Quelques citations

'La vie ne vaut rien, mais rien ne vaut une vie'



André Malraux
'Fais bon accueil aux étrangers, car toi aussi, tu seras un étranger.'


Roger Ikor
'On croyait que c'était impossible, jusqu'à ce qu'un imbécile le réussisse.'


Coluche
La vie, c'est comme la bicyclette: il faut avancer pour ne pas perdre l'équilibre.



Albert Einstein
La violence, c'est bon pour ceux qui n'ont rien a perdre.


Jean-Paul Sartre

Calendrier

May 2015
M T W T F S S
« Apr    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Catégories

Mes archives

QUELQUES VERS ETERNELS DE LA POESIE ARABE ANCIENNE

Oubliée  entre les pages d’un livre que je n’ai pas ouvert  depuis des lustres,  j’ai retrouvé une fiche bristol,  une fiche  que je n’arrive pas à dater et sur laquelle j’avais  soigneusement quelques vers prélevés de poèmes arabes anciens!

Je vous en  livre quelques uns,  dont certains semblent encore assez bizarrement d’actualité.

D’abord, le fameux poème de Abou Al Bakaa Ar-Rindi à propos de ses regrets après la perte de Al Andalouss par les arabes qui commençait ainsi :

لكل شيءٍ إذا ما تم نقصانُ — فلا يُغرُّ بطيب العيش إنسان

La suite du poème, empreinte de nostalgie douloureuse, nous rappelle la stupide guerre que certains européens ont récemment livré  aux minarets :
حيث المساجد قد صارت كنائسَ — مافيهنَّ إلا نواقيسٌ وصُلبان

حتى المحاريبُ تبكي وهي جامدةٌ — حتى المنابرُ ترثي وهي عيدانُ

Le poète semblait avoir eu une vision prémonitoire de la situation actuelle des musulmans qui se déchirent dans des luttes fratricides et inutiles :

لماذا التقاُطع في الإسلام بينكمُ — وأنتمْ يا عبادَ الله إخوانُ ؟

Et ce dernier vers qui résume si bien la situation de beaucoup de nos immigrés dans ce qu’ils ont considéré comme l’eldorado :


بالأمس كانوا ملوكًا في منازلهم — واليومَ هم في بلاد الكفرِّ عُبدانُ

Un autre poème  de Zoheir Ibn Abi Salma avait  marqué mon adolescence car je croyais ne jamais parvenir ni à l’âge adulte ni encore moins devenir un homme âgé !

سئمت تكاليف الحياة ومن يعش         ثمانين حولاً، لا أبالك، يسأم!

Ce poème était pourtant plein de sagesse et de conseils :
واعلم ما في اليوم، والأمس قبله،        ولكنني عن علم ما في غد عمي !
ومن يجعل المعروف في غير أهله       يكن حمده ذماً عليه، ويندم
ومن يجعل المعروف في غير أهله     يكن حمده ذماً عليه، ويندم
ومن يغترب يحسب عدواً صديقه       ومن لا يكرم نفسه لا يكرّم
لسان الفتى نصف ونصف فؤاده  فلم   يبقى إلا صورة اللحم والدم

Je n’oublierai jamais ce vers d’un poète anté-islamique, décrivant la fougue d’un fier étalon :
مكر… مفر… مقبل …مدبر معاً ….كجلمود صخر حطه السيل من عل

Je n’ai jamais saisi exactement le sens de ce vers mais son rythme m’a toujours impressionné !

Autre œuvre dont j’ai retrouvé trace sur cette fameuse fiche bristol : le poème  que Al Farazdaq aurait improvisé en réponse à la question anodine de quelqu’un voulant se renseigner sur une personnalité :

هَذا الّذي تَعرِفُ البَطْحاءُ وَطْأتَهُ    وَالبَيْتُ يعْرِفُهُ وَالحِلُّ وَالحَرَمُ
هذا ابنُ خَيرِ عِبادِ الله كُلّهِمُ            هذا التّقيّ النّقيّ الطّاهِرُ العَلَمُ

Je trouve ce poème comme l’exemple type de la rhétorique et de l’éloquence arabe !

Derniers vers soigneusement recopiés sur cette fiche, l’entame de la Moula9a de M’rouou Al Kaiss :

قفا نبك من ذكرى حبيبٍ ومنزل … بسقط اللوى بين الدخول فحومل
فتوضح فالمقراة لم يعف رسمها … لما نسجتها من جنوبٍ و شمأل

Un souvenir amusant me revient à l’esprit chaque fois que je relis ces vers : la manière pour le moins originale avec laquelle un professeur d’arabe expliquait ce texte assez hermétique.

33 comments to QUELQUES VERS ETERNELS DE LA POESIE ARABE ANCIENNE

  • Excellents choix.. Que des chefs-d’œuvre!
    Concernant la mo3allaqa d’Omro’o Al Qays, et c’est de loin ma préférée tellement elle est profonde et impénétrable à la fois, consulter ce lien : http://membres.multimania.fr/makuielys/1/adab/7.htm
    Pour ma part, je n’ai commencé à savourer la poésie arabe que récemment, surtout lorsque j’ai découvert Al-3aroud (science de la poésie).. par contre c’était un dure calvaire lorsqu’il fallait réciter devant toute la classe!! :-D

  • MohaOmit

    مكر… مفر… مقبل …مدبر معاً ….كجلمود صخر حطه السيل من عل
    Le poete parle de son cheval qu’est tellement rapide que quand on le ragrde on ne sait dans quelle direction il va (مكر مقبل : avancer مفر مدبر reculer!) sa vitesse est equivalente à celle d’un rocher emporté par un cascade.

  • Abdel

    hmida : “…qui résume si bien la situation de beaucoup de nos immigrés dans ce qu’ils ont considéré comme l’eldorado :

    بالأمس كانوا ملوكًا في منازلهم — واليومَ هم في بلاد الكفرِّ عُبدانُ”

    Qu’est-ce que je me sens esclave ! je ne connais pas mon bonheur d’être roi Au Maroc. C’est sans doute pour être ignorant ou alors j’aime ” lécher les bottes à siadkoum les occidentaux “.

    Je ne connais pas mon bonheur d’avoir râté d’entrer dans la liste des gens dignes et fabuleux auxquels tu as consacrés quelques billets. Je me demande des fois quel QI je dois avoir pour faire abstraction des éloges qui ne changeront rien à ma situation de manquer du minimum : même pas de PQ – aujourd’hui encore dans les cafés les plus IN, au Maroc, il n’est pas possible d’y avoir droit pour nous garder roi chez nous ! – à la maison pour me torcher …, ni la dignité d’avoir accès à la santé , à l’hygiène, à un statut dans le travail où je peux gagner d’avoir une mère ou soeur ( dans le meilleur des cas si ce n’est se prostituer)exploitées dans la maison d’un type qui leur fera l’honneur de parler d’elles et faire leur éloges. Certes moulhanoute lui, il lui faut autre chose que les éloges – il n’est pas idiot le bougre – pour être convaincu de lui faire crédit de 2 dh de riz ( j’étais surpris de voir des gens encore faire crédit pour avoir 2 dh de riz pour faire à manger à leurs enfants , ce sont de la conditon de ceux ayant fait partie de la liste des gens glorifiés dans un certain nombre de billet de ce blog!) , les éloges il n’en a rien faire. D’ailleurs celui qui fait de l’éloge sa spécialité s’en fout également des éloges, ce qui lui faut c’est de pouvoir se déplacer quand le besoin s’en ressent, payer son abonnement internet …Il le sait bien tout ça, mais aller savoir pourquoi il veut que ceux, comme moi ,qui font le choix de laisser tomber le satut de “roi dans leur pays d’origine ” qui leur procure tant d’éloges, préférent être esclaves [ imaginaires , bien entendu ] dans un endroit où ils sont garantis d’accéder au savoir , d’avoir des conditions décentes qui permettent et l’éducation et la santé … Il faut dire que les spécialites d’inversion de la réalité sont légion au Maroc en particulier et le monde arabo-musulman en général. Si le prix noble existe dans cette discipline , le Maroc aurait été bien placé pour en avoir.
    Désolé pour les fautes éventuelles: je ne me suis pas relu ! j’ai laissé l’indignation opérer.

  • @ hmida

    pour ma part je n’ai qu’un seul reproche à te faire mon cher, c’est que les caractères arabes sont trop petits à mes yeux, merci de les rendre plus lisibles !

    @ abdel

    encore une crise de nerfs politique ? allons, il ne s’agit que d’allégories poétiques ! s’il fallait se fâcher pour toutes les jolies choses rêvées par les poètes, on n’en finirait jamais ! mais sérieusement, pour ne pas se sentir esclave dans son pays, il y a d’autres approches que la tienne, dieu merci ! je t’ai d’ailleurs proposé, je croix, de venir toi-même le constater sur le terrain…

  • euh, le je “croix” n’était qu’une faute de frappe ! en l’occurrence, il s’agirait plutôt d’un Croissant…

  • Abdel

    salavdor : “encore une crise de nerfs politique ?”

    Je ne lis même pas la suite. Du vent, du vent et encore du vent.

    Au moins avec hmida, même si je ne partage pas grand chose dans ses conviction, je partage avec lui la possibilité d’aller en profondeur .

  • hmida

    @ Salvadorali

    Ce problème typographique m’agace également ..Je ne sais pas comment le régler …Mais je demanderai à mon conseiller-technique de fils : c’est lui qui s’occupe de l’aspect technique de cet espace!

    @ Abdel

    J’ai lu et relu ton commentaire et je suis désolé de te dire que j’en vois pas la finalité! Je ne l’ai pas compris : je dois être trop bête!

  • alimanihoum

    @Salvadorali
    tu n’as rien à reprocher à hmida,tu n’es pas du tout fait pour lui reprocher,toute reproche à lui faire ne profite qu’au pessimistes qui ne veulent voir le monde ambitieux avec les grands chantiers du maroc.
    les poètes cités dans ce billet n’ont qu’à se remettre de nouveau en vie pour composer des poèmes apologétiques.

  • alimanihoum

    @Abdel
    avec ce bon salvadorali,même si je ne partage pas grand chose dans ses conviction,je partage avec lui la possibilité d’aller à l’expression sur le blog du citoyenhmida.
    ce salvadorali cherche à affronter les opinions qu’il ne laisse pas du tout passer sur son “honorable” blog.il est le genre qui cherche à faire quelque chose quand la caravane passe.

  • Le Penseur

    Aujourd’hui, 1er mars, c’est la journée sans immigrés.
    C’est l’occasion d’en profiter pour raconter ce qu’on voulait raconter sans oser le dire.
    Allons y, demain ca sera trop tard.

  • Tout simplement sublime. Si les Arabes ont un donc, c’est certainement celui du verbe. Dans ce registre, j’adore l’auto-glorification d’un Moutanabbi:

    الخيل والليل والبيداء تعفرفني ~~~~~~~~ والسيف والرمح والقرطاس والقلم

  • hmida

    @ Le Penseur

    Veux-tu dire que demain plus personne ne parlera des immigrés ou bien que les immigrés ne parleront plus de leurs problèmes?

  • C’était un DON, bien sûr

  • Le Penseur

    @hmida

    je veux dire que si on en dit du mal, ils ne sont pas là aujourd’hui pour répondre. Autant en profiter.

  • Le Penseur

    @Aïsha Q.
    Je suis persuadé que le don du verbe et l’importance qui lui est accordée, n’a pas servi les arabes, au contraire ca leur a joué un mauvais tour depuis la prédominance du rationalisme.
    Lorsque je regarde par exemple un débat sur une chaine du moyen-orient, je constate souvent qu’il n’y a pas de logique dans le débat, et que tout est dans la manière de dire les choses, tout est dans le verbe. La forme laisse peu de place au fond.

  • le mythe

    Et quels vers!!!
    Certains m’ont rappelé “Annoussous al adabiya”
    D’autres, mes pics avec mes frères et sœurs
    Ils étaient tous littéraires, sauf moi
    Mais je me débrouillais bien
    Je suis resté tout de même sur ma fin
    Pas d’Al Mottanabi:
    sur la justice
    يا أَعدَلَ الناسِ إِلّا في مُعامَلَتي فيكَ الخِصامُ وَأَنتَ الخَصمُ وَالحَكَمُ

    ou son arrogance
    أَنا الَّذي نَظَرَ الأَعمى إِلى أَدَبي وَأَسمَعَت كَلِماتي مَن بِهِ صَمَمُ

    أَنامُ مِلءَ جُفوني عَن شَوارِدِها وَيَسهَرُ الخَلقُ جَرّاها وَيَختَصِمُ

    http://www.almotanabbi.com/poemPage.do?pageId=412

    Merci pour cette bouffé d’oxygène

  • Le Penseur, Je suis tout à fait d’accord avec toi ; Je n’avais d’ailleurs pas osé écrire “verbiage” pour mieux marquer ma pensée. Dans le cadre de mes lectures en arabe, je suis sidérée par les pages entières d’inutiles blabla qui ne sont que tournures de phrases boursouflées, stéréotypées à en perdre tout sens…et qui sont l’expression même d’un monde ankylosé.

    Ceci dit, je suis émerveillée par la beauté pure de cette langue arabe tellement ancrée dans l’histoire qu’elle en donne des frissons…et matière à réfléchir devant les complexés de la langue arabe et promoteur du dialectal à l’école alors que les Français (pour ne citer qu’eux) remuent ciel et terre pour un seul anglicisme, eux dans la langue n’était qu’un patois quasi-incompréhensible jusqu’au 15e siècle.

  • Ces vers n’ont pas pris une ride dans ma mémoire! Je les ai relus avec énormément de plaisir et je t’en remercie.
    Pour continuer ce plaisir et les retrouver dans leur intégralité, je ne sais pas si tu connais ce lien :
    http://www.adab.com/index.php

    Bon début de semaine lumineux et chaleureux!

  • alimanihoum

    @le penseur
    “Aujourd’hui, 1er mars, c’est la journée sans immigrés.
    C’est l’occasion d’en profiter pour raconter ce qu’on voulait raconter sans oser le dire.
    Allons y,demain ca sera trop tard.”

    tu ne l’as écrit qu’à 17h 01 du 1er mars,c’est à dire presque la fin de la journée,et c’est déjà trop tard!tu l’as écrit sans doute pour exprimer du remord!pas pour motiver.peu être la journée fait marche arrière!tu as du l’écrire le jeudi ou le vendredi pour que les commentateurs soient au rendez vous!

  • Le Penseur

    @Aïsha Q.
    En général, pour éviter le désordre il faut une place pour chaque chose et chaque chose à sa place.
    Le dialectal n’a pas besoin d’être défendu ou promu, il est omniprésent dans la vie de tout les jours, il fait même partie du patrimoine culturel et artistique (je pense particulièrement au malhoune).
    Mais dès qu’il s’agit de choses sérieuses où la rigueur et le style ont leur importance, une langue structurée est plus que souhaitable.
    Pour des raisons historiques et sociologiques évidentes, le bon sens nous impose le dialectal pour la communication orale et subtile de tous les jours, l’arabe pour la communication écrite et celle à caractère officiel, et le français pour l’économie, les sciences et techniques.
    A titre d’exemple, je considère l’arabisation de l’enseignement des matières scientifiques insensée, et un quart de siècle après on n’en voit toujours pas les retombées.
    Quant au dialectal à l’école, je propose aussi d’introduire le rap dès les petites classes et de nommer Bigg ministre de la culture (je ne plaisante pas, ca arrivera un jour).

    @alimanihoum
    Lorsque tu dis “tu ne l’as écrit qu’à 17h 01 du 1er mars”
    pour dire ensuite “tu as du l’écrire le jeudi ou le vendredi” ;
    décides toi, c’est laquelle des phrases qui est bonne.
    Et puis sois gentil, essaies de ne pas dépasser plus d’une contradiction par paragraphe.

  • عوني

    جميل أن نطل على أطلال الشعر العربي، لكن ماذا عن الشعر والنثر الحديث من يقرؤه ؟

  • hmida

    الى العوني

    عدم القراء للشعر و للنثر العربين الحديثين ناتج عن عدم جودة الإنتاج

  • lixy

    @Aisha: “Dans le cadre de mes lectures en arabe, je suis sidérée par les pages entières d’inutiles blabla qui ne sont que tournures de phrases boursouflées, stéréotypées à en perdre tout sens…et qui sont l’expression même d’un monde ankylosé.”

    Entièrement d’accord!

    P.S: A part les discours du roi, je ne lis rien en Arabe.

  • amar

    Le problème de la langue arabe c’est qu’elle est maltraitée par les siens!
    Or la langue est l’une des composantes essentielles de l’identité nationale partout dans le monde.
    Nous n’arrivons malheureusement pas encore à nous débarrasser de notre aliénation culturelle imposée avant par le pays colonisateur mais entretenue après l’indépendance par l’élite dominante qui en profite et impose sa loi à toute la nation.
    La langue est à l’image de ceux qui l’utilisent. Que dire du chinois, du japonais et d’autres langues encore aussi complexes les unes que les autres ?!

  • TIN

    merci pour ce beau moment de poésie…
    Ca me rappelle une prof d’arabe très jeune que j’ai eu au collège, qui nous lisait un poème à chaque fin de cours… puis, l’on devait “déchiffrer” chaque vers et reconstituer ainsi l’histoire du poème…

  • Excellent billet. Merci cher Hmida.
    Tu complètes superbement mon post:”Des gouttes de nectar de la langue des arts.” Voici le lien :
    http://lejardindesmots.blogspot.com/2008/04/17-des-gouttes-de-nectar-de-la-langue.html

  • Excellent billet. Merci cher Hmida.
    Tu complètes superbement mon post:”Des gouttes de nectar de la langue des arts.” Voici le lien
    http://lejardindesmots.blogspot.com/2008/04/17-des-gouttes-de-nectar-de-la-langue.html

  • Entre parenthèses, j’adore cette appellation de “Jardinier des mots”

  • alimanihoum

    @aisha
    “Jardinier des mots”?
    n’oublie pas le “Jardinier des morts”!

  • hmida

    @ aicha q.

    Le Jardinier des mots entretient soigneusement un blog, que je te conseille très vivement de visiter : on y trouve beaucoup de nostalgie, de poésie et de sincérité!

  • Merci Hmida, j’y vais de ce pas!

  • Grand merci pour ce partage.
    Que de beaux souvenirs d’enfance !!

  • [...] QUELQUES VERS ETERNELS DE LA POESIE ARABE ANCIENNE « citoyenhmida.org [...]