ET SI LES FEMMES DIRIGEAIENT LE MONDE!

En ce 8 mars, journée internationale de la femme, je voudrais juste me moquer un peu de mes collègues hommes qui croient que sans eux le monde tournerait à la catastrophe!

Mais, mes amis, nous sommes déjà en pleine catastrophe, depuis belle lurette et pourtant ce sont nous, LES HOMMES qui dirigeons ce foutu monde!

De la principauté de Monaco à la république de Chine, de la Russie à l’émirat de Qatar, ce sont les machos qui tiennent les commandes, avec les résultats que nous connaissons et que nous déplorons! Alors de la modestie, messieurs, de l’autocritique aussi!

Laissons faire ces dames et nous verrons le résultat! A travers le monde, les expériences de ce genre sont nombreuses et souvent fort intéressantes! Examinons ensemble ce montage-photographique :

76174_carte-du-monde-des-femmes-au-pouvoir-chefs-d-etat-ou-de-gouvernement-130-x-120-mm

Le monde sera surement différent, peut-être meilleur, nous n’en savons rien! Mais ce n’est pas en nous occupant de tout que nous trouverons les solutions idoines à des problèmes auxquels nous ne comprenons parfois rien!

A cet égard, je rappellerai le sommet convoqué  par le président américain  Barak H. OBAMA pour préparer sa fameuse réforme de la santé : 38 parlementaires y siégeaient dont seulement 4 femmes pour discuter de santé sexuelle, de séjours hospitaliers post-nataux, de gynécologie Autant de sujets que les hommes les plus compétents, les plus ouverts et les mieux disposés ne peuvent pas maitriser.

Alors, messieurs, laissons ces dames prendre leurs responsabilité tout en continuant à prendre les nôtres! Ne faisons comme cet énergumène qui prétendait appliquer dans son couple le “partage des tâches” : il laissait à son épouse le traitement des affaires courantes de la famille (gestion du budget, éducation des enfants,  vacances, gros achats) et se réservait les grandes décisions qui concerne la nation (choix du parti lors des élections législatives).

Pour finir, mesdames, je vous dédie cette chanson de Jean Ferrat où il se  demandait, sur des paroles Louis Aragon : “QUE SERAIS-JE SANS TOI? avec cette réponse magnifique : “…….QUE CE BALBUTIEMENT“.

Bonne fête, Mesdames!

45 thoughts on “ET SI LES FEMMES DIRIGEAIENT LE MONDE!”

  1. Quant à l’égalité homme / femme dans les sphères du pouvoir, y a qu’à regarder la composition de notre gouvernement pour ne plus se faire d’illusion…

  2. @ too banal

    Ce n’est pas seulement le nombre de femmes dans un gouvernement qui fait la différence, mais la manière, les critères selon lesquels les candidats sont sélectionnés pour les postes de responsabilité. Pas même les «quotas» (peut-être nécessaires dans certains cas, pour briser le mur d’inertie) sont en elles-mêmes suffisantes pour garantir une égalité réelle, pas de chiffres, mais de chances. Les points critiques sont toujours l’éducation, l’école, la culture … qui peuvent donner aux femmes la possibilité de choisir leur avenir.

  3. Pfff…va dire cela au roitelet M6 d’abord, avant de t’en prendre aux américains.

    Le Maroc est l’un des seul pays sur terre qui interdit aux femmes l’accès à l’office politique suprême.

  4. je ne sais pas ce que dit la psychanalyse de l’obsession dont soufre le sujet fethallah belkhir.

  5. @ fethallah belkhir

    à constater le très peu de respect que tu manifestes au Roi, pas la peine d’essayer de nous faire croire que tu respecterais davantage une Reine…

  6. @ Le penseur

    Je crois que la maladie dont souffre notre visiteur est une monomanie obsessionnelle dont les limites se concentrent de façon permanente et maladive sur la personne du roi du Maroc!

    Ce genre d’individus n’est ni intéressant ni dangereux en principe : alors laissons ce pauvre garçon s’épancher, si çà le soulage!

  7. si ça serait les femmes marocaines qui dirigeraient ce monde c’est encore mieux, les hommes du monde entier en seront ravis

  8. @salvadorali

    en quoi cela te dérange si la femme marocaine est très appréciée… la beauté marocaine est sans équivalent dans ce monde, tu dois en être fière

  9. @ mo

    la beauté ne se mange pas en salade… épargne-nous donc les tiennes.
    et parlons plutôt de la noblesse et de la fierté des authentiques Marocaines, certainement pas celles qui se seraient contentées d’un rejeton dans ton genre…

  10. @ Mo et @ Salvadorali

    La femme marocaine n’est ni plus belle ni plus noble que ses consœurs à travers le monde : toutes méritent notre respect le plus total!

    Alors arrêtons SVP cette discussion sans intérêt!

  11. @salvadorali

    est ce que tu as dégusté ces jours ci aux feuilles arrachées des livres à acima, en faisant tes courses…. les meilleurs feuilles

  12. @ mo

    tu n’es vraiment pas obligé de te jeter ainsi sur les os décharnés de mes plaisanteries.

    cela dit j’ai discuté hier à acima avec une jeune femme à lune des caisses de l’acima de mon quartier, des dégâts bientôt irréversible qu’elle infligeait à son visage en s’épilant intégralement les sourcils et en les remplaçant par un tracé quasi tatoué…

    devenir la plus stupidement maquillée des caissières, quel joli projet d’accomplissement professionnel pour une jeune femme de nos jours, pas vrai ?

  13. salvadorali sait surtout parler aux caissières de l’acima de son quartier, quand il y fait ses courses avec son caddie bien plein, dont les spiritueux, les millésimes et les apéros pour ses invités VIP, son amie la caissière qui s’est arrachés les sourcils aurait souhaité qu’il l’invite un jour, mais ça sera partie remise aux prochaines courses de salvadorali, il pourra nous en parler un jour.

  14. encore heureuse la caissière que Salvadorali soit passé avant qu’il ait vidé toutes ses bouteilles, je n’ose même pas imaginer son retour dans le sens inverse

  15. Messieurs
    le niveau est un peu trop en baisse: si nous pensons à ce que Ferrat chantait avec les mots d’Aragon, nous sommes ici au balbutiement d’enfants

  16. @fat owl

    tu sais pourquoi Ferrat quand il chante Aragon en Italie c’est amusant ?
    parce Ferrat rit 🙂
    Ferrat … rit
    … non pas encore ?
    ben oui, Ferrari 🙁

  17. @ Le Penseur

    Je le répète, nous sommes en baisse! Probablement, comme disent les médecins, on a besoin d’un traitement reconstituant en prévision de l’arrivée du printemps (comme le font les enfants)…

  18. @ le Penseur

    pour me faire pardonner de mon reportage équivoque dans les coulisses des grandes surfaces :

    tout d’abord cet extrait de “le fou d’elsa” dont JFerrat s’était inspiré pour écrire sa fameuse chanson :

    ” (…) L’avenir de l’homme est la femme
    Elle est la couleur de son âme
    Elle est sa rumeur et son bruit
    Et sans elle il n’est qu’un blasphème
    Il n’est qu’un noyau sans le fruit
    Sa bouche souffle un vent sauvage
    Sa vie appartient aux ravages
    Et sa propre main le détruit

    Je vous dis que l’homme est né pour
    la femme et né pour l’amour
    Tout du monde ancien va changer
    D’abord la vie et puis la mort
    Et toutes choses partagées
    Le pain blanc les baisers qui saignent
    On verra le couple et son règne
    Neiger comme les orangers.”
    http://lieucommun.canalblog.com/archives/2008/03/01/15840112.html

    et les parloes de “la femme est l’avenir de l’homme”

    “Le poète a toujours raison
    Qui voit plus haut que l’horizon
    Et le futur est son royaume
    Face à notre génération
    Je déclare avec Aragon
    La femme est l’avenir de l’homme

    Entre l’ancien et le nouveau
    Votre lutte à tous les niveaux
    De la nôtre est indivisible
    Dans les hommes qui font les lois
    Si les uns chantent par ma voix
    D’autres décrètent par la bible

    Le poète a toujours raison
    Qui détruit l’ancienne oraison
    L’image d’Eve et de la pomme
    Face aux vieilles malédictions
    Je déclare avec Aragon
    La femme est l’avenir de l’homme

    Pour accoucher sans la souffrance
    Pour le contrôle des naissances
    Il a fallu des millénaires
    Si nous sortons du moyen âge
    Vos siècles d’infini servage
    Pèsent encor lourd sur la terre

    Le poète a toujours raison
    Qui annonce la floraison
    D’autres amours en son royaume
    Remet à l’endroit la chanson
    Et déclare avec Aragon
    La femme est l’avenir de l’homme

    Il faudra réapprendre à vivre
    Ensemble écrire un nouveau livre
    Redécouvrir tous les possibles
    Chaque chose enfin partagée
    Tout dans le couple va changer
    D’une manière irréversible

    Le poète a toujours raison
    Qui voit plus haut que l’horizon
    Et le futur est son royaume
    Face aux autres générations
    Je déclare avec Aragon
    La femme est l’avenir de l’homme”
    Jean Ferrat (paroles et musique), disque 33 tours “La femme est l’avenir de l’homme” – Barclay, 1975 –

    @ mo

    tu devrais avoir compris que du fait de tes imprécations tu n’es guère le bienvenu parmi nous, ne devant qu’à la stratégie de tolérance de notre hôte que nous te répondions et encore, seulement pour désinfecter cet espace de l’insanité de tes propos.
    dommage qu’en plus d’être stupide et malveillant tu sois aussi peu fier de toi…
    ou alors c’est que tu es payé pour troller comme tu le fais ?

  19. @ fat owl

    La vérité sort de la bouche des enfants et du clavier des sages : nous sommes en panne d’inspiration, moi comme blogueur et vous comme commentateurs!

    Alors, je te lance un défi : prépare-nous un billet que nous débattrons avec plaisir!

    Le Penseur l’a fait, Salavadorali aussi il y a quelque temps! Richard un ancien visiteur nous avait raconté son voyage au Maroc!

    Allora, lo fasciamo cosi?

    @ Salavdorali

    Les paroles de “Que serais-je sans toi?” sont bien de Louis Aragon comme je l’ai précisé dans mon billet : Jean Ferrat a mis ces paroles en musique, comme il l’a fait pour plusieurs poèmes du Fou d’Elsa!

  20. @ Hmida

    Wow …
    C’est dangereux fréquenter ce blog! (voilà que l’évangélique Qui gladio ferit gladio perit s’avère vrai, après avoir tellement cassé les pieds à l’ami Penseur, c’est à moi …)

    Je vais essayer de trouver un sujet intéressant pour un billet, mais pas avant que tu gardes ta promesse (voir ton com # 32 au billet Guéguerre habituelle ou guerre psychologique contre le Maroc?).

    (Mais pas trop juste de demander à une vieille dame, la seule non francophone de cet espace de faire étalage de son français méditerranéen et boiteux!)

    post-scriptum = correzione: allora, facciamo così?

  21. @ fat owl

    Je tiens en général mes promesses , donc le billet promis sera mis en ligne, mais il demande un petit travail de recherche pour être sérieux.

    PS : merci par la correction!

  22. J’ai déjà commencé la rédaction des commentaires relatifs au billet de fat owl, je suis en avance et c’est un des avantages des commentaires hors sujets.

  23. @fat owl

    Rassures toi, il y aura surtout des commentaires sur le sujet, à chacun son tour 🙂

  24. @ Le Penseur

    Si j’écrirais un billet sur le thème “l’art de commenter hors-sujet” où finirait-elle ta course pour prendre de l’avance?
    (Mais ton deuxième com m’a pris de vitesse)

  25. @fat owl

    Si tu écris un billet sur le thème “l’art de commenter hors-sujet”, je serai coincé devant une situation paradoxale où :
    – tout commentaire “hors-sujet” serait “dans le sujet”, puisque il est en phase avec le thème.
    – tout commentaire “dans le sujet” serait “hors sujet”, puisque qu’il n’est pas en phase avec le thème.

    Et on appellera cette situation “le paradoxe de fat owl”.

  26. @ le Penseur

    je serais plutôt tenté d’appeler ça la dérobade du Penseur…
    mais je te comprends, tu n’as pas visé le plus simple en matière d’exercice de style : le hors-sujet absolu !

  27. @ le Penseur

    puisque tu sors la grosse artillerie, allons-y…

    “Dada est une nouvelle tendance artistique, on s’en rend bien compte, puisque, jusqu’à aujourd’hui, personne n’en savait rien et que demain tout Zurich en parlera. Dada a son origine dans le dictionnaire. C’est terriblement simple. En français cela signifie « cheval de bois ». En allemand « va te faire, au revoir, à la prochaine ». En roumain « oui en effet, vous avez raison, c’est ça, d’accord, vraiment, on s’en occupe », etc. C’est un mot international. Seulement un mot et ce mot comme mouvement.
    Très facile à comprendre. Lorsqu’on en fait une tendance artistique, cela revient à vouloir supprimer les complications. Psychologie Dada. Allemagne Dada y compris indigestions et crampes brouillardeuses, littérature Dada, bourgeoisie Dada et vous, très vénérés poètes, vous qui avez toujours fait de la poésie avec des mots, mais qui n’en faites jamais du mot lui-même, vous qui tournez autour d’un simple point en poétisant. Guerre mondiale Dada et pas de fin, révolution Dada et pas de commencement. Dada, amis et soi-disant poètes, très estimés fabricateurs et évangélistes Dada Tzara, Dada Huelsenbeck, Dada m’dada, Dada m’dada, Dada mhm, dada dera dada, Dada Hue, Dada Tza.
    Comment obtenir la béatitude ? En disant Dada. Comment devenir célèbre ? En disant Dada. D’un geste noble et avec des manières raffinées. Jusqu’à la folie. Jusqu’à l’évanouissement. Comment en finir avec tout ce qui est journalisticaille, anguille, tout ce qui est gentil et propret, borné, vermoulu de morale, européanisé, énervé ? En disant Dada. Dada c’est l’âme du monde, Dada c’est le grand truc. Dada c’est le meilleur savon au lait de lys du monde. Dada Monsieur Rubiner, Dada Monsieur Korrodi, Dada Monsieur Anastasius Lilienstein. Cela veut dire en allemand : l’hospitalité de la Suisse est infiniment appréciable. Et en esthétique, ce qui compte, c’est la qualité. Je lis des vers qui n’ont d’autre but que de renoncer au langage conventionnel, de s’en défaire. Dada Johann Fuchsgang Goethe. Dada Stendhal, Dada Dalaï-lama, Bouddha, Bible et Nietzsche. Dada m’dada. Dada mhm dada da. Ce qui importe, c’est la liaison et que, tout d’abord, elle soit quelque peu interrompue.
    Je ne veux pas de mots inventés par quelqu’un d’autre. Tous les mots ont été inventés par les autres. Je revendique mes propres bêtises, mon propre rythme et des voyelles et des consonnes qui vont avec, qui y correspondent, qui soient les miens. Si une vibration mesure sept aunes, je veux, bien entendu, des mots qui mesurent sept aunes. Les mots de Monsieur Dupont ne mesurent que deux centimètres et demi. On voit alors parfaitement bien comment se produit le langage articulé. Je laisse galipetter les voyelles, je laisse tout simplement tomber les sons, à peu près comme miaule un chat… Des mots surgissent, des épaules de mots, des jambes, des bras, des mains de mots. AU. OI. U. Il ne faut pas laisser venir trop de mots. Un vers c’est l’occasion de se défaire de toute la saleté. Je voulais laisser tomber le langage lui-même, ce sacré langage, tout souillé, comme les pièces de monnaies usées par des marchands. Je veux le mot là où il s’arrête et là où il commence. Dada, c’est le cœur des mots. Toute chose a son mot, mais le mot est devenu une chose en soi. Pourquoi ne le trouverais-je pas, moi ? Pourquoi l’arbre ne pourrait-il pas s’appeler Plouplouche et Plouploubache quand il a plu ? Le mot, le mot, le mot à l’extérieur de votre sphère, de votre air méphitique, de cette ridicule impuissance, de votre sidérante satisfaction de vous-mêmes. Loin de tout ce radotage répétitif, de votre évidente stupidité.
    Le mot, messieurs, le mot est une affaire publique de tout premier ordre.”
    Hugo Ball, Zurich, le 14 juillet 1916.

  28. @Salvadorali

    Je te promets de consacrer le temps qu’il faudra à ton com#33 dès que j’aurais suffisamment de neurones au repos.

  29. … et puis poétiquement parlant, un commentaire hors-sujet est pour un billet ce qu’est un champignon pour un arbre sur lequel il pousse.

  30. @ Hmida

    voilà mon essai de billet:

    LE TEXTE DE CE BILLET SERA REPRIS DEMAIN EN TANT QUE NOTE A PART ENTIERE DANS LA RUBRIQUE “MES INVITES”

  31. @ fat owl

    Je te félicite pour la célérité de ta réaction à mon défi !

    Ton billet sera donc mis en ligne demain matin comme promis! Il provoquera j’en suis certain des commentaires intéressants!

  32. choukran Hmida !

    (je dois avouer que je l’ai écrit plus pour reporter l’analyse des comptes de mon immeuble, que pour te vaincre sur le temps: je déteste les numéros et je déteste avoir à argumenter avec le syndic!)

  33. @Salvadorali

    Avant, j’avais une vague idée sur le mouvement dada mais sans opinion.
    Maintenant et grâce à toi, j’ai une opinion précise : c’est artificiel et idiot.

  34. @ le Penseur

    pour une fois tu me laisses pantois. du diable si je suis capable de distinguer si tu parles de bonne foi ou si tu t’emploies à m’énerver.
    que DADA ait succombé aux zégos pathologiques d’une bande de zozos, OK.

    pourtant tu en conviendras, le passage de fin de ce manifeste exprime à merveille la problématique du hors-sujet absolu, ce graal que tu prétendais décrocher mais il te manquait la carte au trésor pour ainsi dire :

    “Toute chose a son mot, mais le mot est devenu une chose en soi. Pourquoi ne le trouverais-je pas, moi ? Pourquoi l’arbre ne pourrait-il pas s’appeler Plouplouche et Plouploubache quand il a plu ? Le mot, le mot, le mot à l’extérieur de votre sphère, de votre air méphitique, de cette ridicule impuissance, de votre sidérante satisfaction de vous-mêmes. Loin de tout ce radotage répétitif, de votre évidente stupidité.
    Le mot, messieurs, le mot est une affaire publique de tout premier ordre.”

  35. @Salvadorali

    D’abord, ce n’est pas pour t’énerver que je dis ça, j’en suis désolé 🙂 je suis de bonne foi.

    Bon écoute, on va s’arranger en disant les choses comme ça : je suis trop terre à terre pour saisir une quelconque subtilité ou déceler un quelconque dans le mouvement dada.

    PSsss : et le mouvement dada 2007 🙂 ça a existé ?

  36. @ le Penseur

    trop terre à terre, toi ? wach nawi toussel m3aya lmoutif ?
    sérieusement, le terre-à-terre de la grande tuerie de 14-18 au lendemain de laquelle tout le monde était écoeuré de ce qu’une civilisation soi-disant brillante et avancée avait pu engendrer de monstres d’humanité sanguinaire au point qu’une bande de désespérés moins lâches que les autres entreprennent de dadaïser, ou de plouploubacher si tu préfères le discours sur l’art et sur l’avancée de l’humanité…

    NB
    d’après une personne dont la culture très populaire me sert de dictionnaire, “motif” se prononce couramment : mountif.

  37. @Salvadorali

    J’adhère à la raison ayant donné naissance au mouvement dada, mais je reste insensible à la manière de d’exprimer adoptée par ses représentant.

Comments are closed.