Je lance un défi aux médias nationaux …..

En ce début d’année 2016, qui s’annonce cruciale à divers égards pour l’avenir de notre pays, je lance ici un défi aux médias nationaux, toutes catégories confondues, aux quotidiens, aux magazines, aux hebdomadaires, aux portails d’information et autres sites électroniques!.

Pour être plus franc, je pense très spécialement à LeDesk.ma qui se présente comme “le cœur battant de l’information au Maroc” et à qushq.com le nouveau venu qui tente de se faire une place dans une domaine en place mutation.

Si je vise spécialement ces deux médias, c’est parce que le premier se prétend être un site d’investigation, à l’image de son grand aîné français Médiapart, et qu’il monnaie ses informations (ce qui son droit le plus absolu à condition que ces informations soient intéressantes) et que le second est adossé à un groupe de presse dont on n’a pas, je crois, d’exemple dans le royaume.

Ceci dit, les autres médias sont bien sûr concernés par ce défi, qui je crois vaudrait la peine d’être relevé!

Mon défi est simple : je demande à ces médias de nous fournir d’ici la fin de cette législature un état détaillé de l’activité détaillée des 395 représentants siégeant au Parlement depuis novembre 2011.

Comme on peut le constater avec amertume depuis des années, les retransmissions télévisées des séances de questions orales donnent de l’activité parlementaire une image parfois ubuesque, sinon clownesque de l’activité des représentants de la nation, sans parler des images des séances normales nous montrant un hémicycle très souvent vide, sauf lors des séances d’ouverture présidées par le souverain, ou alors des scènes indignes d’une représentation nationale, avec des parlementaires qui dorment, d’autres qui jouent au solitaire sur leur portable, certains qui se détendent en retirant leurs souliers.

parlement incidents politique-Parlementaires-2011-09-16 parlement

Ces honorables personnes ont été élues par le peuple pour le représenter. Il serait donc tout à fait légitime de savoir
ce que chacune d’elles a fait de son temps durant cette législature.

Il serait utile de connaitre :
– le degré d’assiduité de chacun et chacune de ses élu(e)s,
– le nombre de leurs interventions,
– les amendements déposés,
– les commissions où ils/elles ont siégé,
– les rapports rédigés à titre personnel ou en groupe,
– les missions à l’étranger auxquelles elles/ils ont participé,
– le nombre de fois où ces élus ont effectivement participé à un vote,
– les questions orales ou écrites posées,
– et bien sûr, bien que cela soit plus difficile, les activités des uns et es autres au niveau de leurs circonscriptions respectives (réunions, meetings, contacts avec la population)!

Bref, le citoyen lambda que je suis aimerait que la presse libre et indépendante de ce pays donne des renseignements utiles aux millions d’autres citoyens lambda qui décideront de voter – ou non – lors des prochaines élections législatives.

Ce travail ne doit pas être très compliqué, je suppose, pour des journalistes aguerris, qui savent où chercher l’information! D’autant que ces informations ne relèvent d’aucune confidentialité particulière, que je sache : je peux me tromper, qu’on me corrige!

Alors, mesdames et messieurs, les journalistes, êtes-vous prêts à relever le défi?

Une fois en possession de ces informations sur l’activité réelle et effective de chacun des nos représentant(e)s, nous pourrons alors seulement leur demander des comptes, les critiquer, les réélire ou les renvoyer à leurs occupations antérieures.

Je crois que c’est une mission de salut public que je vous propose ! L’important est qu’elle soit réalisée dans les règles de l’art journalistique, en vous basant sur des faits vérifiables et fiables, selon la déontologie de votre noble métier et dans le respect total de la loi!

CHICHE……

19 thoughts on “Je lance un défi aux médias nationaux …..”

  1. @ hmida

    brillante et bénéfique idée ! il est temps de mettre sérieusement la presse marocaine au pied du mur de ses responsabilités envers les citoyens qui financent cette même presse par un système perverti de subventions, sans doute à la liberté de la presse de prendre les gens pour des c.

    bien joué surtout d’interpeller directement les deux nouveaux venus dans le secteur, puisque c’est de bizness qu’il s’agit avant tout pour les éditeurs de supports d’information destinés à être surtout des supports de publicité…

    d’ailleurs je découvre que le cybermag quchq fait partie d’un très puissant groupe de presse fondé par l’homme politique marocain ilyas el omari tandis que ledesk est le nouveau support de l’idéologie d’un certain ali amar qui cofonda le journal hebdomadaire. ce qui en dit long sur ce que l’on peut raisonnablement attendre de ces deux publications ni de la bonne volonté que leurs responsables mettront à se ranger à ta réquisition.

    mais voilà que tu ferais un excellent ministre de la communication ! je t’imagine convoquant tout ce petit monde à ton ministère pour leur donner une sévère leçon de choses démocratiques et non moins patriotiques 😉

  2. Encore faut-il pour répondre à ton défi que les concernés te lisent, et s’ils te lisent je crois qu’ils feront plutôt ceux qui n’ont pas lu et passeront leur chemin. Je ne m’attends pas à une vague de commentaires de leur part. 😉 Mais on peut rêver qu’un seul d’entre eux passe et te prenne au mot…

  3. @ Le Pencheur

    Pour ce qui de me lire, ne t’en fais pas ils me liront : LeDesck.ma savent très bien que je les suis de très près.

    Sa direction de publication et certains de leurs journalistes (est-ce bien le mot juste?) n’hésitent pas à régir sur twetter dès que je les titille!

    Pour qshuq.com, je m’arrangerais pour qu’ils lisent ce billet!

    Les autres médias n’ont pas d’importance au fond : ils sont incapables de relever ce défi !

    L’important pour moi est de lancer cet appel : si n’est pas entendu par ceux auquel il est destiné, ce n’est plus de ma responsabilité de citoyen! *

    En principe, des commentateurs comme toi devraient m’aider à le diffuser et me soutenir dans cette demande d’informations !

  4. @ salvadorali

    Je n’aurai accepté le poste de ministre de la communication : ce secteur devrait relever de la seule et unique responsabilité des patrons de presse, des dirigeants des médias et des journalistes eux-mêmes!

    L’existence même d’u ministère est une insulte à ce noble métier !

    Mais il se trouve que les requins et les incapables s’en soient saisis : c’est donc à la justice de trancher et non pas à une quelconque autriré administrative ou politique!

  5. @ hmida
    Crois-tu vraiment être capable de faire bouger les médias nationaux ? Serais-tu devenu aussi prétentieux que ton commentateur le plus bavard ?

  6. @ Questionneur
    Il y a des hommes qui éprouvent le besoin de laisser leur nom dans l’histoire, ou d’essayer du moins. Laisse donc Hmida croire qu’il pourrait rester comme celui qui a fait “bouger les médias”. Au-delà de ce détail j’aimerais qu’il réussisse, que cela ne soit pas qu’un doux rêve…

  7. @ hmida
    Est-ce bien là le billet qui allait, disais-tu, provoquer des vagues de commentaires ?

  8. @ Le Questionneur

    C’était mon vœu, mais ce n’était qu’un vœu ! Moi, j’ai fait ce que je pensais devoir faire en tant que blogueur, c’éest-à-dire poser un problème, ouvrir un débat! Aux autres de prendre la relève en commentant, en diffusant, en se comportant citoyens responsables.

  9. @ le penchieur

    il y a aussi des hommes qui ressentent la joie personnelle de servir les autres, des gens qui ont le sens du devoir national, citoyen ou étatique…

    et il y a ceux qui s’emploient comme vous à ce que plus personne ne croie plus en rien d’autre qu’aux forces matérielles, l’argent notamment.

    cela dit, si tu as vraiment autant envie que tu nous chante qu’il réussisse, pourquoi ne pas commencer par l’encourager avec respect et sympathie ? et t’en tenir à cela.

    @ hmida

    il y a un fossé profond entre nous : toi tu es libéral tandis que je suis disons étatiste. à partir de ce point, on devrait y voir plus clair dans l’approche idéale pour traiter de cette question et de façon opérationnelle autant que possible.

    soyons donc pragmatiques. il existe déjà une autorité professionnelle en matière de presse, c’est la fédération nationale des éditeurs de journaux. et il faudrait leur faire confiance en matière de déontologie et d’éthique? alors que le président de cette boutique corporatiste méprise les règles élémentaires du métier à en juger ne serait-ce que par les couvertures de son magazine hebdomadaire ! et il faudrait s’en remettre à la presse people pour sauver la démocratie aux prochaines élections ?

    considérons à présent le point de vue citoyen dans l’affaire si j’ose dire. les citoyens qui ont le droit d’être informés au mieux afin de pouvoir prendre au mieux les bonnes décisions dans leur intérêt bien compris de citoyens conscients et agissants. comme tu vois, on nage en plein idéalisme donc ce point de vue tu ne devrais pas avoir trop de mal à me suivre 😉

    nous abordons ainsi la fonction d’information qui doit s’exercer dans l’intérêt national et de la démocratie dans la foulée…

    revenons au réel. cette fonction d’information des citoyens relève par nature du pouvoir exécutif, dans la mesure où l’on s’en tient strictement à la théorie de séparation des pouvoirs étatiques en trois pôles.

    dans ce modèle comme tu vois il n’y a pas de place pour quelque chose qui viendrait constituer un quatrième pouvoir. pas même si la fonction d’informer les citoyens est concédée par la puissance publique à la puissance privée.

    ce qui nous donne aujourd’hui un mix foireux de la théorie des Trois Pouvoirs et de la tradition anglo-saxonne d’un Quatrième.

    mix foireux parce que ce quatrième pouvoir censé servir les intérêts des citoyens n’est qu’un instrument de pouvoir aux mains des donneurs d’ordre financiers et industriels, auxquels s’allient les politiciens à l’occasion…

    la solution est donc de renforcer les pouvoirs du ministère de la communication, en commençant par y nommer autre chose que des bricoleurs psychorigides mal embouchés, afin de rappeler la presse, comme tu le suggères, à ses devoirs élémentaires.

    après tout l’état donne à des hommes d’affaires les moyens de gagner des montagnes d’argent grâce à la publicité, pourquoi ??? ne les rappellerait -il pas de temps en temps à l’ordre de tout cet argent dont une juteuse part de subventions, autrement dit ton argent, le mien, le nôtre, celui des citoyens-contribuables marocains.

  10. @ Le penchieur

    Je n’ai jamais eu la prétention de faire bouger quoique ce soit lmais tout simplement de dire sur ce blog ce que je pense de telle ou telle problématique.

    Bien sûr que je ne pourrais faire bouger les médias! Et pourrais-je y parvenir tout seul? Surement pas!

    Le défi que j’ai lancé là est symbolique, mais le symbole a son poids : si les médias ne le relèvent pas, c’est qu’ils n’en ont ni la volonté peut-être, ni la compétence surtout!

  11. PS @ hmida
    Ce que je voudrais c’est remplacer ceux que j’appelle des bricoleurs psychorigides mal embouchés par de bons vrais censeurs au service de l’Etat, tout aussi psychorigides, mais avec de bonnes manières.

  12. @ sal*****ali
    Dans le deuxième paragraphe de ta réponse, ce n’est que ce que tu imagines, encore une fois ton imagination…
    Pour la suite, Hmida n’a pas besoin qu’on l’encourage pour agir. Et s’en tenir à l’encourager comme tu le voudrais serait bien peu de choses, rien… Je ne vais pas perdre mon temps à essayer de t’expliquer.

    @ Hmida
    Tu manques d’ambition. Ton blog n’est-il pas un phare, le dernier phare peut-être de la blogoma ?

  13. @ le penchieur

    c’est ce que j’imagine en effet parce que vous m’en fournissez les images. comment percevoir autrement vos ricanements à l’égard par exemple de ceux qui revendiquent leur patriotisme et leur loyalisme désintéressés ?

    pour la suite, tout un chacun a foncièrement besoin d’être encouragé à certains moments décisifs de son action. d’autant que la vie en société accentue ce genre d’interactions… mais il faut vraiment avoir affaire à des trolls pour en arriver à souligner de telles évidences.

    enfin, explique-nous pourquoi “s’en tenir à l’encourager” comme je te le suggère “serait bien peu de chose, rien”.

    ou alors, expliques nous ce qui te fait estimer que ça serait une perte de temps.

    sachant que tu prends largement celui de nous pomper l’air, comme si tu te souciais surtout de nous décourager…

    si tu veux continuer à troller parmi nous va donc falloir relever le niveau.

  14. @ Salvadorali

    L’information des citoyens n’est pas ressort du l’exécutif : tu en es encore à l’époque de Basri, de LE MATIN et de la vieille RTM.

    Cette page est tournée, révolue, dépassée par l’apparition du net et des ses applications!

    Reste la conscience et le sens de la responsabilité de ceux qui utilisent les NTIC : cela ni l’exécutif ni le législatif ni le religieux ne peut le réguler!

  15. @ valsatrollali

    qu’appelles-tu “de bonnes manières” en la matière ?

    convoquer les éditeurs de presse et leur signifier qu’ils ont vivement intérêt à respecter l’esprit de la concession de service public dont ils bénéficient en exploitant commercialement le champ de l’information ?

    en te remerciant pour tes relances dont je profite en dépit de leur ineptie afin de relancer le débat 🙂

  16. @ hmida

    OK, dans ce cas constitue une puissance populaire capable de faire respecter de la puissance financière industrielle et commerciale. mais ton idéal de société civile en est incapable concrètement.

    ainsi il apparait dangereux de se départir de la puissance de l’état afin de protéger les citoyens des stratégies marketing et autres dont ils sont la cible.

    cela dit, je me moque bien de l’omnipotence des NTIC. car il ne s’agit fonctionnellement que de tuyaux.

    d’ailleurs la fonction d’un ministère de l’information -allons-y franchement 😉 serait d’y diffuser les éléments structurants d’une information d’intérêt national.

    plutôt que de s’en tenir à valider, impuissant, la propagande commerciale des multinationales…

  17. oups! il fallait lire :
    une puissance populaire capable de se faire respecter par la puissance financière et industrielle…

  18. oups! il fallait lire :
    il apparait dangereux de se départir de la puissance de l’état afin de surveiller et contrôler les citoyens.

Comments are closed.