“LES MENSONGES DES INTEGRISTES” de Latifa BENMANSOUR (chez Le Serpent à plume – 2004)

Ou avec quel brio la chérifa règles ses comptes!

Un ouvrage à lire absolument, par ces temps difficiles où les musulmans sont acculés à la défensive. Un ouvrage écrit par une vraie musulmane, fille d’un vrai musulman, mais truffé de références modernes, sur la psychanlyse (Freud, Lacan), sur la linguistique (Saussure, Sapir), sur la politique (H. Arendt). Des références historiques sûres, variées, irréfutables mais longtemps occultées par ceux-là même qui se prétendent défenseurs de l’islam (pacte de Yatrib, pacte de Najran). Un retour sur des personnalités feminimes musulmanes au destin extraordinnaire (Soukaina Bont Al Hussein, Aicha Bint Talha entre autres). Une charge contre les soi-disant (il n’y a pas fautes d’orthographe : ceux qui se proclament eux-mêmes) prédicateurs, avec à leur tête l’inénarable Tarik Ramadan. Bref, un ouvrage qui part du coeur, qui traverse l’esprit et qui s’adresse à notre notre foi. A LIRE !

Anniversaire d’un patriarche

Ainsi va le monde

Grande journée, que le 10 décembre. Dans deux jours ce sera l’anniversaire d’un patriarche mais on le fête aujourd’hui samedi. Il adore que tous ses enfants, et ses petis-enfants soient autour de lui. Et aujourd’hui plus que les autres anniversaires, ils tenaient à être présents. Je le regardais officier autour des tables du diner,où nous étions disposésen bonne famille marocaine organisée, les hommes et les garçons dans une salle, les femmes dans l’autre salle. Alors que cinq minutes auparavent, nous étions tous réunis à rire de tout et de rien, de nous gargariser à propos de sujets qui, dans une autre famille, auraient été rangés dans le classeur “imposible à sortir devant les soeurs et les belles-soeurs”. Mais c’est ce qui fait l’alchimie de cette famille, un mélange de traditionalisme, de modernisme, de tolèrence, de retenue, d’humour, de sérieux, de personnalités les plus diverses et de destins les plus convergents, un mélange de presque toutes les régions du Maroc que chaque beau-fils ou belle-fille apporte, un mélange de respect et de familiarité. Le tout bien encadré par le patriarche. Bien sûr, il y avait quelques absents à cet anniversaire : les filles qui sont loin, mais dont on en a parlé, rendant leur absence moins pesante, leurs maris bien sûr, leurs enfants….Les garçons qui n’ont pas pu faire le déplacement, mais qui onteu droit à leur part de commentaires….La petite-fille qui est à l’étranger, dont l’absence était en fait presque une présence, elle serait la préférée de son grnd-père…Des photos, pour lesquelles on ne pose pas , mais surlesquelles tous les présents veumlent figurer. Cela donne un amoncellement assez marrant, où des têtes, des jambes, des bras, dépassent, sur lesquelles on ne reconnait pas grand monde mais on sait que tout ce monde est heureux d’être là. Des chansons, où plutôt LA chanson fétiche : “happy birthday to you”, revue, corrigée et complétée d’un retentissant “3acha al malik” qui faisait rire les enfants il y a quelques années et qui continue à faire recette encore. Et enfin, la cérémonie des “gateaux”, car il y a toujours deux gâteaux : chocolat et citron. Cette année, l’anniversaire du patriarche a pris un tour assez particulier, avec la disparition, pas si inattendue d’un très viel oncle malade. Mais ainsi va le monde……

Il n’y en a que pour les américains!!!!

Y’en a marre!!!!!!!!!!!

Depuis hier, tous les médias, tous les journaux télévisés, toutes les chaines d’info en continu, ne parle que ce malheureux américain , malade mental qui s’est fait bêtement descendre dans un avion à l’aéroport de Miami. On va tout savoir de lui, de sa femme, de sa maladie, de ses amis, des médicaments qu’il prend d’habitude et qu’il pas pris hier, de la douleur de son entourage, toiut, tout…..Pendnat ce temps, des dizaines d’irakiens innocents tombent chaque jour, par la faute de ces mêmes américains qui n’ont hésité à descendre l’un des leurs, par peur, pa rpanique, par manque de discernement, par manque de professionnialisme. Et pourtant, nous serons jamais qui sont ces irakiens qui tombent chaque jour. Nous aurons droit, au maximum, à la phrase habituelle : “20 victimes à Bagdad etc etc mais pas plus de 20 secondes d antenne” et une image, celle du jour ou de la veille, ou une image d’archives, nous n’ensaurons rien. Voila, c’est cela l’information que même la soit-disant chaine préférée des arabes – Al Jaziara pour ne pas la nommer car elle m’horripile plus que les autres – nous sert. Et si entre temps, quelquechose de plus croustillant que l’affaire de Miami se produit surtout dans un pays riche, où l’information est libre et indépendante za3ma, les médias – dans un ordre de marche parfait- zapperont et en avant pour le nouveau morceau à jouer tous, en même temps, pour le même public, toujours aussi avide de bétises.

“Le marteau pique-coeur”, roman de Azouz BEGAG

Encore 250 pages sur la communauté maghrébine en France……

En effet, 250 pages très bien écrites, dans un style incisif, drôle parfois, souvent émouvant. Un regard très juste sur la famille, une disgresion très intéressante sur le “JE” et le le “NOUS”. Mais finalement, ce genre d’ouvrage ne m’apporte rien à moi, citoyen lembda, bien installé dans mes pompes, dans mon pays que j’aime, dont je supporte les carrences et les disfonctionnements, dont j’admire ce que je suis en droit de trouver admirable. Il faut dire aussi que malgré mes origines “nordistes” et les milliers d’exemples qui ont émaillé ma jeunesse, le mirage d’outre-détroit ne m’a jamais tenté. Aussi suis-je dans l’incapacité de comprendre ceux qui partent mais qui refusent de renoncer à leurs racines. Si j’étais parti, je crois que j’aurais tracé une croix définitive sur ce qui m’aurait rattaché au Maroc. Je serais devenu – sans aucun état d’âme – plus Jean-Pierre que les Jean-Pierre, ou plus Hans que les Hans. Mais en choississant – je dis bien en choississant – de rester, ma vision des choses est tout différente. Ce que Azouz Begag écrit est peut-être sorti de ses tripes, mais son opus ne règle aucun des milliers et milliers de problèmes qui se posent aux maghrébins qui ont choisi de partir, à leurs enfants qui n’ont pas choisi de ne pas rentrer au bled. Roman inutile donc à son sens, mais que Jean-Pierre et ses collègues de bureau qualifieront certainement de “grand roman de rire, de larmes et d’amour…..” puisque y “ressurgissent des mots, des gestes, des odeurs, des prières”. Tout un programme, tout un folklore, que je vis au quotidien et dont je n’ai jamais voulu m’éloigner!

Je me demande ce qui marche dans ce pays?

Je suis en train de réfléchir à un petit voyage. Et en homme civilisé, je me suis adressé à des agences de voyages! A des spécialistes du voyage! Des agences avec de beaux bureaux, de belles secrétaires, de beaux téléphone, des belles affiches! Il y a une qui nous conseille de “Ne penser à rien” puisqu’elle “Pensera à tout”! Je me suis dit : çà y est, citoyen, tu as trouvé ce que tu cherches. Cette agence va te mitonner un un voyage aux petis oignons, tu n’auras qu’à sorir ton chéquier, et le tour est joué! Eh bien depuis plus d’une semaine, je passe mon temps à courir d’une agence à l’autre pas le moindre renseignemtn concert, pas la moindre indication. Une fois c’est la personne qui m’a reçu le premier jour qui est malade. Une autre fois, c’est le correspondant à l’étranger qui n’a pas encore répondu. Moi, qui croyais bêtement qu’avec Internet, les communications s’étaient améliorées. Une autre fois, le devis était prêt mais la personne qui a traité l’affaire venait juste de sortir. J’ai essayé d’avoir les prix des billets d’avion : je n’ai pas pu avoir deux chiffres identiques. Mais comme je tiens absomlument à ce voyage, car depuis des années, je n’ai pas respiré l’air de l’étranger (remarquez cela ne me manque pas plus que çà, mais enfin…..), je crois que je vais charger un copain installé en France de me trouver un voyage à partir de la-bas. Mais non, je le ferais pas, je finirais pas trouver une solution, il faut qu’il ait une solution sur place, nous sommes quand même dans un pays qui se prétend moderne… Et si vous avez des idées, conseillez-moi……

Un changement ?!?!?!?! NON NON Surtout pas…..

Un nouveau système d’évaluation des agents des finances vient d’être mis en place. Peu importe ce qu’il a de positif, peu importe s’il est destiner à récompenser le mirite, peu importe si le résultat a des chances d’améliorer le “service public”! Non, du moment que c’est un changement, les agents concernés ont dit “NON”! Au nom des droits acquis! C’est une notion très marocaine, que celle des droits acquis! Recevoir des primes “énormes” est un droit acquis, mêmes si ces primes sont “imméritées”, sans aucun rapport avec la compétence, l’aptitude, le rendement. Essayer de changer cela revient à “revenir sur des droits acquis”! Je ne sais pas ce que vous en pensez, mis je crois qu’il était temps d’être plus regardant sur ce problème…..Avant de l’être sur d’autres….

Universités ou associations?

Avant de vous parler d’une asociation, il me faut absolument évacuer le stress provoqué par deux nouvelles tombées comme par hasard ce même jour : 1/ les universités et grandes écoles du Maroc figurent dans le classement mondiale aux environs des 5.000 et 6.000èmes rangs. Mais pire encore, elles se situent entre les 30 et 40 èmes places au niveau africain. Même notre fameuse Ecole Marocaine des Ingénieurs, dont les lauréats se croient nés de la cuisse de Jupiter, même la snobinissime Al Akhawane, dont les MBA ouvrent presqu’automatiquement la voie aux postes les plus enviés. 2/ La ville de Khénifra va être dotée d’une université. Après Nador, capitale de trafic et de la contrebande, pourqoui pas Khénifra, capitale du “nachat” et des soirées bien arrosées. Ces deux nouvelles finalement ne sont pas tellement contradictoires. Le nombre ne fait pas la qualité. Quand Al Qaraouine était le SEULE université du pays, elle était le meilleure de son temps de Courdoue au Caire et de Londres à Kiev. A cette époque, la Sorbonne produisait des “clercs” et les indiens d’Amérique ne maitrisaient pas encore l’écriture. Mais c’était une autre vie, une autre histoire……… Et je reviens à l’asociation dont je voulais vous parler : “les enfants de l’Ovale”. Le concept qui fédére ses membres est très simple : essayer à travers le rugby de réunir les jeunes d’une localité rurale des environs de Témara. Ainsi grâce au sérieux et à la détermination de la dizaines de bénévoles qui travaillent sous l’égide d’une association française (les 111 dirigée par un ancien international de rugby français), les Enfants de l’Ovale ont pu obtenir de la commune de Mers El Kheir (Témara) une parcelle qui a été amménagée enterain de rugby, avec sanitaires, douches, gradins, salle de cours de soutien….Cela fait terriblement chaud au coeur de voir des dizaines de gosses, garçons et filles (extraordinnaire : des petites marocaines qui jouent au rugby, je vous jure), courir, se passer le fameux ballon ovale, organiser des minis-matchs, s’entainer à faire des passes, et encore des passes, taper dans le ballon qui en tombant rebondit on ne sait jamais où! Voir ces enfants issus d’un milieu populaire, certes, mais pas du tout misérabiliste, obéir à la stricte mais bienveillante discipline imposée par leurs encadrants bénavoles! Voir ces enfants répéter le spectacle qu’ils présenteront lors de la prochaine soirée orgaisée par leur association : un spectacle où il est question de problèmes de tous les jours, de difficultés de tous les jours, mais où ne filtre ni rancoeur ni amertume, mais de l’espoir….C’est dans cette ambiance que je vais me plonger dorénavant. Finalement, je me demande si le Maroc ne ferait pas mieux de s’ocuper d’associations et de laisser les universités à d’autres. Je plaisante, bien sûr…..

Journalistes? Historiens? Ou “fouille-merde”?

Dans le mot “JOURNALISTE” , il ya le mot JOUR, donc ACTUALITE

Encore une histoire de liberté de la presse dont le Maroc se serait passé. “Al Ayam” est en cause après avoir sorti un dossier sur les “harems royaux”. Moi en tant que cotyen, ce problème me passe audessus de la tête et ne m’interesse qu’au quarante sixième degré. Cette publication a produit un dossier sur “le réchauffement des relation en tre le Roi et le Prince Rouge”. Franchement, ce problème interesse-t-il les marocains en général? Ce prince qui a signé la bay3a – en connaissance de cause et en toute capacité et sans pression apparente – s’est mis au ban de la dynastie. C’est son droit de renier sa parole et c’est notre droit de ne pas lui accorder plus d’importance qu’il n’a. Il y a quelques semaines ce meme habdomadaire a consacré une interview fleuve à Driss Basri. Un autre personage en rupture de ban non seulement avec la royauté qu’il a servi, dont il s’est servi et qu’il a finalement desservie. Qu’apportent ces trois exemples au citoyen lamda? En quoi font-ils avancer “le chlimbick” social, politique, économique, religieux dans lequel se débat le même citoyen lambda? Informer, oui…Mais sur des sujets brûlants, des sujets d’actualité! Lever des liévres, preuves à l’appui, en étant sûr de ses sources! Cela c’est du journalisme. Sinon, on fait de “l’histoire” et alors les règles du jeu ne sont plus les mêmes, ls méthodes non plus, pas plus que le public. Ou bien, on tombre dans le sensationalisme, on devient VSD, Gala, Closer….ou El Ousbou3. La justice elle-même finit par jouer le jeu, en initiant des actions contre ce genre de publication. L’initiative de l’action devrait être laissée au Palais, dans le cas où il est en cause! Et je suis sûr que le Palais ne réagissant pas, ce genre de publication dinué du moindre intérêt finira par retombé de lui-même. Par contre si à chaque fois, un procureur zélé ne précipite pour convoquer tel ou tel dircteur de journal, le “complexe de persécussion” de la presse n’en sera que ravivé. De toute façon, la liberté quelqu’elle soit n’est pas facile à obtenir ni à s’exercer. La route est encore longue pour que notre presse et que notre justice soient à la hauteur de leurs rôles respectifs.

Le rêve d’un instant

Spectacle assez inhabituel ce matin, mais très réjoussant : un policier et une “dépanneuse” entrain de tenter de tracter une voiture de POLICE ! Pendant 30 secondes, je me suis dit : ” Allah! nos policiers commencent à faire sérieusement leur boulot et ils “ramassent” même leurs propres voitures mal garées….” Bien sûr, ce n’était pas le cas! C’était juste une voiture de service en panne qu’il fallait bien remorquer. Mais cela m’a permis de réver : et si nos policiers devenaient comme par miracle sérieux, compétents, incorruptibles, intransigenats dans l’application de la loi, serviables, polis. J’ai poussé mon rêve un peu plus loin : et si tous nos fonctionaires décidaient que “la norme ne se négociait pas” et qu’elle était la même pour tous les titulaires de la CIN marocaine. Ce serait extra n’et-ce pas? Mon rêve s’est poursuivi : TOUS LES MAROCAINS ONT DECIDE DE TRAVAILLER SERIEUSEMENT, DE NE PLUS SE LAISSER ALLER, DE NE PLUS DONNER UN CENTIME DE CORRUPTION, D’ADHERER IMMEDIATEMENT A UN PARTI POLITIQUE QUELQU IL SOIT, DE S’INSCRIRE SUR LES LITES ELECTORALES EN DECEMBRE PRCHAIN, DE VOTER AUX PROCHAINES ELECTIONS. Je n’ai pas eu le temps de continuer mon rêve : le policier m’a rudement demander de circuler, en me disant qu’il n’y avait rien à voir…….

Chez nous, l’habit fait le “frérot”.

Après une journée assez remplie (séance chez mon coiffeur – un type extra, rapide, pas causant , visite familiale sympa hors du protocole du samedi – petit tour dans une espèce de foire commerciale pour me conforter dans l’idée que l’Orient nous a envahi et qu’il a perverti notre gout – visite à l’exposition de photo au boulvard Mohamed V pour me rappeler la tête de Allal El Fassi, Mohamed El Wazzani, Jamal Abdl Nasser, Mohamled Torres, N’Krouma, Khattabi, et bien sûr Mohamed V et surtout des petits délices : plusieurs photos où l’on voit le prince Moulay Hassan les yeux baissés, écoutant son père, sans sa morgue habituelle), donc après une journée assez remplie, je me dis que faire pour ocuper mon mardi. Je me me suis déguisé en “frérot”, une tenue pakistanaise qu’un beau-frère très porté sur la religion m’a ramené de Saoudie ( je suis comme Bachir Ben Yahmed qui ne parle pas d’Arabie Séoudie mais tout simplement de Séoudie), une grosse canadienne, des claquettes, une taguilla niore et pour complèter le tout un sac noir en bandoulière. En fait je m’apprétais à aller au hammam. Mais quand je ne suis rendu compte de mon accoutrement, j’ai eu froid dans le dos mais je suis quand même sorti ainsi déguisé. Quelle ne fut pas ma surprise d’entendre un tonitruant “Salam Wa 3alikoum” lancé par un vosin qui généralement ne daigne pas répondre à mon “Sabah Al Kheir”. Qulle ne fut pas ma surprise de voir mon épicier m’accorder plus d’attention que d’habitude en me servant le premier au nez (et j’allais dire à la barbe) de deux braves ménagères qui attendaient leur tour. Mon épicier est un “barbu” connu et reconnu… Qu’elle ne fut pas ma surprise quand, en traversant un partie de notre quartier que j’appelle “territoires libérés” tellement la présence des barbus et des voilées y est pesante, présente, oppressante, je me suis senti presque à l’aise dans ma tenue. Mais j’ai noté aussi que le regard de certains barbus n’était pas si neutre que çà : ils semblaient se demandaient qui était ce nouveau “frérot”, de quel groupe dépend-il. Là j’ai encore eu froid dans le dos. Pendant quelques munites, j’ai marché…..Et j’ai compris que en se démarcant dans leur façon de s’habiller, les “frérots” voulaient surtout surtout se déparquer tout court des autres marocains. En portant leur tenue afgane, ou toute autre tenue venue de cet Orient mystérieux, nos “frérots” nous disaient qu’ils sont différents de nous, et que pour que nous ayons la paix il nous faut les rejoindre. Alors là, j’ai vraiment eu froid dans le dos. J’ai sauté dans un taxi, je suis rentré chez moi, j’ai remis mon survetement, mes basketts et je suis sorti courir, courir, courir……..

“La presse marocaine dans tous ses états”

Robert Azaraf publie dans “L’Intelligent” de cette semaine un article très foullé sur la presse écrite au Maroc. Vaste sujet, très bien traité, bien documenté, avec des chiffres à vous faire touner la tête. Et surtout à vous faire réfléchir! Quand je vois que “El Ousbou3” tire à 80.000 exemplaires alors que “El 3alam” galère autour de quelques milliers…. Je n’ai rien compris aux explications concernant la pub, mais une chose est sûre c’est s’il n’y avait pas Méditel et MarocTélécom, nous n’aurions peut-être pas de presse écrite tirant à plus de 500 unités. Quand je passe devant un kioske à journaux, je suis frappé par l’attitude des clients : ils sont là devant les étélages, quelques uns osent feuilleuter, d’autres se contentent de lire – ils ont l’air de la fair très sérieusement – les titres, très peu achètent, la plupart repartent en haussant les épaules. Nous sommes loin du temps, où même étudiants, sans le sou, nous nous précipitions sur le dernier “Le Monde”, sur “Lamalif”, sur “Souffles” quand ce momument de la presse intelligente existait encore. Sur les étalages, nous ne trouvions que quelques titres, mais qeuls titres….. Aujurd’hui, pour DH 2,5O, vous achetez de quoi faire les vitres de votre appartement pendant un mois Pour DH 2,5O, vous achetez le vide intégral : pas de nouvelles, pas de commentaires, pas de photos, mais que de fautes de français, mais quel arabe de bas étage Pas d’enquête, mais que de rumeurs présentées comme la vérité vraie Pour DH 2,5O, vous n’avez même pas droit à des grilles de mots croisés intelligentes. Par contre, vous connaitrez tout du dernier viol commis dans les taudis de Casa Pour DH 2,5O vous avez tous les risques de perdre votre arabe classique, votre darija et même votre temps… Pour DH 2,5O vous pouvez achetez un quoditen que des plumes parmi les plus incives du Maroc ont abondonné pour cause de conflit de personnes…. Et pour DH 3,OO vous vous procurez quelquechose qui se prétend “quotidien économique” mais ….. Ainsi va la presse de notre pays! Mais une bonne douzaine de dirhams, vous pouvez vous délectez des déboires de Zakaria Boualem, qui valent toutes les satires sociales du monde….Sinon, vous pouvez vous régaler des articles incendiaires de la presse dite “non partisane” : ils valent ce qu’ils valent mais généralement ils sont bien écrits! pour un peu moins cher, vous avez une vue assez complète – bien de assez subjective – de l’économie du Maroc. Mais on va encore me traiter de “xénophile”, de produit du “makhzen” moi qui ne l’ai jamais directement servi – chacun sa sphère et les vaches seont bien gardées – mais je préfère passer ma matinée à “feuilleter” la presse internationale sur Internet. Comme çà au moins, je n’ai pas de papier journal à jeter à la poubelle……………..

“Jamais le dimanche……”

“Jamais le dimanche….” Si mes souvenirs sont exacts, c’est le titre d’un film genre nouvelle vague des années 60. C’est aussi le titre d’une chronique déliciuse que tenait feu Kamal Zebdi dans les colonnes de ‘L’Opinion” quand ce qutiden était encore un journal qui se respectait. Mais “jamais le dimanche” c’est surtout l’état d’esprit dans lequel je me trouve aujourd’hui, comme en général tous les dimanches. Rien à faire, rien à lire, rien à dire non plus…..Un jour sans…… Je ne veux même pas connaitre le palmares du Festival de Marrakech, depuis qu’hier à la radio quelqu’un s’excrimait pour fustiger cette manifestation qui ne fait la part belle au cinéma national…. Je ne veux même pas savoir si les socialistes français ont réalisé leur “synthèse” depuis que j’ai compris que ce quiintéressait les caciques de ce grand parti c’était d’accéder au pouvoir, pas de l’exercer pour le bien des français. Décidément, comme disaient je ne sais plus quel humoriste : “les politiciens sont tous méchants”! Je dirais même très “méchants”! Je ne veux même pas savoir les retombées du 5O émé anniversaire du retour de Mohamed V: tout le monde râle au sujet des festivités mais personne n’a pu me donner la moindre bonne raison de râler! Donc, je referme mon PC, je plonge sous ma couette et je vogue vers les bras d’Orphée pour une bonne sieste. A demain…..

Les FAR remportent la Coupe de la CAF

Cà m’a fait un petit gros frisson patriotique que les FAR aient remporté la Coupe de la CAF. Surtout juste après le 50ème anniversaire du retour de Mohamed V. On est marocain ou on ne l’est pas! Bien sûr, le foot n’a rien à voir avec la politique, mais honnnêtement qu’une équipe marocaine, avec son public populaire de Yacoub EL Mansour et du quartier Massira, son public de gosses enflammés, portant des drapeaux rouges et verts, qu’une équipe marocaine, entrainée par un coach marocain, gagne une coupe africaine avec la manière, cela fait du bien ….. Ma joie de tangérois qui n’y connait pas grand chose en foot a été complète quand j’ai vu le résultat de Réal-Madrid/FC Barcelona : 0-3 ! Demain, les autres matchs du championnat du Maroc se dérouleront sans que j’y prête le moindre intérêt! Je n’aime pas le foot!

FRANCE 5 ET LE 50ème ANNIVERSAIRE DE L ‘INDEPENDANCE

France 5 a consacré son émission ” C dans l’air” du vendredi au 50ème anniversaire de notre indépendance, avec comme invité notre râleur professionnel éternel Boubker Jamaï. Je ne comprends vraiement pas ce jeune homme plein de talent, d’une culture assez vaste, connaissant bien son pays, né avec une cueillère en or dans la bouche : il semble nourir une haine sans fin pour son pays, pour ses institutions, pour son peuple. Pour ce jeune play boy, rien ne va sous le soleil marocain : le roi est un pantin entre les mains d’une camérilla machiavélique, le gouvernement est constitué de minables, la justice, l’administration, la police ne sont là que pour sucer le sang des marocains, lesquels marocains vivent dans une misère indicible et ne pensent qu’à une seule chose : partir. Et pourtant, Boubker n’a pas l’air de souffrir outre mesure de cette situation : son journal semble (à l’en croire bien se porter : + de 25OOO exemplaires vendus – si c’est vrai bravo – si ce nel’est pas rien n’interdit l’intox), il est leseul patron de presse a diriger un journal à partir de l’étranger ce qui ne l’empêche pas de se croire au courant de “chadda oul fedda” de ce qui se passe chez nous. Son intervention durant l’émession de Calvi tenait de la provocation pure et simple contre son pays, les institutions de son pays, les habitants de son pays. Si c’est cela être “libre”, merci! La liberté est trop belle et trop sérieuse pour être confiée à un jeune homme gaté. Mais peut-être qu’un poste de sous-secrétaire d’état, de gouverneur, d’ambassadeur même à Ouagadoudou l’aurait calmé……

un blog ? pourqoi pas……

Et oui, moi aussi, j’ai eu envie d’avoir mon blog. Depuis quelques mois, je me promène dans quelques forums et j’en ai eu assez de répondre, d’intervenir après coup, de réagir….. Alors, voilà! A partir d’aujurd’hui, je vais pianoter sur mon clavier pour écrire ce qui me passe par la tête. Mais juste en tant que “citoyen”, car ce blog n’aura rien de personnel. J’ai dépasé l’âge d’avoir des états d’âme, j’ai juste l’âge d’avoir un regard critique – parfois sévère mais très souvent indulgent – sur ce qui se passe autour de moi. Je suis assez très concerné par la transformation qu’a connu le Maroc, ces dernières années. Par l’abondon de la politique par les jeunes, par l’intèrêt parfois morbide qu’ils portent à la religion! Je suis très concerné par la manière dont le Maroc de Mohamed VI avance, moi qui durant toute ma vie n’ai connuque le Maroc de Hassan II, avec ses faiblesses, ses espoirs décus, son horizon bloqué…. Depuis quelques années, que de signaux ont été lancés par Mohamed VI? Ont-ils été compris? Porteront-ils leur fruit? Quand? C’est de tout cela que je parlerai dans mon blog. Je sais que cela aura l’air de “propagande makhzanienne” mais je suis très optimiste de nature et être traité de makhzanien ne me touche pas plus que cela, d’autant plus que je n’ai jamais profité – mais alors pas du tout – du système. Donc, hmida le citoyen peut en parler sans état d’âme, sans rancune ni admiration, sans honte ni faux semblant. Le Maroc est ce qu’il est, les marocains sont ce qu’ils sont, et le système qui leur permet de cohabiter ne peut pas être différent de ce qu’il est….C’est tout cela que j’observe, que je commente…..