LES JOURNÉES INTERNATIONALES : commémoration, célébration ou foutaise organisée?

Il ne se passe pas un jour dans l’année sans que l’on nous signale que ce c’est la “journée internationale” ou la “journée mondiale” de telle ou telle chose ..

Certains événements objet de ces journées sont parfois dignes d’intérêt et de respect universels : on peut, citer par exemple, les journées internationales :

– des droits de l’homme (le 10 décembre)

– pour l’élimination de la discrimination raciale (1er mars)

– de la liberté e la presse ( 3 mai )

– pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes (25 novembre)

– de mobilisation et la lutte contre le terrorisme et des mouvements terroristes dans le monde (9 novembre )

– du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (8 mai )

– des femmes ( 8 mars )

Et j’en passe ….

On peut discuter de la nécessité et de la portée de ces journées : toujours est-il que si elle servent à sensibiliser les gens à ce genre de problème, leur utilité est patente. Elles peuvent également à éveiller ou à aiguiser la conscience des populations et des responsables quant aux sujets célébrés.

Certains sujets tabous dans certaines sociétés peuvent faire l’objet d’une journée internationale et cela contribuera justement à faire tomber ces tabous. Je pense aux journées :

– de lutte de lutte contre l’homophobie et la transphobie (17 mai )

– de lutte contre l’exploitation sexuelle ( 4 mars )

– pour l’abolition de l’esclavage ( 2 décembre ).

Là encore, j’en oublie un gros paquet …

Certaines journées ont pour but de rappeler des souvenir douloureux de l’histoire de l’humanité, que nous ne devons pas oublier! Comme la journée internationale:

– pour l’abolition de l’esclavage ( 2 décembre )

– de la mémoire de l’Holocauste et de la prévention des crimes contre l’humanité (27 janvier )

– de solidarité avec le peuple palestinien ( 29 novembre ).

Certaines activités courantes de la vie l’homme peuvent faire l’objet de journées spécifiques qui seront l’occasion de rendre hommage à ces activités et de les expliquer au grand public! Il en est ainsi des journées :

– de la douane (26 janvier)

– de la poste ( 9 octobre)

– de la radio ( 13 février )

– de l’eau ( 22 mars ).

D’autres activités humaines, plus légères ou plus intellectuelles, sont célébrées lors de journées internationales, comme

– la poésie ( 21 mars )

– le théâtre ( 27 mars )

– le livre et les droits d’auteur (23 avril )

– le cirque ( 16 avril )

– la peinture ( 4 février ).

Des problèmes plus graves, plus dramatiques et bien sûr plus préoccupants sont pointés du doigt par la communauté internatilae lors de journées qui leur sont consacrées. Ainsi réserve-t-on une journée pour la lutte contre:

– le cancer ( 4 février )

– la corruption ( 9 décembre )

– la désertification et la sécheresse (17 juin ).

Je ne vais pas reprendre ici la liste des 460 journées internationales : je rappellerai que certaines sont instituées de manière officielle par l’ONU ou une des organisations qui en dépendent.

D’autres journées semblent être le fruit du bon vouloir d’un groupe de personnes agissant à titre individuel, soit par plaisir, soit par fantaisie, soit par ironie même!

Sinon comment expliquer l’existence de journées mondiales, surement sympathiques mais sont-elles vraiment utiles, dédiées aux sujets les plus divers comme :

– le câlin ( 21 janvier)

– le rire (28 avril )

– le coloriage ( 6 mai ).

Bon après tout, tant qu’il n’y a pas de journées internationales pour la “promotion de la guerre” , “pour l’apologie du terrorisme” , “l’intensification du commerce des drogues” ou “le prolifération de armes nucléaires”, nous pouvons faire cofiance à l’humanité et laisser les gens célébrer ce qu’ils veulent comme ils veulent et quand ils le veulent !

Bonne journée à toutes et à tous !