!

 

P.S. Averty et Maroc Numeric Cluster mettent à la disposition de tout individu ou organisme intéressé les résultats détaillés de l’enquête gratuitement. Il suffit de les contacter sur act@averty.ma ou info@mnc.ma

 

  • Quelques citations

    La corruption est en force, le talent est rare. Ainsi, la corruption est l'arme de la médiocrité qui abonde, et vous en sentirez partout la pointe
    Honoré de Balzac
    "Le drame de notre temps, c'est que la bêtise se soit mise à penser."
    Jean Cocteau
    'Il faut laisser le temps au temps'



    François Mittérand
    'Exige beaucoup de toi-même et attends peu des autres. Ainsi beaucoup d'ennuis te seront épargnés'.
    Conficius
    « Le patriotisme c'est l'amour des siens. Le nationalisme c'est la haine des autres. »
    Romain Gary
  • Les commentaires les plus récents

  • Mes posts les plus récents

  • Calendrier

    October 2017
    M T W T F S S
    « Sep    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Catégories

  • Mes archives